Dame Nijô

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Note : cette page contient des caractères japonais (kanji, hiragana, katakana…).
Voyez l’aide sur Unicode ou testez votre navigateur si l’affichage est incohérent (carrés, points d’interrogation ou autres caractères incorrects).

Dame Nijô (後深草院二条, Go-Fukakusa in no Nijô, 1258 - après 1307) était une concubine impériale japonaise du XIIIe siècle.

Splendeurs et misères d'un favorite (とはずがたり, Towazugatari)[modifier]

Las, les choses humaines sont d'une fragilité qui défie l'expression ! Ainsi, le gouverneur qui, le neuvième jour, s'était rendu au chevet de l'empereur agonisant avait fini, en ce jour, par précéder le mourant. Qui a l'assurance d'être le premier sur le mont Tai ? Mais, pour n'être point nouvelle, cette vicissitude du destin n'en était pas moins pitoyable.
  • Splendeurs et misères d'une favorite, Dame Nijô (trad. Alain Rocher), éd. Philippe Picquier, coll. « Le Pavillon des corps curieux », 2004  (ISBN 2-87730-719-0), p. 126


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :