Tomislav Sunić

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tomislav Sunić

Tomislav Sunić est un écrivain et traducteur américano-croate, ancien professeur en science politique et ancien diplomate, né à Zagreb, en Croatie, en 1953.

Citations[modifier]

La récente guerre dans les Balkans nous a montré de façon limpide que lors de l'instauration de l'état d'urgence, les anciens apatrides croates et pro-yougoslaves n'avaient pas hésité à devenir des ultras Croates - par défaut. Gare à celui qui oublie ses racines. C'est l'Autre qui va vite les lui rappeler.
  • « Rebelles, révoltés, révolutionnaires », Tomislav Sunić, Revue Terre et Peuple, nº 50, hiver 2011, p. 49


Dans l'optique optimiste, même un aveugle peut s'apercevoir que le Système est mort. L'expérience avec ses dogmes abstraits de multiculturalisme et de progrès économique a échoué. Tant en Europe qu'aux Etats-Unis, on voit chaque jour que l'expérience libérale a touché à sa fin il y a bien longtemps. Il y a suffisamment de preuves empiriques pour nous démontrer ce fait. On n'a qu'à choisir le plus visible et le plus audible. Il est caractéristique de la classe politique moribonde de vanter la "perfectibilité", l'"éternité", et la "véracité" de son Système - précisément au moment où son Système est en train de s'écrouler. Ces vœux pieux et d'auto-satisfaction, on a pu les observer tant et tant de fois dans l'histoire. Même les notions de la classe dirigeante actuelle portant sur la fin des temps et la "fin de l'Histoire" nous rappellent la mentalité de la classe politique des anciens pays communistes, en l'occurrence la Yougoslavie peu avant son effondrement. En 1990, il y avait encore de grands défilés proyougoslaves et pro-communistes en Yougoslavie où les politiciens locaux se vantaient de l'indestructibilité du Système yougoslave. Quelques mois plus tard, la guerre commença - et le Système mourut.
  • « Rebelles, révoltés, révolutionnaires », Tomislav Sunić, Revue Terre et Peuple, nº 50, hiver 2011, p. 49


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :