William Hjortsberg

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

William Hjortsberg, né le 23 février 1941 à New York et mort le 22 avril 2017 à Livingston (Montana), est un scénariste et un écrivain américain de roman policier et de science-fiction.

Matières Grises, 1971[modifier]

L'imbécile gaspille ses paroles tandis que le sage écoute.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 30


Le voyageur de l'inconnu perd fréquemment son chemin
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 31


L'expérience est aussi un bon professeur.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 58


Le temps est une abstraction inventée par l'homme pour unifier l'illusion qu'il appelle réalité. Le passé, le présent et l'avenir ont lieu Maintenant.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 63


La réussite apporte sa propre récompense.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 83


Il faut plus qu'un corps pour faire un homme.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 98


Parfois, mêmes les souvenirs agréables engendrent la mélancolie.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 120


Les poissons morts ne brillent que la nuit.
  • Matières grises, William Hjortsberg (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, 1982, p. 142


Angel Heart, 1978[modifier]

L'argent est impuissant contre la douleur.
  • Angel Heart, William Hjortsberg (trad. Rosine Fitzgerald), éd. Gallimard, 2002, p. 32


Le temps peint un portrait que nul homme ne peut ignorer.
  • Angel Heart, William Hjortsberg (trad. Rosine Fitzgerald), éd. Gallimard, 2002, p. 171


La tombe est au bout du chemin. L'âme, seule, est immortelle.
  • Angel Heart, William Hjortsberg (trad. Rosine Fitzgerald), éd. Gallimard, 2002, p. 172


C'est la main qui tient le fouet qui conduit le chariot. La chair du cavalier ne sent pas la piqûre des éperons. Dans la vie, pour être fort, il faut faire acte de volonté.
  • Angel Heart, William Hjortsberg (trad. Rosine Fitzgerald), éd. Gallimard, 2002, p. 201


Nevermore, 1994[modifier]

Le bûcher a toujours attendu le sorcier.
  • Nevermore, William Hjortsberg (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 1997, p. 46


Celui qui mange la banane ne glisse pas sur sa peau.
  • Nevermore, William Hjortsberg (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 1997, p. 110


En ce monde, nous recevons tous notre part de glaçons. Les riches les ont en été, les pauvres en hiver.
  • Nervermore, William Hjortsberg (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 1994, p. 232


Une maison vide est la tombe de la mémoire.
  • Nevermore, William Hjortsberg (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 1997, p. 335


Nous sommes tous des passagers en route vers l'éternité. Les ports auxquels nous touchons n'ont guère d'intérêt. Notre destination reste la même...
  • Nervermore, William Hjortsberg (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 1997, p. 437