Utilisateur:RobertIon/Brouillon

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


  • Commençons par dire que la poésie est morte. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Derrière le mot il y a le silence, et derrière ce silence il y a l’oubli. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Les dieux sont condamnés à vivre le rêve de l’impérissable. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Les questions ne changent pas la verité, mais elles lui donnent le mouvement. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Je viens tout juste de transformer la vie dans un proverbe. Je viens tout juste de la tuer. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Qu’est-ce que l’automne sait-elle de l’été? Quels chagrins ont-elles les saisons? Aucune d’entres elles ne hait. Aucune n’aime. Elles ne font que passer. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Seul ce qui est destiné à mourir est capable de vivre. Seul ce qui meurt vit. Pourquoi pensez-vous que le Christ a été-t-il tué? Ils l’ont tué pour prouver qu’il n’était pas un dieu. Mais en le tuant, ils ont immortalisé le périssable et ont transformé l’homme en dieu. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)
  • Je suis un œuf et le sera toujours, et nous sommes des œufs et le serons toujours. Oeufs frits. Ou des œufs pourris. Oeufs bouillis. Ou des œufs brouillés. Œufs pochés. Ou des œufs ronds. Des œufs. Des œufs. Des œufs. (Giannina Braschi, El imperio de los suenos, 1988)


  • Les poètes et les anarchistes sont toujours les premiers à s’en aller. Où? À la première ligne. Où que ce soit. (Giannina Braschi, Yo-Yo Boing!, 1998)
  • Qu’est-ce que la liberté? La mesure de la dignité. (Giannina Braschi, Yo-Yo Boing!, 1998)
  • Si vous voulez savoir ce qu’est l’amour, ayez un enfant. Si vous voulez savoir ce qu’est la douleur, enterrez-le. (Giannina Braschi, Yo-Yo Boing!, 1998)
  • La solitude voyage avec toi. (Giannina Braschi, Yo-Yo Boing!, 1998)
  • Si je respectais les langues comme vous, je n’écrirais pas du tout. El muro de Berlín fue derribado. Pourquoi ne puis-je pas faire de même? Desde la torre de Babel, las lenguas han sido siempre una forma de divorciarnos del resto de la humanidad. La poésie doit trouver des moyens de briser la distance. Je ne réduis pas mon auditoire. Au contraire, je vais avoir un public plus large avec les marchés communs – en Europe, en Amérique. Et d’ailleurs, toutes les langues sont des dialectes destinés à être des pionniers. Je me sens comme Dante, Pétrarque et Boccaccio (Boccace), et je me sens même comme Garcilaso en forgeant une nouvelle langue. Saludo al nuevo siglo, el siglo del nuevo lenguaje de América, y le digo adiós a la retórica separatista y a los atavismos. (Giannina Braschi, Yo-Yo Boing!, 1998)


  • Les banques sont les temples de l’Amérique. Celle-ci est une guerre sainte. Notre économie est notre religion. (Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • La liberté est un démagogue. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Je veux être libre de la liberté. Libre. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Je crains la liberté. Je crains avant tout la liberté qui est au-dessus de toute crainte d’exprimer cette liberté. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Les métaphores et les comparaisons sont le début du système démocratique de l’envie. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • New York est la capitale darwiniste du monde capitaliste. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Le kamikaze est une explosion d’une contradiction dans son paradoxe, la victime et le meurtrier, le yin et le yang, les deux faces de la monnaie, la bombe à feu et l’extincteur, le procureur et le défendeur, le bourreau et le pendu. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • La Nativité est l’ennemie de la prophétie. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • L’originalité veut dire revenir à l’endroit où vous étiez ce que vous étiez – et trouver là-bas une chaise vide. Seriez-vous heureux de vous y asseoir? Non, merci. Il est vide pour une raison. C’est là que mon cul était. Pas où ma tête est maintenant. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Les États-Unis d’Amérique deviendront les États-Unis de Banana. Et Porto Rico sera le premier état république bananière à parts égales incorporé qui se séparera de l’union. Puis sera le tour de l’Île de la Liberté, de Mississippi Burning, de Texas BBQ, de Kentucky Fried Chicken; tous – les New York Yankees, les Jersey Devils ou tout autre – voudront sortir de l’union et demander une séparation – un divorce. Les choses ne vont pas bien pour la république bananière quand les menottes et les chaînes de la démocratie se détachent et déchaînent les chiens de guerre. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • L’anglais est une langue de destruction massive. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Lady Macbeth est une reine de destruction massive. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Le Roi Lear est un roi de destruction massive. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Hamlet est un prince de destruction massive. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)
  • Shakespeare est un chantre de destruction massive. '(Giannina Braschi, United States of Banana, 2011)