Günther Anders

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Günther Anders, né le 12 juillet 1902 à Breslau et mort le 17 décembre 1992 à Vienne, est un penseur et essayiste allemand, puis autrichien.

L'Obsolescence de l'homme, 1956[modifier]

Si la philosophie populaire n'existe pas, c'est qu'il existe tout aussi peu une voie de masse qu'une « voie royale » pour résoudre les problèmes philosophiques, et que philosopher signifie essentiellement « exposer quelque chose en respectant sa complexité ».
  • L'Obsolescence de l'homme (1956), Günther Anders (trad. Christophe David), éd. Encyclopédie des Nuisances, 2002, chap. Sur la bombe et les causes de notre aveuglement face à l'apocalypse, p. 263


On ne mesure pas la puissance d'une idéologie aux seules réponses qu'elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu'elle parvient à étouffer.
  • L'Obsolescence de l'homme (1956), Günther Anders (trad. Christophe David), éd. Encyclopédie des Nuisances, 2002, chap. Sur la bombe et les causes de notre aveuglement face à l'apocalypse, p. 312

Citations rapportées[modifier]

L'homme a honte d'être devenu plutôt que d'avoir été fabriqué. Il a honte de devoir son existence — à la différence des produits qui, eux, sont irréprochables parce qu'ils ont été calculés dans les moindres détails — au processus aveugle, non calculé et ancestral de la procréation et de la naissance. [...] Mais si on a honte du caractère obsolète de son origine, on a bien sûr également honte du résultat imparfait et inévitable de cette origine, en l’occurrence soi-même.
  • Günther Anders, L'Obsolescence de l'homme, 1956.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :