William Caxton

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait gravé représentant William Caxton (1873).

William Caxton (vers 1420-1492) est un auteur, traducteur et éditeur anglais. Il fut le premier imprimeur de livres en anglais.

Citations[modifier]

Car nous les Anglais sommes nés sous l'influence de la Lune, qui n'est jamais constante mais varie toujours, croissant une saison et diminuant la prochaine. Et l'anglais commun qui se parle dans une province varie de l'autre. Ainsi est-il arrivé de mes jours que certains marchands était à bord d'un navire sur la Tamise pour traverser la mer jusqu'en Zélande, et par manque de vent ils attendaient à Foreland et descendèrent à terre pour se rassasier. Et l'un d'entre eux, un dénommé Sheffelde, chapelier, entra dans une maison pour demander de la nourriture, et particulièrement des egges (œufs), et la bonne femme lui répondit qu'elle ne parlait pas le français. Et le marchand se fâcha, car il ne parlait lui non plus le français, mais voulait des egges, et elle ne le comprenait point. Puis un autre dit qu'il voulait des eyren. Et la bonne femme dit qu'elle le comprenait bien. Tiens, lequel devrait-on écrire de nos jours, egges ou eyren? Certainement, il est difficile de plaire à tous, à cause de la diversité et de l'évolution de la langue.
  • (en) For we Englysshe men ben borne under the domynacyon of the mone, whiche is never stedfaste but ever waverynge, wexynge one season and waneth and dyscreaseth another season. And that comyn Englysshe that is spoken in one shyre varyeth from a-nother, in so moche that in my dayes happened that certayn marchauntes were in a ship in Tamyse for to have sayled over the see into Zelande, and, for lacke of wynde, thei taryed atte Forlond, and wente to lande for to refreshe them. And one of theym named Sheffelde, a mercer, cam in to an hows and axed for mete and specyally he axyd after eggys, and the goode wyf answerde that she could speke no Frenshe. And the marchaunt was angry, for he also coude speke no Frenshe, but wolde have hadde egges; and she understode hym not. And thenne at laste a-nother sayd that he wolde have eyren. Then the good wyf sayd that she understod hym wel. Loo, what sholde a man in thyse dayes now wryte, egges, or eyren? Certaynly it is hard to playse every man, by-cause of dyversite and chaunge of langage.
  • (en) Eneydos (Énéide), Virgile, éd. William Caxton, 1490, partie Préface, p. (non paginé)

(Lire en ligne à la British Library)