Aller au contenu

Sylvain Bemba

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.

Sylvain Ntari-Bemba est un écrivain congolais né le à Sibiti en République du Congo, et mort le à Paris. Il fut le lauréat du Grand prix littéraire d’Afrique noire en 1995.

Rêves portatifs, 1979[modifier]

Quand un chien menace deux enfants, on les voit utiliser leur peur comme bouclier pour unir leurs faiblesses en un ultime rempart.


L’homme qui épouse une jeune femme est comme un marchand de poisson qui se moque bien de voir le produit de sa pêche pourrir le lendemain. Il est assuré de toujours avoir son étal bien garni.


L’angoisse du meurtrier est au moins aussi grande que les souffrances de sa victime.


Il n’est de vraie qu’une liberté qui reconnaît ses limites.


N’échoue pas celui, qui, d’une façon ou d’une autre, a tenté de toute ses forces, de donner un sens à sa vie.


Le dernier des argonautes,[modifier]

L'autorité parternelle n'est pas une prison,c'est un phare.
  • Le dernier des argonautes, Sylvain Bemba, éd. NEA, 1979  (ISBN 2-7236-0426-8), p. 18


L'Enfer, c'est Orféo: pièce en trois actes[modifier]

L'homme n'est pas ce qu'il est, ce qu'il croit être ou ce qu'il connait, l'homme est ce qu'il fait pour les autres, ce qu'il apporte aux autres.
  • L'Enfer, c'est Orféo: pièce en trois actes, Sylvain Bemba alias Martial Malinda, éd. ORTF, 1969, p. 62


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :