Concurrence

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Concurrence est la rivalité entre plusieurs personnes ou institutions qui désirent la même chose, poursuivent le même but.

Littérature[modifier]

Jules Guesde, En Garde !, 1911[modifier]

La concurrence vitale en tant que concurrence intestine, entre hommes, n'est pas fatale ; qu'elle n'est pas productrice de progrès, et que le progrès dans la société humaine est en raison inverse de la concurrence vitale humaine.
  • En Garde ! (article de La Révolution Française de mai 1879), Jules Guesdes, éd. Jules Rouff et Cie, 1911, p. 373 (texte intégral sur Wikisource)


Que la concurrence vitale intestine ou intérieure ne s'impose pas à l'homme sociable ou que ce dernier puisse s'en affranchir, c'est ce que suffirait à établir la société même créée par l'hommes. Qui dit société dit rapports fondés sur la communauté des intérêts. C'est la solidarité "l'aidons-nous les uns les autres" qui, se substitué à l'antagonisme, au "tue-moi ou je te tue" de l'homme a permis à l'homme devenu social de triompher dans la lutte - celle-ci nécessaire - qu'il lui a fallu soutenir contre tout ce qui n'était pas lui, contre les forces organiques et inorganiques de la nature ennemie.
  • En Garde ! (article de La Révolution Française de mai 1879), Jules Guesdes, éd. Jules Rouff et Cie, 1911, p. 373-374 (texte intégral sur Wikisource)


Friedrich Hayek, La Route de la servitude (The Road to Serfdom, 1943)[modifier]

[Le libéralisme économique] considère la concurrence comme supérieure non seulement parce qu'elle est dans la plupart des circonstances la méthode la plus efficace qu'on connaisse, mais plus encore parce qu'elle est la seule méthode qui permette d'ajuster nos activités les unes aux autres sans intervention arbitraire ou coercitive de l'autorité
  • La Route de la servitude (1943), Friedrich Hayek (trad. G. Blumberg), éd. PUF, coll. « Quadrige », 1993  (ISBN 9782130389576), p. 49


Milton Friedman, La liberté du choix (1980)[modifier]

La concurrence du marché, quand on la laisse fonctionner, protège le consommateur mieux que tous les mécanismes gouvernementaux venus successivement se superposer au marché
  • La Liberté du choix, Milton Friedman (trad. Guy Casaril), éd. Belfond, 1980  (ISBN 2714413439), chap. 6, p. 213


Alexandre Zinoviev, 1995[modifier]

Les jugements des uns et des autres évoluent avec le temps, mais je n'ai pas rencontré le point de vue qui me semble le plus proche de la vérité : elle - la concurrence - n'a jamais été la forme unique, ni même la forme dominante de l'activité économique dans la société occidentale.


Son rôle est exagéré et idéalisé.


Le véritable domaine de la concurrence est celui de la criminalité.


La libre concurrence semble avantager les génies du mal plutôt que ceux du bien.


La haute efficacité économique de la société occidentale est atteint grâce à de nombreux facteurs dont les plus importants sont la dictature du travail, le travail planifié des entreprises, le totalitarisme monétaire, la dictature des banques, le contrôle de l'État, l'utilisation du progrès scientifique et technique. La libre concurrence est l'un de ces facteurs, mais certainement pas la plus importante.


Science[modifier]

Richard Stallman, Manifeste GNU, 1985[modifier]

Le paradigme de la concurrence est une course : en récompensant le vainqueur, nous encourageons tout le monde à courir plus vite. Mais si les coureurs sont obsédés par la victoire, ils risquent de trouver d'autres stratégies comme celle d'agresser les autres concurrents [...] Les logiciels propriétaires ou secrets sont l'équivalent moral de coureurs qui en viennent aux mains [...] Ce que l'arbitre devrait faire, c'est séparer les combattants et pénaliser les coureurs dès qu'ils font mine de se battre entre eux au lieu d'améliorer la performance de leur course.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :