Fabrice Nicolino

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fabrice Nicolino est un journaliste français né à Paris en 1955.

Citations de Fabrice Nicolino[modifier]

Je suis nostalgique d'un temps où les gens avaient une place, et où les hommes et les femmes étaient puissamment liés. Je suis nostalgique de ce temps où la civilisation paysanne n'était pas le rebut qu'elle est aujourd'hui, une monstruosité qui gave les gens de pesticides. Ce qui l'a fait disparaître est quelque chose d'absolument moche et dégradant. Une bizarrerie de technique et de technologie qui a rendu la vie concrète des gens impossible.

  • « Fabrice Nicolino contre les terroristes industriels », Propos recueillis par Paul Piccarreta, Revue Limite, nº 2, janvier 2016, p. 9


J'entends dans le mot paysan quelque chose de magnifique, j'entends qu'un homme s'est attaché à une terre et qu'il la respecte. À l'inverse, vous avez l'industrie de l'agriculture qui a prospéré sur le mensonge qu'elle pourrait nourrir tout le monde.

  • « Fabrice Nicolino contre les terroristes industriels », Propos recueillis par Paul Piccarreta, Revue Limite, nº 2, janvier 2016, p. 9


Les contradictions de ce monde sont de plus en plus visibles. Il faut s'unir dans les combats quand on en ressent la nécessité. Aux Cahiers de Saint-Lambert, j'aimais publier des textes de la bible aussi bien que de Jean Bastaire. Et j'en étais heureux.[…]
Et voici que le texte de François, Laudato si est allé très loin dans le prodige, et m'a renversé. Ce texte a été une naissance, une renaissance même. À part les Évangiles, je n'avais rien lu d'aussi radical. Désormais, il faut s'unir coûte que coûte.

  • « Fabrice Nicolino contre les terroristes industriels », Propos recueillis par Paul Piccarreta, Revue Limite, nº 2, janvier 2016, p. 9


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :