Absence

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'absence est le fait d’être absent. En droit se dit de la situation d’une personne dont on n’a pas reçu de nouvelles depuis une certaine époque et dont la résidence actuelle n’est pas connue.

Littérature[modifier]

Robert Desnos[modifier]

Sa vue imprime à mon cœur un mouvement plus rapide, son absence emplit mon esprit.


Roger-Pol Droit[modifier]

La salade manque de sel, et la salière n'est pas sur la table. Normalement, elle devrait être là. C'est comme ça que je l'ai remarquée, parce qu'elle n'était pas là, comme toujours. À l'écart, en attente. Disponible, sachant se faire oublier. Quand elle est là, personne ne la remarque jamais. Son rôle : juste être là. Au cas où. Si par hasard.
  • Dernières nouvelles des choses, Roger-Pol Droit, éd. Odile Jacob, 2003, p. 49-50


Je ne pourrai jamais les écouter [les voix enregistrées sur mon répondeur] comme si j'étais là. De fait, je suis revenu. J'écoute les messages, vous voyez bien. Toutefois, de même que j'entends dans ces voix leur absence, je perçois, dans mon audition actuelle, mon absence d'avant. Quand ces voix parlent, je ne suis pas là. Quand je suis là, les écoutant, je persiste à ne pas y être entièrement, du fait même que les écouter me renvoie à mon absence.
  • Dernières nouvelles des choses, Roger-Pol Droit, éd. Odile Jacob, 2003, p. 154-155


Le téléviseur n'est pas comme tel instrument de domination, de contrainte ni de contrôle. Il fait en un sens beaucoup plus, et mieux : il provoque l'absence de soi-même à domicile. Vous croyez voir le monde entier dans votre salon ou votre chambre. C'est vous qui êtes parti.
  • Dernières nouvelles des choses, Roger-Pol Droit, éd. Odile Jacob, 2003, p. 211

Anne F. Garréta[modifier]

Poussière de craie, chiffrant un néant qui cherche à gonfler la bulle, la fine membrane blanche qui l’enclot, délinéant une part de nuit obscure et contournée sur le fond d'une nuit d'asphalte plus vaste, ligne hâtive silhouettant une absence et que les passants indifférents crèvent, emportent et dispersent à la semelle de leurs souliers.
  • À propos d'une silhouette de craie sur un trottoir, suite à une mort violente.
  • La Décomposition, Anne F. Garréta, éd. Grasset (Le Livre de Poche), 1999, p. 50


Annie Le Brun[modifier]

Il n'est pas de roman noir qui ne mette spectaculairement en scène l'absence ou l'imprécision du tourmenteur.
Absence ostentatoire qui fait en quelque sorte basculer la question du mal dans l'imaginaire. Dans la mesure où le scélérat du roman noir en acquiert une toute-puissance cosmique qui met paradoxalement le mal à la portée de tous. Il est ici, il est là, il est dans l'air comme une redoutable énergie avec laquelle il va falloir se mesurer. Du même coup, le voilà rendu à l'état de nature, le voilà rendu à son innocence première.

  • Les châteaux de la subversion, Annie Le Brun, éd. Garnier Frères, coll. « Folio Essais », 1982  (ISBN 2-07-032341-2), partie III, Sans lieu ni date, p. 226


Octavio Paz[modifier]

Mes yeux tournent au centre d'une chambre noire où tout dort de ce même sommeil ultime et désemparé des objets dont les maîtres sont morts, ou partis soudain et pour toujours, sommeil obtus d'objet abandonné à sa propre pesanteur inanimée, sans la chaleur d'une main qui le caresse ou le polit.
  • Liberté sur parole (1958), Octavio Paz (trad. Jean-Clarence Lambert), éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1966  (ISBN 2-07-031789-7), partie II. AIGLE OU SOLEIL ? (1949-1950), Travaux du poète — VII, p. 51


Clément Rosset[modifier]

L'ombre, le reflet et l'écho sont les attributs obligés de tout objet réel, quelle qu'en soit la nature ; s'ils viennent à manquer, [...] ils déboutent par leur absence n'importe quel objet d'une prétention à la réalité.
  • Impressions fugitives : L'ombre, le reflet, l'écho, Clément Rosset, éd. Les Éditions de Minuit, 2004  (ISBN 2-7073-1853-1), p. 12


Chansons[modifier]

Serge Reggiani, 1971[modifier]

D'un enfant, d'un amour
L'absence est la même
Quand on a dit je t'aime
    Un jour
Le silence est le même…

  • L'Absence, Jean-Loup Dabadie, Serge Reggiani, album Rupture (1983 chez Polydor).


Lady Sir, 2017[modifier]

Je suis hantée par sa présence et souffre tant de son absence
Je suis hantée par son absence et souffre tant de sa présence


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :