Vincent Delerm

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vincent Delerm (2012).

Vincent Delerm est un auteur-compositeur-interprète, arrangeur musical et dramaturge français. Il est né le 31 août 1976 à Évreux.

Citations[modifier]

C'est assez générationnel. Avant, les gens avaient des flirts de deux mois et un mari pour quarante ans. Maintenant, à trente ans, on a déjà eu deux, trois histoires d'amour signifiantes qui ont duré. Je préfère ces expériences aux chansons de séparation, qui me semblent assez faciles. Le pauvre auteur, il souffre ! Alors, personne n'ose dire quand c'est raté ! (rires)
  • L'art de conjuguer, entretien avec François Desmeules, 1er février 2007, dans www.voir.ca, paru [1], Vincent Delerm : À propos des relations amoureuses qui seraient plus précoces et éphémères qu'autrefois.


Je n'aime pas que les chansons paraissent « too much ». Je préfère que les gens accomplissent des associations d'idées en leur proposant des choses un peu carrées, techniques. Et plus c'est censé être sentimental, plus j'essaie d'aborder le propos de manière concrète. Voilà en tout cas ce que je veux faire... mais il faut du temps pour parler des choses.
  • L'art de conjuguer, entretien avec François Desmeules, 1er février 2007, dans www.voir.ca, paru [2], Vincent Delerm.


Pourquoi les femmes en 1998 se sont-elles mises à aimer le football ? Probablement parce que c'était tellement envahissant qu'il était préférable de s'y intéresser que de le subir sans cesse. Pareil pour la politique, difficile de ne pas s'y intéresser [...] Malgré toutes les réticences, il faut noter que ce sont des jeunes qui ont pris la parole maintenant... En France, c'est devenu une tradition de voter pour le « moins pire. » L'abbé Pierre n'aurait pas pu être président de la République... Pour lui comme pour moi, j'imagine, c'est déjà une fonction qui porte en elle un certain paradoxe avec les idées du socialisme...
  • L'art de conjuguer, entretien avec François Desmeules, 1er février 2007, dans www.voir.ca, paru [3], Vincent Delerm.


Je fais des chansons influencées à la fois par la tradition littéraire et les variétés. J'ai voulu faire un disque plus léger, globalement plus proche de ce que je suis. Moins petit intello-chambre de bonne sortant du cinéma en discutant de ses goûts.
  • L'art de conjuguer, entretien avec François Desmeules, 1er février 2007, dans www.voir.ca, paru [4], Vincent Delerm : À propos de son 3e album qui serait plus franco-parisien, pastel et léger que les précédents.


Je me suis rendu compte après coup de ce parti pris. J'aimais ce son un peu mat de variétés 70. François Rauber, Legrand... Je suis un type assez joyeux dans la vie, mais je fuyais cette insolence en plaçant un petit paravent de mélancolie dans mes chansons. Là, je me suis dit : pas de prise de tête, des intuitions... J'ai 30 ans, ce qui m'entoure est assez ensoleillé et joyeux... donc...
  • L'art de conjuguer, entretien avec François Desmeules, 1er février 2007, dans www.voir.ca, paru [5], Vincent Delerm : À propos de son 3e album qui serait plus franco-parisien, pastel et léger que les précédents.


La « belle écriture » ne compte pas pour moi. Les associations qui veulent sauver la langue française, c’est vraiment l’angoisse. Elle se sauve toute seule ou pas. La tradition que j’aime, c’est la manière qu’ont les artistes de raconter leur identité, leur singularité.
  • Entretien avec Marie Varroud-Vial pour Obstyles.com (Culture), 3 décembre 2007, dans www.nouvelobs.com, paru [6], Vincent Delerm : Interview à l'occasion de la parution de son album live Delerm en duo (12 novembre 2007).


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :