Généalogie d'Adolf Hitler

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La généalogie d'Adolf Hitler est complexe, notamment en ce qui concerne les ascendants mâles, et a été plusieurs fois modifiée, plus souvent pour des raisons politiques ou idéologiques que du fait de la découverte d'éléments nouveaux.

Karl Dietrich Bracher[modifier]

Pas plus Hitler lui même que certains de ses plus proches collaborateurs, notamment son principal idéologue, Alfred Rosenberg, ou le promoteur de l'annihilation des Juifs, Reinhard Heydrich, ne satisfont aux critères biologiques du règne national-socialiste, dont les principaux accessoires étaient le culte de la race et le passeport généalogique. Les biographies officielles se bornent à enjoliver de maigres données se limitant pratiquement à la date de naissance de Hitler, qui n'auraient même pas suffi à la « petite preuve d'origine aryenne » qu'il exigea par la suite de ses sujets.
  • Hitler et la Dictature allemande : naissance, structure et conséquences du national-socialisme (1969), Karl Dietrich Bracher (trad. Frank Straschitz), éd. Complexe, 1995, p. 92


Études génétiques[modifier]

D'après les tests ADN, Adolf Hitler avait probablement des origines juives et africaines. Les échantillons prélevés sur des parents du dirigeant nazi, montrent qu’il est biologiquement lié aux « races inférieures » qu’ il a cherché à exterminer. Le journaliste Jean-Paul Mulders et l’historien Marc Vermeeren ont utilisé l’ADN, pour retrouver 39 membres de la famille du Führer, en ce début année. [...] Un magazine belge [Knack], a indiqué que les échantillons de salive prélevés sur ces personnes suggèrent fortement qu’Hitler avait des antécédents qu’il n’aurait certainement pas accepté. Un chromosome appelé Haplogroupe E1b1b (Y-ADN), relevé dans leurs échantillons est rare en Allemagne et en Europe occidentale. Selon M. Vermeeren « Il est le plus fréquent chez les Berbères du Maroc, en Algérie, en Libye ou en Tunisie ainsi que chez les ashkénazes et les séfarades ». Dans le magazine Knack, M. Mulders a ajouté qu’ « On peut partir du postulat selon lequel, Hitler était lié génétiquement à des gens qu’il méprisait ». L’Haplogroupe E1b1b1, qui représente environ 18 à 20% de la population ashkénaze et de 8.6 à 30% des séfarades en matière de chromosomes Y, semble être l’un des lignages majeurs et fondateurs de la population juive. Ronny Decorte, un généticien d'accord sur le fait qu'Hitler avait probablement des racines en Afrique du Nord, estime que « C'est un résultat surprenant »
  • (en) Adolf Hitler is likely to have been descended from both Jews and Africans, according to DNA tests. Samples taken from relatives of the Nazi leader show that he is biologically linked to the 'sub-human' races he sought to exterminate. Journalist Jean-Paul Mulders and historian Marc Vermeeren used DNA to track down 39 of the Fuhrer's relatives earlier this year. [...] A Belgian news magazine has reported that samples of saliva taken from these people strongly suggest Hitler had antecedents he certainly would not have cared for. A chromosome called Haplopgroup E1b1b (Y-DNA) in their samples is rare in Germany and indeed Western Europe. 'It is most commonly found in the Berbers of Morocco, in Algeria, Libya and Tunisia as well as among Ashkenazi and Sephardic Jews,' Mr Vermeeren said. 'One can from this postulate that Hitler was related to people whom he despised,' adds Mr Mulders in the magazine, Knack. Haplogroup E1b1b1, which accounts for approximately 18 to 20 per cent of Ashkenazi and 8.6 per cent to 30 per cent of Sephardic Y-chromosomes, appears to be one of the major founding lineages of the Jewish population. 'This is a surprising result,' said Ronny Decorte a genetic specialist who agreed that Hitler probably did have some roots in North Africa.


Le Führer n'aurait pas été heureux d'apprendre qu'il était plus berbère que surhomme aryen.
  • (en) The Fuhrer would not have been happy to learn he was more Berber tribesman than Aryan superman.