Cicéron

Citations « Cicéron » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Cicéron (en latin Marcus Tullius Cicero), né le 3 janvier 106 av. J.-C., à Arpinum en Italie et assassiné le 7 décembre 43 av. J.-C. à Formia, est un homme d’État romain et un auteur latin.

Orateur remarquable, il publia une abondante production considérée comme un modèle de l’expression latine classique.

Catilinaires[modifier]

Jusques à quand donc, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?

  • (la) Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra?
  • Catilinaires (63 av. J.C.), Cicéron (trad. G. Roussel), éd. 1018, 1964, p. 106


Quelle époque (vivons-nous) ! Quels mœurs !?

  • (la) O tempora, o mores
  • Catilinaires (63 av. J.C.), Cicéron (trad. G. Roussel), éd. 1018, 1964, p. 106


Traité des devoirs[modifier]

Dans tout corps de doctrine présenté avec méthode, c'est par la définition qu'il faut commencer, afin que l'on saisisse bien l'objet de la discussion.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 18


Il y a quatre sources de l'honnêteté : toute honnêteté dérive de l'une d'elles. L'honnêteté consiste ou à discerner la vérité par la sagacité de l'esprit, ou à maintenir la société humaine en rendant à chacun ce qui lui est dû, et en tenant fidèlement les conventions ; ou dans la force et l'élévation d'une âme fière et inébranlable ; ou dans cette régularité et cette convenance parfaite des paroles et des actions, qui constitue la modération et la tempérance.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 24


Les hommes (…) ont été créés pour leurs semblables, afin qu'ils pu[i]ssent s'aider les uns les autres.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 29


En général, la plupart des hommes ne se portent à commettre l'injustice que pour obtenir les choses qu'ils convoitent. Dès lors, la cupidité est la plus grande source de l'injustice.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 30


Tout ce qui tient à la bonne foi doit se régler par l'intention et non par les paroles.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 44


Comme nous avons à vivre non avec des êtres parfaits et souverainement sages, mais avec des hommes qui sont encore estimables s'ils ont quelque vertu, je pense que ceux en qui on en voit quelque trace ne doivent pas être entièrement négligés.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 47


Il n'est point de conjoncture où l'on puisse se dispenser d'être juste.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 61


C'est une démence d'appeler la tempête quand on est dans le calme, comme il est de la sagesse de faire tête à l'orage quand il arrive.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 73


Ces magistrats, qui ne veillent que pour une partie des citoyens, introduisent dans l'Etat un dangereux fléau, la sédition et la discorde ; les uns passent alors pour amis du peuple, les autres pour défenseurs de l'aristocratie ; la patrie n'a presque plus de citoyens.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 76


On ne doit jamais ajouter l'injure au châtiment. (…) La colère surtout ne doit jamais accompagner le châtiment

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 78


La volupté, qui est honteuse à tous les âges, est une turpitude pour la vieillesse.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 104


Ce qu'il n'est pas honteux de faire, pourvu que ce soit en secret, il est obscène de le dire. Il y a donc autant d'impudence de faire ces choses publiquement, que d'obscénité à en parler.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 106


Dans nos mœurs, un beau-père ne se baigne point avec son gendre, ni un père avec son fils, dès qu'il est sorti de l'enfance. On ne saurait assez se conformer à ces règles de pudeur, surtout lorsque c'est la nature qui les a faites.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 107-108


Il est permis d'avoir recours à quelque douce réprimande, en y joignant toutefois l'air grave qui doit accompagner la sévérité, et qui éloigne l'outrage du mépris. Il faut même faire voir que tout ce qu'il y a d'amer dans le reproche, n'y a été mis que pour l'avantage de celui qui le reçoit.

  • Traité des devoirs (44 av. J.C.), Cicéron (trad. Gallon La-Bastide), éd. Victor Lecou, 1850, p. 113


Les Lois[modifier]

Le pouvoir est dans le peuple, l'autorité dans le Sénat

  • (la) Potestas in populo, auctoritas in Senatu
  • Les Lois, 3, 12

Divers[modifier]

Que les armes s'effacent devant la toge

  • (la) Cedant arma togae
  • Poème Sur son consulat, Cicéron (trad. Pernot), éd. Armand Collin, 2000, p. 161

cité de nouveau dans :

  • De divinatione, Cicéron (trad. José Kany-Turpin), éd. Flammarion, 2004, Livre I, IX, p. 50
  • Les devoirs, Cicéron (trad. Maurice Testard), éd. Les Belles Lettres, 1965, Livre I, 77, p. 143


Un puissant moyen pour remporter la victoire, c'est-à-dire, pour gagner l'affection des juges (…), est de donner une opinion favorable des mœurs, des principes, des procédés et de la conduite de sa personne et son client, et de donner une idée défavorable de ses adversaires. (…) Pour donner plus d'effet à ces moyens, l'orateur doit les exprimer avec une prononciation douce, un air modeste, un visage calme, un langage affectueux ; et si l'intérêt de la cause le force à employer des moyens durs et violents, il aura l'air de le faire contre son inclination et sa volonté.

  • Rhétorique, Cicéron (trad. M. Dewez), éd. P.J. De Mat, 1818, p. 45


Citations sur Cicéron[modifier]

Cicéron est (…) figure absolue, considérée surtout comme représentant l'orateur idéal, indépassable, selon tous les tons, toutes les circonstances, tous les styles, toujours à la fois parfaitement modéré, parfaitement ample, parfaitement véhément, parfaitement élégant.

  • Dictionnaire de Rhétorique et de poétique, Michèle Aquien et Georges Molinié, éd. Le Livre de Poche, 1999, p. 16


On étudie le vin comme on étudie Cicéron en s'appliquant et en souffrant.

  • Guide du vin, Raymond Dumay, éd. Stock, 1967, p. 274


[Cicéron] présente le dénombrement ou l'énumération des vertus que les flatteurs changent en vices : le courage dégénère en présomptions, la majesté de la naissance en une vaine fierté, l'amour de la gloire en une vanité insensée, le sentiment de l'humanité en une dure insensibilité.

  • Rhétorique extraite de Cicéron, M. Dewez, éd. P.J. De Mat, 1818, p. 45


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.

Article sur Wikipedia.