Thibault de Montbrial

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thibault de Montbrial (né en septembre 1968) est un avocat français.

Presse[modifier]

L'état islamique veut créer une situation d'insécurité totale[modifier]

Cela fait des mois que l'État islamique appelle les Français, par des messages vidéo, à rejoindre les combats en Irak et en Syrie, mais aussi passer à l'acte sur le territoire français. Il y a une incitation permanente à commettre des attentats avec des modes opératoires suggérés. Juste avant Noël, on avait vu des voitures foncer dans la foule, deux jours après la publication d'un message qui incitait à de tels actes jusqu'alors inédits.

  • « L'état islamique veut créer une situation d'insécurité totale », Thibault de Montbrial, Valeurs actuelles, du 2 au 8 juillet 2015, p. 26


En occident et en France en particulier, on a beaucoup de mal à comprendre ce qui nous arrive. Dans la vie, on ne choisit pas ses ennemis. Quand quelqu'un décide de vous attaquer, vous avez beau n'avoir aucune envie de vous battre, s'il vient, il va falloir vous défendre, sinon il va vous détruire.

  • « L'état islamique veut créer une situation d'insécurité totale », Thibault de Montbrial, Valeurs actuelles, du 2 au 8 juillet 2015, p. 26


Dans la lutte contre l'islamisme, il y a deux catégories de personnes. Les angéliques, qui n'ont encore pas pris la mesure du problème, et les réalistes. Dans son discours, Manuel Valls, par exemple, quand il parle « d'islamo-fascisme » ou de « guerre de civilisation », est réaliste. François Hollande, en revanche, n'a jamais prononcé les mots « terroriste » ou « terroriste islamiste ». Il est dans une forme d'incapacité à nommer ce qui est, évoquant des « adversaires » alors que ce sont des « ennemis ». C'est très préoccupant.

  • « L'état islamique veut créer une situation d'insécurité totale », Thibault de Montbrial, Valeurs actuelles, du 2 au 8 juillet 2015, p. 26


La pénétration de l'islamisme n'épargne pas la police ni l'armée[modifier]

L'augmentation considérable de la pénétration de l'islamisme dans tous les secteurs d'activité de la société française n'a pas épargné l'administration en général, et les forces de l'ordre en particulier.

  • « Thibault de Montbrial : La pénétration de l'islamisme n'épargne pas la police ni l'armée », Propos recueillis par Eléonore de Vulpillières, Le FigaroVox, 11/03/2016 (lire en ligne)


Une personne qui se radicaliserait dans le but de commettre une agression contre ses collègues aura tendance à se dissimuler. Le danger ne vient pas tant des personnes au comportement identifié, ouvertement prosélyte que des éléments infiltrés de l'islamisme radical qui pratiquent la taqîya.

  • « Thibault de Montbrial : La pénétration de l'islamisme n'épargne pas la police ni l'armée », Propos recueillis par Eléonore de Vulpillières, Le FigaroVox, 11/03/2016 (lire en ligne)


En France, on trouve des dizaines de Molenbeek[modifier]

Les pays d'Europe sont attaqués pour ce qu'ils sont et ce qu'ils représentent. Ce n'est pas le terrorisme qui nous fait la guerre. Ce sont les islamistes radicaux, qui utilisent le moyen du terrorisme pour faire triompher l'islamisme politique. C'est une guerre de conquête.

  • « Thibault de Montbrial : En France, on trouve des dizaines de Molenbeek », propos reccueillis par Eleonre de Vulpillières, Le FigaroVox, 24 mars 2016 (lire en ligne)


La situation n'a plus rien à voir avec les vagues d'attentats qui nous ont frappés dans les années 1980 ou 1990. Aujourd'hui, les attaques sont perpétrées par des ressortissants européens, nés et élevés ici, et qui nous haïssent. Ils ne sont plus quelques dizaines, mais des milliers. Ils bénéficient d'un soutien significatif d'une partie de la population, notamment sur le plan logistique. En France, on trouve des dizaines de Molenbeek.

  • « Thibault de Montbrial : En France, on trouve des dizaines de Molenbeek », propos reccueillis par Eleonre de Vulpillières, Le FigaroVox, 24 mars 2016 (lire en ligne)


Nommer le mal, s'adapter et surtout ne plus subir[modifier]

Mais pour atteindre cette résilience, il faut au préalable réussir à nommer le mal qui nous frappe : l'islamisme radical. Et prendre conscience de ce que notre problème n'est pas en Syrie et en Irak, mais bien sur notre territoire, où des milliers d'islamistes sont en capacité de passer à l'action, eux-mêmes soutenus par un second cercle de plusieurs dizaines de milliers de sympathisants.
Nommer les choses, c'est aussi comprendre que faire la guerre au terrorisme ne veut strictement rien dire : le terrorisme est un moyen qui est au service d'une idéologie politique, l'Islam radical. Cela nécessite de comprendre une fois pour toute que nous sommes sortis de 70 ans de paix. Il faut accepter cette réalité terrible et ses implications pratiques dans nos vies quotidiennes, pour que, tous ensemble collectivement - politiques, responsables de la sécurité mais aussi citoyens - nous puissions nous adapter et surtout, enfin arrêter de subir.

  • « Thibault de Montbrial : Nommer le mal, s'adapter et surtout ne plus subir », Alexis Feertchak, Le FigaroVox, 15 juillet 2016 (lire en ligne)


En matière de sécurité, le sursaut n'a pas eu lieu pour éviter le chaos[modifier]

Notre pays est de plus en plus le théâtre de provocations qui sont ensuite exploitées dans des logiques victimaires par des associations aux visées communautaristes assumées, comme le CCIF. On peut également ajouter des opérations sidérantes telles que le « camp d'été décolonial », une réunion interdite aux blancs (!) qui s'est déroulée fin août près de Reims sans que le Préfet ne l'ait estimée contraire à l'Ordre public et où seuls des journalistes sélectionnés ont été admis. Cette manifestation est notamment à l'origine d'un article à charge contre la société française absolument surréaliste publié par le New-York Times la semaine dernière, qui constitue un cas d'école de ce mélange de provocation et de victimisation d'une partie de la communauté musulmane auxquelles nos institutions sont si réticentes à opposer la fermeté qui devrait s'imposer, comme la pathétique réaction du Préfet de la Marne l'a démontré. La sombre convergence de ces constats augure mal du sursaut nécessaire.

  • « Thibault de Montbrial : en matière de sécurité, le sursaut n'a pas eu lieu pour éviter le chaos », propos recueillis par Alexandre Devecchio, Le Figaro Vox, 14 septembre 2016 (lire en ligne)