Bassin méditerranéen

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bassin méditerranéen

Les expressions bassin méditerranéen et monde méditerranéen se rapportent plus aux rivages entourant la mer qu'à elle-même, dans le contexte d'un environnement écologique (articles animalia) ou dans celui du développement des civilisations méditerranéennes.

Gabriel Audisio[modifier]

Méditerranée, sixième partie du monde. Il ne fait pas de doute pour moi que la Méditerranée soit un continent, non pas un lac intérieur, mais une espèce de continent liquide aux contours solidifiés. Déja Duhamel dit qu'elle n'est pas une mer, mais un pays. Je vais plus loin, je dis : une patrie. Et je spécifie que, pour les peuples de cette mer, il n'y a qu'une vraie patrie, cette mer elle-même, la Méditerranée.
  • Jeunesse de la Méditerranée, Gabriel Audisio, éd. Gallimard, 1935, p. 15


Si la France est ma nation, si Marseille est ma cité, — ma patrie, c'est la mer, la Méditerranée, de bout en bout.
  • Jeunesse de la Méditerranée, Gabriel Audisio, éd. Gallimard, 1935, p. 24


Alain de Benoist[modifier]

Des Méditerranéens venus des deux rives opposées du « continent maritime » auront de ce fait toujours entre eux plus d’affinités, voire de souvenirs, qu’un Espagnol ou un Italien n’en aura avec un Finlandais ou un Américain. Question de paysages, d’odeurs, de souvenirs personnels et historiques peut aussi. A l’heure où, pour la première fois depuis le Moyen Age, l’islam est devenu une réalité dans l’Europe occidentale, il serait dommage de l’oublier.


Fernand Braudel[modifier]

Qu'est-ce que la Méditerranée ? Mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d’innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres. Voyager en Méditerranée, c’est trouver le monde romain au Liban, la préhistoire en Sardaigne, les villes grecques en Sicile, la présence arabe en Espagne, l’Islam turc en Yougoslavie. C'est plonger au plus profond des siècles, jusqu'aux constructions mégalithiques de Malte ou jusqu'aux pyramides d'Égypte. C'est rencontrer de très vieilles choses, encore vivantes, qui côtoient l'ultra-moderne: à côté de Venise, faussement immobile, la lourde agglomération industrielle de Mestre; à côté de la barque du pêcheur, qui est encore celle d'Ulysse, le chalutier dévastateur des fonds marins ou les énormes pétrolières. C’est tout à la fois, s’immerger dans l’archaïsme des mondes insulaires et s’étonner devant l’extrême jeunesse de très vieilles villes ouvertes à tous les vents de la culture et des profits qui depuis des siècles, surveillent et mangent la mer.
  • La Méditerranée, Fernand Braudel, éd. Arts et métiers graphiques, 1977, p. 8


Luigi Luca Cavalli-Sforza[modifier]

Dans le Bassin méditerranéen, la ressemblance [génétique] entre tous les peuples vivant des deux côtés de la mer est remarquable.
  • Evolution biologique, évolution culturelle, Luigi Luca Cavalli-Sforza, éd. Odile Jacob, 2005, chap. Gènes, populations, phénotypes et environnement, p. 119


Carleton Coon[modifier]

Notre région, du Maroc à l'Afghanistan, est la patrie et le berceau de la race méditerranéenne. Les Méditerranéens se trouvent également en Espagne, au Portugal, dans la plus grande partie de l'Italie, de la Grèce et dans les îles de la Méditerranée, et dans tous ces endroits, comme au Moyen-Orient, ils forment le principal élément génétique dans les populations locales. [...] La race méditerranéenne, donc, est indigène, et majoritaire au Moyen-Orient, et la plus grande concentration d'un type méditerranéen très évolué se trouve au sein de deux des plus anciens peuples de langue sémitique, les Arabes et les Juifs. [...] Les Méditerranéens occupent le centre de la scène, leurs zones de plus forte concentration sont précisément celles où la civilisation est la plus ancienne. Il fallait s'y attendre, car ce sont eux qui l'ont produite et, en un sens, elle qui les a crée.
  • (en) Our area, from Morocco to Afghanistan, is the homeland and cradle of the Mediterranean race. Mediterraneans are found also in Spain, Portugal, most of Italy, Greece and the Mediterranean islands, and in all these places, as in the Middle East, they form the major genetic element in the local populations. [...] The Mediterranean race, then, is indigenous to, and the principal element in, the Middle East, and the greatest concentration of a highly evolved Mediterranean type falls among two of the most ancient Semitic-speaking peoples, notably the Arabs and the Jews. [...] The Mediterraneans occupy the center of the stage; their areas of greatest concentration are precisely those where civilization is the oldest. This is to be expected, since it was they who produced it and it, in a sense, that produced them.
  • Caravan: the Story of the Middle East (1958), Carleton Coon, éd. Henry Holt, 1958, p. 154-157


Mohammed el-Gahs[modifier]

[La Mediterranée] est le prolongement naturel de l'Afrique qu’elle a malheureusement raté. Mais nous ne désespérons pas de la convaincre que nous pouvons être au moins aussi intéressants que l’Europe de l’Est.
  • La presse francophone en Méditerranée: Regain et perspectives, Gilles Kraemer, éd. Maisonneuve & Larose, 2001, p. 218


Jacques Huntzinger[modifier]

L'identité méditerranéenne existe. Elle existe tout autant que l'identité nordique, l'identité balkanique, l'identité maghrébine. Elle s'exprime par l'assemblage des cercles croisés de nos appartenances culturelles et sociales. Les uns et les autres, pays des deux rives, sommes méditerranéens. Nous ne sommes pas que cela, mais nous le sommes. L'identité méditerranéenne est d'abord culturelle. Cette identité méditerranéenne nous appartient, à nous européens du Sud et Maghrébins, et elle traverse nos autres appartenances, notre appartenance à l'Europe ou au monde arabe, à la chrétienté ou à l'islam, au monde développé ou au monde sous développé. Nous avons oublié que nous étions également méditerranéens et pas seulement atlantiques, occidentaux ou arabo-islamiques. Il y a parenté de culture et de mode de vie, fondée sur la lumière, la vigne, l'olivier, le verbe, le geste, mais aussi le dialogue, l'ouverture, la réflexion mais encore la sensibilité, l'affectif, la mémoire.
  • Les trois dimensions des relations méditerranéennes, 2ème Forum Méditerranéen, Jacques Huntzinger, éd. TSA, 2008, p. 15


Henry Laurens[modifier]

L’affirmation d’un commun humanisme méditerranéen, dans la lignée de Valéry et de Camus, permettra d’intégrer la totalité des patrimoines de la Méditerranée en un même ensemble, mais tendra à rejeter au second plan les référents religieux, au risque de susciter d’irrémédiables résistances.
  • Le rêve méditerranéen, Henry Laurens, éd. CNRS éditions, 2010, p. Quatrième de couverture


Si vous avez compris quelque chose au Liban c'est qu'on vous l'a mal expliqué.
  • Henry Laurens, 3 novembre 2010, Collège de France, dans Collège de France, paru Collège de France, Henry Laurens : Enregistrement du cours.


Études génétiques[modifier]

[L]es populations du pourtour méditerranéen forment une entité anthropologique de loin plus cohérente que celles proposées par les découpages entre pays ou entre continents.
  • Jean-Michel Dugoujon, 2005, dans Diversité des allotypes des immunoglobulines d’une population berbère de la vallée de Tacheddirt, paru BMSAP, Tome 17, Fascicule 1-2 (2005), Jean-Michel Dugoujon.


La proximité génétique entre le nord de l’Afrique et les groupes sud-ouest européens conduisent à l’hypothèse d’une origine commune entre ces populations. Deux hypothèses sont actuellement discutées. Cette origine commune pourrait dater du Paléolithique Supérieure avec l’expansion d’Hommes anatomiquement modernes depuis le Proche-Orient et s’étendant le long des deux rives de la Méditerranée. Elle pourrait aussi avoir eu lieu au cours de la diffusion Néolithique depuis le Proche-Orient, il y a 10 000 ans av. J.-C.
  • Clotilde Coudray, 2006, dans Diversité génétique des populations Berbères et peuplement du nord de l'Afrique, paru Revue Anthropo, Vol. 11 - 2006, Volume spécial, XXVIIème colloque GALF, Clotilde Coudray.


Références[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :