Des pissenlits par la racine

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Des pissenlits par la racine est un film franco-italien de Georges Lautner sorti sur les écrans en 1963. Les dialogues sont signés Michel Audiard.

Citations[modifier]

Dans le domaine du turf, jeune homme, y'a deux façons d'croquer : la magie ou le hasard.... J'explique : favori sur faux ticket ou tocard sur vrai tickson. À moi, la magie m'a coûté deux ans d'placard. C'est pourquoi, aujourd'hui, j'aime mieux un mauvais cheval qu'un bon juge d'instruction !
  • Maurice Biraud, Des pissenlits par la racine (1963), écrit par Michel Audiard


Plus t'as de pognon, moins t'a de principes. L'oseille, c'est la gangrène de l'âme.
  • Maurice Biraud, Des pissenlits par la racine (1963), écrit par Michel Audiard


D'habitude avec les nanas, je dépasse jamais le diabolo-menthe ou le jus de fruit. Mais avec vous, le champagne s'impose ! Et millésimé !
  • Maurice Biraud, Des pissenlits par la racine (1963), écrit par Michel Audiard


Je suis pas Lawrence d'Arabie : je traverse pas le désert sans boire !
  • Maurice Biraud, Des pissenlits par la racine (1963), écrit par Michel Audiard


Dialogues[modifier]

Jo Arengeot : Flush Royale !... Quatre-cent-vingt-et-un !... Neuf à la ponte !... Belote !... Rebelote !... Et fanny !
Le caissier : Ça veut dire ?
Jo Arengeot : Ça veut dire : envoyez l'oseille, et fissa ! Les riches, ça attend pas, ça fait des colères !
Le caissier : Ben, quoi ? Qu'est-ce que vous voulez ?
Jo Arengeot : Éh ben, c'est écrit dessus !
Le caissier : Le Onze, le Cinq, le Deux ?... La dernière fois qu'on les a vus, y barbotaient dans la rivière des tribunes !

  • Maurice Biraud, Des pissenlits par la racine (1963), écrit par Michel Audiard


Pierre Michon : La police ? Chez moi ? A deux heures du matin ?
L'inspecteur de Police : La police est chez elle partout et à n'importe quelle heure !


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :