Fleuve

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan.

Littérature[modifier]

Prose poétique[modifier]

Francis Picabia, Histoire de voir, 1922[modifier]

Paris est plus grand que Picabia mais Picabia est la capitale de Paris ; Breton est un grand fleuve de tabac turc et la mer se jette dans ce fleuve pour monter vers l'Infini.
  • « Histoire de voir », Francis Picabia, Littérature Nouvelle Série, nº 6, Novembre 1922, p. 17


Paul Éluard , Capitale de la douleur, 1926[modifier]

L'absolue nécessité

Le fleuve se détend, passe avec adresse dans le soleil, regarde la nuit, la trouve belle et à son goût, passe son bras sous le sien et redouble de brutalité, la douceur étant la conjonction d'un œil fermé avec un œil ouvert ou du dédain avec l'enthousiasme, du refus avec la confiance et de la haine avec l'amour, voyez quand même la barrière de cristal que l'homme a fermée devant l'homme.
  • Capitale de la douleur suivi de L'amour la poésie (1926), Paul Éluard, éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1966  (ISBN 978-2-07-030095-2), partie Nouveaux poèmes, L'absolue nécessité, p. 120


Citations[modifier]

La source désapprouve presque toujours l'itinéraire du fleuve.
  • « Le Rappel à l'ordre » (1926), dans Romans, Poésies, Œuvres diverses, Jean Cocteau, éd. LgF, coll. « La Pochothèque », 1995  (ISBN 2253132217), p. 430
Les hommes passaient beaucoup de temps à essayer de se piquer le Rhin, ils l’avaient même coupé en deux. Couper de l’eau, il n’y a que les hommes pour inventer une foutaise pareille.
  • Un peu plus loin sur la droite, Fred Vargas, éd. J’ai Lu, 2000, p. 104
(...) l'enjeu danubien n'était guère perçu. Or l'Angleterre, le connaissait bien, elle sait que la maîtrise militaire et économique de ce fleuve soustrairait l'Europe à toute tutelle maritime. L'Angleterre semble avoir la plus longue mémoire historique (...)
  • À propos de la géopolitique liée au Danube.
  • « Les implications géopolitiques des Accords de Munich en 1938, Allocution de Robert Steuckers à la "Commission Géopolitique" de la Douma d'État, Moscou, le 30 septembre 1998 », Robert Steuckers, Nouvelles de Synergies européennes, nº n°37, octobre-décembre 1998, p. 3


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :