Texas

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Texas est un État du Sud des États-Unis.

Thomas McGuane[modifier]

Joe croyait qu'entrer au Texas et traverser la Red River lui donnerait l’impression d’être de retour dans l’Ouest, mais rien de tel n’arriva. Des orages violents s’abattaient sur la route, et le paysage ressemblait toujours à la Louisiane avec tous ses gommiers, ses noyers et ses nyssas.
  • L'homme qui avait perdu son nom, Thomas McGuane (trad. Brice Matthieussent), éd. Christian Bourgois éditeur, 1990  (ISBN 2267008424), p. 92


Peu après la rivière Sabine, Joe commença de repérer les petits champs pétrolifères, ceux qui étaient en activité, avec leurs pompes peintes de couleurs vives, leurs balanciers qui, à chaque oscillation, aspiraient le pétrole. Et les terrains qui avaient connu des jours meilleurs, avec leurs balanciers immobiles et leur peinture rouillée qui s’écaillait, tels des champs couverts de sauterelles géantes et mortes […]
  • L'homme qui avait perdu son nom, Thomas McGuane (trad. Brice Matthieussent), éd. Christian Bourgois éditeur, 1990  (ISBN 2267008424), p. 93


A Grand Prairie il y avait un lit de rivière parfaitement aménagé à la texane, avec des saules nains dont les racines retenaient les ordures pendant les inondations fulgurantes qui envahissaient les nouveaux quartiers. Joe était fou de joie à l’idée de retrouver la campagne de l’Ouest. Il croyait qu’ici il allait se refaire un nouvel équilibre. Telle était la tâche de l’Ouest.
  • L'homme qui avait perdu son nom (1989), Thomas McGuane (trad. Brice Matthieussent), éd. Christian Bourgois éditeur, 1990  (ISBN 2267008424), p. 94


Alors qu’il roulait vers Wichita Falls et que la radio était momentanément muette, il remarqua l’apparition de ranches soignés, avec beaucoup de chevaux, des maisons campées sur les hauteurs à côté des moulins à vent pour profiter de la brise, et des portails fantaisistes fabriqués avec des barres et des cornières en fer.
  • L'homme qui avait perdu son nom (1989), Thomas McGuane (trad. Brice Matthieussent), éd. Christian Bourgois éditeur, 1990  (ISBN 2267008424), p. 95


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :