2001 : l'odyssée de l'espace (livre)

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pour l’article homonyme, voir 2001 : l'odyssée de l'espace (film). Disambig.svg

Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
2001 l'odyssée de l'espace.

2001 l'odyssée de l'espace est un roman d'Arthur C. Clarke publié en 1968, écrit parallèlement au film éponyme de Stanley Kubrick.

Citations[modifier]

Dans ce territoire aride et désolé, seul le plus petit, le plus rapide ou le plus puissant pouvait croître et espérer survivre.


Sur la planète Terre, le premier nœud fut noué…


En apesanteur, un lit sans matelas est encore plus confortable que la plus moelleuse des couches sur Terre.


C'était le propre du barbare de détruire ce qu'il ne pouvait comprendre, mais peut-être les hommes n'étaient-ils que des barbares comparés aux êtres qui avaient érigé les Monolithes.


La distance rend toute chose infiniment plus précieuse.


Le temps n’est pas encore venu où l’homme pourra laisser son empreinte dans le système solaire.


En dépit des perfectionnements électroniques, il advient parfois que la bonne vieille feuille imprimée soit le moyen d’information le plus pratique.


On ne remplace pas des plombs sautés avant de savoir pourquoi ils ont sauté.


Un homme, dans certaines circonstances, peut abandonner toute humanité lorsqu’il est en proie à la panique.
Dave Bowman : C'est creux… jusqu'à l'infini…et… Oh ! mon Dieu ! C'est plein d'étoiles !


L'enfant attendit, ordonnant ses pensées, avec tous ses pouvoirs encore inutilisés. Il était maintenant maître du monde, et il n'était pas très sûr de ce qu'il allait faire ensuite. Mais il lui viendrait bien une idée