Aller au contenu

Camille Desmoulins

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Camille Desmoulins, Musée Carnavalet

Camille Desmoulins, né le 2 mars 1760 à Guise et mort guillotiné le 5 avril 1794 à Paris, est un avocat, un journaliste et un révolutionnaire français.

Citations[modifier]

M. Necker est renvoyé ; ce renvoi est le tocsin d'une Saint-Barthélémy des patriotes : ce soir, tous les bataillons suisses et allemands sortiront du Champ-de-Mars pour nous égorger. Il ne nous reste qu'une ressource, c'est de courir aux armes et de prendre des cocardes pour nous reconnaître.
  • Discours devant la foule réunie dans les jardins du Palais-Royal devant le café de Foy le 12 juillet 1789, après la démission de Necker à Versailles.
  • (fr) Grand discours justificatif de Camille Desmoulins aux jacobins, "Le Vieux Cordelier", Camille Desmoulins, éd. Desenne, 25.12.1793 (Quintidi nivôse, 1re décade, an II), t. Nº V, p. 66 (lire en ligne)


Peuple on te trompe, on tue tes amis ! Mon seul crime n’a jamais été que d’avoir versé des larmes !
  • Sur la charrette qui le conduisait à l’échafaud, le 5 avril 1794.
  • Place des grands hommes, Patrick Thiébaut, éd. Larousse, 2012, p. 95


Les misérables ! Non contents de m’assassiner, ils veulent encore assassiner ma femme !
  • Camille Desmoulins. Lucile Desmoulins: Étude sur les Dantonistes d’après des documents nouveaux et inédits, Jules Claretie, éd. Plon, 1875, p. 367


Citations au sujet de Camille Desmoulins[modifier]

Charlotte de Robespierre[modifier]

Desmoulins était un véritable patriote, et avait plus de vertu que Danton ; sans en avoir autant que mes deux frères ; il avait les qualités les plus aimables, mais aussi quelques défauts qui causèrent sa perte ; il était orgueilleux et irascible : dès qu'il se croyait offensé il ne pardonnait plus, et faisait jouer contre ceux dont il croyait avoir à se plaindre les redoutables traits d'une critique mordante et acerbe.
  • Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères, Charlotte de Robespierre, éd. Dépôt central (Paris), 1835, p. 139-141


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :