Wilhelm Liebknecht

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wilhelm Liebknecht

Wilhelm Liebknecht (29 mars 1826 Gießen - 7 août 1900 Berlin) était un socialiste allemand, co-fondateur du Parti social-démocrate d'Allemagne (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD).

Souvenirs sur Marx, 1896[modifier]

Il n'y avait alors au sein de la classe ouvrière elle-même qu'une infime minorité qui se fût haussée jusqu'au socialisme ; et parmi les socialistes eux-même, les socialistes dans l'esprit scientifique de Marx — dans l'esprit du manifeste communiste — n'étaient qu'une minorité. Le gros des ouvriers, dans la mesure où ils s'étaient éveillés à la vie politique en général, étaient encore plongés dans la brume des aspirations et des formules démocratiques sentimentales qui caractérisaient le mouvement de 1848 aussi que ses levers et baissers de rideau.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. III, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 34


Pour Marx, les applaudissements de la foule, la popularité, prouvaient que l'on était sur une voie fausse et sa devise favorite était le vers altier de Dante : Segui il tui corso, e lascia dir le gentá (Suis ton chemin et laisse dire les gens !).
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. III, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 34


Le style n'est pas seulement l'homme, il est aussi la matière, et il faut qu'il s'adapte à la matière. « There is no royal road to science » : Il n'y a pas de grande route vers la science. Ici, il faut que chacun fasse des efforts pour gravir les cîmes, même s'il a le meilleur guide.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. IV, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 38


Se plaindre du style lourd, difficile à comprendre ou même pénible du capital, c'est simplement reconnaître sa propre paresse d'esprit ou sa propre incapacité de penser.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. IV, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 38
La politique était un objet d'étude pour Marx, il détestait mortellement les politiciens et leur politique d'estaminet. En effet, peut-on s'imaginer quelque chose de plus répugnant ?
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. IV, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 39


L'histoire est le produit de toutes les forces dans l'homme et la nature et de la pensée humaine, des passions humaines et des besoins humains.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. IV, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 39


Mais la politique, c'est dans la théorie la connaissance de ces millions et milliards de facteurs occupés à tisser sur le « métier du temps » et dans la pratique, c'est l'action qui résulte de cette connaissance.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. IV, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 39


La politique est donc à la fois une science (pure) et une science appliquée.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. IV, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 39


Il n'y a pas de génie sans une puissance de travail et une production exceptionnelle.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. VI, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 44


Le prétendu génie auquel ces deux choses sont étrangères, une puissance de travail et une production exceptionnelle, n'est qu'une bulle de savon chatoyante ou une traite tirées à terme sur des trésors dans la lune.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. VI, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 45


Là où s'unissent la puissance de travail et la production, dépassant la moyenne, il y a également du génie.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. VI, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 45


S'il avait été égoïste, il aurait laissé simplement aller les choses comme elles devaient aller. Mais pour lui, il y avait quelque chose au dessus de tout, c'était son dévouement à la cause. Il essaya de terminer son œuvre grandiose
  • Lettre de Tussy[1]
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. X, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 64


Dans le cerveau et dans le cœur de millions d'ouvriers qui se sont « unis » à son appel, il n'y a pas seulement un monument plus durable que l'airain, mais aussi le terrain vivant dans lequel ce qu'il a enseigné et ce qu'il a voulu passe — et a déjà partiellement passé dans les actes.
  • Souvenirs sur Marx (1935), Paul Lafargue et Wilhem Liebnknecht, éd. Éditions de Sandre, 2008  (ISBN 978-2-914958-84-4), chap. XII, Souvenirs sur Marx (Extraits), p. 68


Notes[modifier]

  1. Éléanor Marx-Avelling, la dernière des trois filles de Karl et Jenny Marx décrit à Wilhelm Liebknecht dans ce passage un Marx brisé par la maladie et le décès de sa femme Jenny en décembre 1881, puis, de celui de sa fille ainée Jennychen Longuet en janvier 1883. Marx décédera le 14 mars 1883, suivi 6 jours plus tard par son petit fils Henri Longuet, 5 ans.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :