Stargate SG-1/Saison 2

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

La Morsure du serpent [2.1][modifier]

O'Neill : Je suppose que c'est le moment ou jamais de prononcer des paroles inoubliables... ... Il n'y a rien qui me vienne à l'esprit. Allons-y.


O'Neill : (Des Jaffa essaient de forcer les portes de la salle de commande) Oui, oui, ça va, on arrive!


O'Neill : Écoutez. Détendez-vous Daniel! On a vécu des situations pires que celle-là!
Teal'c : Pas à ma connaissance.
O'Neill : (en coin) ...Merci Teal'c.


O'Neill : Carter... si jamais quelqu'un s'approche de vous, mordez-lui la main. [sous-entendu : comme vous venez de me faire]


Samuels : Alors là j'en doute [que SG-1 puisse être à bord du vaisseau goa'uld]. Parce qu'il est impossible d'atteindre un vaisseau par la porte... Pardonnez-moi, je sais que SG-1 est important pour vous c'est vrai mais, c'est tout à fait irréaliste.
Hammond : Ainsi que votre plan, colonel! Ça ne nous a pas empêché pourtant de le mettre en œuvre.


Bra'tac : Peut-être que quand vos vaisseaux de guerre attaqueront...
Carter : Oh oh, excusez-moi, vous venez bien de parler de nos vaisseaux ?
Bra'tac : Vous devez certainement en avoir...
Jackson : Enfin, nous avons un certain nombre de...
O'Neill et Jackson : ... de navettes...
Bra'tac : Et ces... "navettes"... sont sûrement redoutables...
O'Neill : Oh, oui, oui,... oui. (À Jackson) On est mal barrés...
Jackson : Oui, je crois...


Bra'tac : Une fois lancés, nous ferons le plus de dégats possibles.
O'Neill : Excusez-moi! Et combien est-ce que vous êtes?
Bra'tac : Trois... Avec lui [Teal'c] ça fait quatre.
O'Neill : Ah! Bon! Quatre (!)!


Bra'tac : Nous sommes prêts à sacrifier notre vie pour votre monde, humain (!). N'en demandez pas plus.
O'Neill : Non, je sais! Mais ce serait une meilleure idée si c'était les autres qui sacrifiaient leurs vies pour leur monde avant nous.

  • parodie du mot célèbre de Patton.


Samuels : Monsieur! On ferait sans doute mieux d'attendre le résultat de notre frappe avant de faire partir ces gens...
Hammond : (ferme) Je ne crois pas!
Samuels : Une évacuation n'est peut-être pas nécessaire...
Hammond : Vous pouvez arrêter de rêver tout haut colonel!


Samuels : Dans ce cas... puisque je ne suis plus, ni désiré, ni utile à quoi que ce soit ici, je vous demanderais respectueusement la permission de rejoindre l'une des équipes partant pour le site alpha au...
Hammond : (le coupe) Permission... refusée (!). L'idée c'est d'envoyer les meilleurs et les plus brillants colonel!


Teal'c : Ce vaisseau n'est plus protégé par des champs magnétiques... ...
Carter : Et, c'est tout?
Teal'c : Quoi donc?
O'Neill : Je crois que ce que le capitaine veut dire, c'est : "et maintenant?".
Bra'tac : On va mourir.
O'Neill : Ah ça c'est pas un bon plan!


Bra'tac : On va mourir heureux Teal'c.
Teal'c : Mieux que ça mon ami : on va mourir libres.


La Tête à l'envers [2.2][modifier]

Teal'c : (Après avoir tiré sur Daniel avec un Zat'n'ktel ) Est-ce que vous souffrez ?
Jackson : Drôle de question... Et merci Teal'c... C'était gentil.
Teal'c : C'était normal.
Jackson : Surtout ne refaites jamais ça.


O'Neill : Vous avez gagné Sam, vous vivez.
Carter : Ce n'est pas moi.
O'Neill : Oh si c'est vous. Vous vous êtes accroché et vous l'avez battus.
Carter : Le goa'uld a donné sa vie pour moi, il m'a sauvé.


Perpétuité ou La tueuse de monde [2.3][modifier]

O'Neill : Sauf si vous me dites que vous avez fait une découverte extraordinaire, je considère cette mission achevée.
Jackson : Mais on vient juste d'arriver! On ne sait pas ce que cette planète a à offrir(!).
O'Neill : (reste stoïque) Des arbres et de la mousse.


(Un homme fuyant et terrifié rencontre SG-1 dans une forêt et leur demande de l'aide)
O'Neill : (sceptique) E-Euh c'est ça... Euh nous sommes cernés par Taldor (!). Oui bon alors soyez tranquille nous sommes là...


Voix de Taldor : Vous êtes prisonniers!
O'Neill : Euh et vous? ... Vous êtes qui?


Linéa : Il y a deux manières et deux manières seulement de gouverner une société : par la peur, ou par l'espoir.


O'Neill : Je suppose que vous n'avez jamais été en prison, n'est-ce pas? Pour vous c'est bien la première fois?
Jackson : Vous, vous y êtes déjà allé, j'imagine?
O'Neill : ... Eh bah oui!


Hammond : Mais enfin! D'où est-ce que vous sortez?
O'Neill : (banal) De prison. Enfin à vrai dire, nous nous sommes évadés.


Le Maître du jeu [2.4][modifier]

(SG-1 arrive dans un bel endroit fleuri)
Carter : C'est magnifique!
O'Neill : Ouais. Mais partout où il y a un jardin, il y a des serpents!
Jackson : (pour contrebalancer la remarque d'O'Neill) Il y a des fleurs aussi. * atcha * Je dirais même qu'il y a beaucoup trop de fleurs...


Carter : J'aime assez ce qu'ils ont fait de cet endroit. (ils sont dans une sorte de serre)
O'Neill : Mouais. Et moi je ne suis pas sûr d'aimer ce que cet endroit a fait d'eux... (des personnes sont ficelées dans des sortes de baquets)


Carter : Où sommes-nous?
Maître du jeu : Il me semble que vous le nommez le « musée archéologique de New York »(!).
Carter : Non, non! Où sommes nous en réalité?
Maître du jeu : La réalité se trouve dans les yeux de celui qui regarde, non?


Maître du jeu : Il ne saurait y avoir le moindre plaisir s'il n'y avait tout d'abord... un peu de douleur...


Carter : Mais comment! Comment ça [le monde virtuel] marche(!)?
O'Neill : Je me fiche de comment ça marche! Je veux juste m'en aller(!).


Jackson : Attendez une minute... Depuis combien de temps vos... « résidents » sont prisonniers de ce monde virtuel?
Maître du jeu : Hm environ un millier de vos années...
O'Neill : Je vous garantis qu'il est hors de question qu'on passe ici un millier d'années de qui que ce soit(!) !


Maître du jeu : (outré) Ils sont en train de tout dévaster, j'en ai même vu qui cueillaient des fleurs (!)!
O'Neill : (A Daniel) C'est la réalité ? Cette fois c'est pour de vrai ?
Maître du jeu : Oh, Oh ! Ne cueillez pas les fleurs ! Vous êtes en train de dévaster le jardin. (se tournant vers SG1) Je l'avais bien dit, ils vont tout dévaster! D'abord le jardin, ensuite, ce sera toute la planète(!)!
O'Neill et Jackson : C'est la réalité.


La princesse Shyla [2.5][modifier]

Jaffa : Mettez-vous à genoux!
O'Neill : Vous savez je regrette mais, j-j'ai u-un léger problème d'arthrose au genou... (le Jaffa lui met un coup derrière les genoux pour l'y obliger) Ah! Oui... oui ça va mieux...


Carter : Vous savez, je crois que ça a un rapport avec ce goa'uld qui est entré en moi... Depuis j'ai des sensations bizarres quand je suis près de Teal'c...
O'Neill : Oui bah, nous aussi(!).


Jaffa : Si vous voulez manger vous avez intérêt à travailler!
O'Neill : Dites-donc... J'ai l'impression que.. que vous ne respectez pas le, le code du travail ici. Il va falloir que je parle à votre contremaitre(!).


Shyla : Je sais que vous avez dû voir plein de choses dans vos voyages mais... vous n'avez sûrement jamais rien vu d'aussi magnifique!... On appelle ça une forêt!
Jackson : Ah!.. Oui... Nous aussi.


Jackson : Je vais en parler [de la libération des autres membres de SG-1 qui travaillent dans une mine de naquadah] ce soir à Pyrus au dîner.
Carter : (avec envie) Vous allez dîner?
Jackson : (se rendant compte de sa gaffe) ... Oui... C'est un festin en mon honneur.
O'Neill : Un festin?! Vous allez festoyer ce soir?
(...)
O'Neill : (alors que Jackson part, amer) Et reprenez du dessert!


Jackson : Je me suis servi du sarcophage sans effet secondaire(!). E-Et regardez! Plus de lunettes!
Carter : C'est ce que j'appellerai un effet secondaire(!).


Jackson : Maintenant tout est devenu tellement clair(!). C'est vrai j'ai l'impression que je peux faire... tout ce que je veux(!).
O'Neill : Une chose! Vous n'avez qu'une seule chose à faire! [nous sortir d'ici]


O'Neill : Alors on a fait un très bon voyage. Carter a pu récupérer du naquadah. Teal'c s'est fait de nouveaux amis, comme toujours. Daniel s'est fiancé et... je vais prendre une douche.


L'Œil de pierre [2.6][modifier]

Heru-ur : Prosterne-toi devant ton dieu!
Olaf : Seul Thor est mon dieu et je garderais la tête haute devant lui!


Gairwyn : La voilà.
Jackson : ... ...(pointant une stèle) C'est ça, la "grotte de l'œil de pierre"?
Gairwyn : Pourquoi? Vous espériez autre chose?
Jackson : Ben euh... oui!... Peut-être une grotte?!


Jackson : (au sujet d'une énigme donnée par Thor) Je pense que c'est une sorte de garde-fou pour être sûr que celui à qui il confiera ses pouvoirs sera suffisamment évolué pour les utiliser avec discernement. Comme s'il vérifiait d'abord que ses enfants sont assez responsables avant de les laisser jouer avec des armes. Ça aurait peut-être été plus prudent de faire la même chose sur Terre...


Un message dans une bouteille [2.7][modifier]

Carter : C'est tout à fait incroyable. Si Daniel a vu juste, cet objet a été fabriqué à l'époque où l'homme de Néanderthal était l'espèce la plus évoluée sur Terre.
O'Neill : Oh(!). Ça ne nous rajeunit pas!


Hammond : Tout s'est bien passé colonel ?
O'Neill : Oh ! Un petit pas pour l'Homme, un grand bond pour l'humanité, la routine quoi !


Carter : Lieutenant je souhaite enregistrer ceci.
Simmons : (Depuis l'autre côté de la vitre d'observation) Tout de suite mon Capitaine.
Carter : Essayez de vous détendre Graham (cf:Simmons), la journée va être longue.
Jackson : (Plus bas à Carter) Je ne crois pas que ce soit à cause de l'objet, il est toujours très nerveux lorsqu'il se trouve près de vous... Mon Capitaine vous avez une touche.
Simmons : Hum, l'enregistrement est lancé.
(Surprise de Carter et Jackson)
Carter : Merci Lieutenant.
Jackson : Oups.


O'Neill : (jovial) Bonjour les amis! Bien dormi? Moi oui!
Jackson : Euh c'est déjà le matin? (il a passé toute la nuit à travailler avec Carter)
O'Neill : Ha! Bonne déduction!


Hammond : Le NID insiste pour le voir [l'objet].
Carter : Même en sachant ce que ça a fait au colonel?
Jackson : (désabusé) Surtout depuis qu'ils savent ce que ça a fait au colonel...


Hammond : Comment pouvons nous l'écouter ?
Carter : En le laissant croitre.
Hammond : Quoi ?!
Carter : Nous allons augmenter le niveau d'oxygène plus haut que la normale. Nous allons prendre une arme et le bombarder d'énergie. Nous allons le laisser devenir ce qu'il chercher à être.
Hammond : Nous ferons donc le contraire de tout ce que vous avez dit jusqu'à présent!?


Carter : On a vraiment cru que vous nous quittiez!
O'Neill : Je ne part jamais sans dire au revoir(!).


Conseil de famille [2.8][modifier]

Bra'tac : Tealc. Depuis combien de temps ne subviens-tu plus à ses [Drey'auc] besoins?
Teal'c : Je ne peux pas répondre à cette question.
Bra'tac : Oh je sais... Elle non plus(!).


Teal'c : [Rya'c a subi un lavage de cerveau] Le corps de Rya'c est vivant mais son esprit est mort.


O'Neill : (au reste de SG-1) Hé ben... Vous pesez un million de sheshtas! C'est une sacré réussite!


Secrets [2.9][modifier]

O'Neill : Vous savez... je suis capable de naviguer à travers une galaxie, mais je me perds à chaque fois que je viens à Washington.
Carter : Ne vous inquiétez pas. Je connais la ville comme ma poche.
O'Neill : Oh j'en suis navré pour vous(!).


Jacob Carter : Vers vos analyses de-e l'espace par radio..télémétrie ?
O'Neill : Que voulez-vous, c'est tellement fascinant(!).
Jacob Carter : Oh mais j'en suis certain, sinon on ne vous remettrait pas une médaille.
O'Neill : Je crois qu'on la mérite. Vous voudrez bien m'excuser j'espère. Nous ne sortons que très rarement de notre base. Je vais prendre un peu l'air, dehors. (Salut tour à tour pour s'excuser de son départ précipité) Général. Capitaine. Général. Garçon. (Tourne les talons et s'en va)


O'Neill : Très bien... Si vous tenez à écrire votre article, je veux être certain qu'il n'y ait aucun oubli... C'est O'Neill (!), avec deux L. Il y a un autre colonel O'Neil avec un seul L et il n'a aucun sens de l'humour.

  • Dans le film, le nom du colonel s'écrit avec un seul L. Il a été légèrement changé dans la série pour marquer le changement de comportement entre les deux figures.


Jacob Carter : Je voudrais te voir réaliser ton rêve avant de mourir.
Carter : Mais c'est mon rêve! Il me semble que ça ne regarde que moi(!)!
Jacob Carter : Les pères ont des rêves aussi...


Hammond : C'était (!) un accident.
O'Neill : ... ...A vos ordres.


Carter : Heureusement que vous vous êtes souvenus que les capacités réflectives de leurs boucliers sont proportionnels à la somme des énergies cinétiques dirigées contre eux.
O'Neill : C'est ça, oui.


Le Fléau [2.10][modifier]

Carter : (à O'Neill qui vient de marcher dans une substance visqueuse, sur une planète fantôme) Je suis navrée de vous le dire mais, à priori les pigeons ont dû poser des problèmes...


O'Neill : Général Hammond, je demande la permission de mettre mon poing dans la figure de cet homme(!). [Maybourne]


Maybourne : (à O'Neill qui fait semblant de lui bloquer le passage) Frappez un officier et c'est tout de suite la cour martiale(!)!
O'Neill : ... (froidement) J'ai pas l'intention de vous frapper... J'vais vous descendre.


Chef de bande : (en parlant du tatouage de Teal'c) Eh géant le tatouage! Où t'as eu ça?
Teal'c : ... à Chulak.
Chef de bande : Chulak? C'est où ça? C'est la zone!?
Teal'c : ... Veuillez vous ôter de mon chemin.
Chef de bande : Wah l'autre eh! Ecoute eh, j'm'arracherait seulement quand tu m'auras dit comment ils font leurs tatouages à Chulak.
Teal'c : ... On grave la peau avec un couteau Orac. Et on verse un peu d'or fondu dans la blessure encore ouverte.
Chef de bande : (avec une grimace) Wao. Ca fait pas mal euh quand ils font ça?
Teal'c : (le prend sous le menton et le pose sur le côté) Horriblement petit.


Teal'c : Personne ne doit savoir que je suis là.
Ally : D'accord. T'es sûr? J'veux dire : t'as l'air pire que mon vieux quand il s'est fait tirer dessus... et il y est resté!


Ally : T'auras une dette envers moi... comme dans "le Parrain"... d'accord? ... Bon! J'reviens tout de suite.
Teal'c : Ne dis à personne où je suis.
Ally : T'angoisse pas!
Teal'c : Ce n'est pas ce que je ressens.
(...)
Ally : Tu sais, t'es cuit si tu restes là.
Teal'c : Ca doit faire très mal.


Maybourne : Bonjour jeune fille. Je suis le colonel Maybourne. Je travaille pour les États-Unis d'Amérique. Ton gouvernement. Les gentils.
Ally : (lève les yeux au ciel) Tu parles!


O'Neill : C'est domage qu'il ne suffise pas d'un bon électro-choc comme dans "Urgences" [pour ranimer le symbiote de Teal'c], quand ils ont quelqu'un qui... quoi?
(...)
O'Neill : (une fois que le symbiote va mieux, comme s'il avait compris les manœuvres de Frasier, Carter et Harlow) Bon! Vous voyez que j'ai fini par comprendre [comment soigner le symbiote].


Teal'c : O'Neill.
O'Neill : Oui, c'est moi.
Teal'c : Tuez moi.
O'Neill : Euh... Non.


Hammond : Maybourne vient de m'informer qu'il a donné l'ordre que le spécimen ainsi que toutes les recherches effectuées sur lui soient transférées en zone 51.
O'Neill : (regret sincère) J'aurais dû le descendre.

La Tok'ra (1/2) [2.11][modifier]

Cordesh : Au moindre signe d'agressivité, nous ouvrirons le feu.
O'Neill : Vous ne serez pas seuls(!)...
Cordesh : *petit rire* Je pense que nous aurions l'avantage.
O'Neill : (regarde autour de lui) ... C'est pas faux ça...
(...)
O'Neill : Vous savez dans la plus part des galaxies c'est ce qu'on appelle une impasse. On va rester longtemps comme ça ?


O'Neill : A moins que vous ne soyez la Tok'ra.
Cordesh : Et si ce n'est pas le cas ?
O'Neill : Et bien, je crois qu'on ouvrira tous le feu. Y aura des morts, du sang, des blessés, ce sera l'horreur!


Hammond : Jacob. Il vaut mieux qu'elle [Sam] soit là.
Jacob Carter : Pourquoi?! Laisse-moi te dire une chose Georges. Ma petite fille a grandi en me voyant sans arrêt parti Dieu-sait-où combattre Dieu-sait-qui, et je suis toujours revenu en bonne santé. Tu voudrais qu'elle me voit en train de perdre ma guerre... contre un adversaire si petit que je ne le voit même pas?!

  • Jacob Carter a un cancer.


Martouf : Je vous assure monsieur, qu'elle sera en sécurité avec moi.
Carter : Mon colonel. Il faut que je le fasse [aller parler seule à seul avec Martouf]. S'il vous plaît.
O'Neill : ... ...(alors qu'ils sont prisonniers par le groupe de Martouf) D'accord fiston. Mais je veux que tu la ramène avant onze heures du soir, tu as compris?

La Tok'ra (2/2) [2.12][modifier]

O'Neill : La bonne nouvelle, c'est que maintenant on est huit...
Jackson : C'est... c'est une bonne nouvelle?
O'Neill : Oui... On sera beaucoup plus forts.
Teal'c : Est-ce que c'est encore une de vos blagues O'Neill?


Hammond : Jacob connait beaucoup de choses sur la Terre et sur nos forces armées. Ce serait comme si on faisait cadeau de ces informations aux Goaul'd.
Carter : A la Tok'ra !


 
Samantha Carter : Je ne travaille pas dans les satellites, ce n'est qu'une couverture.
Jacob Carter : Non tu crois ? J'aurais jamais deviné.


Jacob Carter : Et maintenant ?
Selmak/Sarush : Embrassez-moi.
Jacob Carter : Vous plaisantez ?

  • ils sont tous les deux mourants et ne se connaissent que depuis 5 minutes


Selmak : (Se réveille après l'implantation alors que les jaffas attaquent la base Tok'ra) Martouf ? Est-ce qu'on ne devrait pas essayer de s'échapper ?

Les Esprits [2.13][modifier]

Hammond : Capitaine Carter. Comme vous allez prendre le commandement de SG-1 sur cette mission, mes supérieurs m'ont donné ordre de vous rappeler de faire preuve de diplomatie.
Carter : Oui mon général!
O'Neill : Tout comme je l'aurais fait(!)...


Tonane : Je suis Tonane!
Carter : (très vite) Capitaine Samantha Carter SG-1.
Tonane : C'est long comme nom.


Carter : Tout ce que je vois moi là, c'est un loup Tonane(!). C'est un très bel animal d'ailleurs, mais... mais pas un esprit.
Tonane : Vous ne pouvez jamais voir le vent Sam, mais vous savez ce que c'est. Vous pouvez l'entendre. Vous pouvez le sentir. Vous pouvez voir ses effets sur tous ces arbres. C'est la même chose avec les esprits : vous voyez un loup, mais T'akaya est là.
(...) (le loup disparaît dans un bosquet et quelques instants plus tard, en ressort SG-11)
Tonane : Ça vous fait quoi de voir le vent Sam?


Tonan : Je suis persuadé que la notre [de méthode d'extraction du trinium] est meilleure.
O'Neill : (sceptique, ironique) Vous voulez parler de la méthode : ... vos esprits demandent à la montagne de laisser le minerai tomber dans la rivière?


O'Neill : Et si.. Et si quelqu'un au Pentagone ou dans notre superbe hiérarchie commençait à s'intéresser un peu aux droits des... Aborigènes et à toutes ces bavures de l'Histoire qui-qui ont toujours démoli le moral des troupes(!)?


O'Neill : Comment savoir si vous êtes vraiment Daniel?
Jackson : Parce que... euh...
O'Neill : ... Oui. Bon ça va.


La Clé de voûte [2.14][modifier]

Hammond : (il a à l'oreille un téléphone rouge, signe qu'il appelle la Maison Blanche) Non! Je veux lui parler sur le champ(!). ... Dites-moi, vous avez vu la couleur de ce téléphone? ... Oui!... Je vais attendre.


Reynolds : Ici, c'est le labo de bio-recherche.
O'Neill : C'est ici que vous entreposez le petit homme vert?
Reynolds : Il n'y a aucune forme de vie extra-terrestre en zone 51.
O'Neill : (se tourne vers Teal'c, ironique) En excluant certaines personnes présentes bien entendu!


Maybourne : Teal'c... Ça fait plaisir de vous revoir...
Teal'c : (s'approche lentement de lui, s'arrête à un mètre) Dans ma civilisation, je me verrais accorder le droit de vous démembrer colonel.


O'Neill : Vous voilà désormais au chômage Maybourne?
Maybourne : Je vais vous surprendre... Il se passe souvent des choses bizarres en haut-lieu.
O'Neill : Oh oui, je suis au courant.
Maybourne : De nouvelles missions nous sont confiées. Tenez c'est comme cette Porte [des étoiles en train d'être fermée]... Certains objets sont déplacés, d'autres changent. Chaque jour est différent.


La Cinquième Race [2.15][modifier]

Jackson : Qu'est-ce que vous voyez?
Teal'c : L'obscurité... pleine de lumières colorées(!).


Teal'c : Qu'est-ce que c'est que ces gants rembourrés O'Neill?
O'Neill : C'est pour éviter qu'on se fasse mal. ... Enfin, pour être honnête avec vous c'est pour éviter que vous me fassiez mal.
Teal'c : Si notre premier souci est d'éviter de nous faire mal, pourquoi se lancer dans une bagarre ?
O'Neill : Comment vous dire, c'est, c'est la boxe. C'est un sport(!). Allez ! Allez Teal'c il faut vous remuer un petit peu. C'est comme de la danse.
Teal'c : J'ai du mal à comprendre O'Neill. On doit se préparer à danser ou à combattre ?


O'Neill : (il regarde l'écran d'ordinateur de Jackson où se trouve un cercle de symboles extra-terrestres) No ani anquitas ic qua video
Jackson : Jack, êtes-vous en train de lire ça?
O'Neill : (sincère, enervé) Je ne sais pas! Dîtes-le moi!


Hammond : Est-ce que vous comprenez ce qu'ils [deux techniciens qui leur présente des «solutions»] disent?
Jackson : Je crois qu'ils en sont encore à zéro.
Scientifique : Hé bien en réalité on en est pas encore à zéro, monsieur. Disons qu'on n'en est pas encore très loin.
(plus tard, Jackson pose devant les techniciens de la base un appareil conçu par O'Neill)
Jackson : Tenez! Vous n'avez qu'à travailler là-dessus.
Scientifique : Qu'est-ce que c'est?
Jackson : Aucune idée. J'en suis un peu plus loin que le niveau zéro mais... Travaillez dessus!


O'Neill : Nous sommes une race vraiment curieuse de nature.


Une question de temps [2.16][modifier]

Carter : Mon général! Grâce au pouvoir de la Porte des étoiles, nous assistons à un des évènements auxquels les lois de la physiques nous empêchent normalement d'assister... [la formation d'un trou noir]
O'Neill : Nous sommes en train de regarder des hommes agoniser au ralenti, capitaine!


Cromwell : (ton très militaire) Sergent! Depuis combien de temps avez-vous perdu le contact avec cette base?
Garde : (sur le même ton) Ca va faire quatre heure mon colonel! Et c'était plutôt bizarroïde avant ça!
Cromwell : (très sec) Ca ne fait pas partie de notre terminologie! Que veut dire exactement ce mot, sergent?!


Cromwell : Le Pentagone a cru à une attaque extra-terrestre.
O'Neill : (dubitatif) Et c'est vous qu'on envoie??
(…)
O'Neill : Capitaine Carter, colonel Cromwell... (ironique) Il est là pour nous sauver tous... mai-ais j'ai quelques doutes.


Carter : Mon colonel. Pour une mystérieuse raison la déformation de notre espace-temps semble être en avance sur le champ de gravité plutôt que d'en être la suite logique. C'est probablement une réaction directe causée par la Porte des étoiles mais... je n'en suis pas sûre.
Cromwell : (se tourne vers O'Neill qui hoche pensivement la tête en regardant le sol) Inutile de me faire croire que vous avez tout compris.


Cromwell : Le temps! Mais le temps, c'est du temps!


Hammond : Je vais ordonner l'évacuation totale et immédiate de la base dans quelques instants. Il me faut deux volontaires pour rester derrière afin de donner un peu d'avance à nos hommes.
O'Neill : Je suis volontaire.
Cromwell : Moi aussi.
O'Neill : (regarde autour de lui) Euh... Il n'y a personne d'autre?


Carter : Oh vous savez : le temps qui passe est une notion très subjective...


Carter : Autrement dit Teal'c, il ne savent pas du tout ce que ça signifie. Alors ils vont simplement tout faire péter(!).


Cromwell : Comme au bon vieux temps, hein Jack?
O'Neill : Oh oui! Des trous noirs, des vortex... Comme au bon vieux temps...


Transfert [2.17][modifier]

O'Neill : (Après Carter et le général Hammond, c'est au tour d'O'Neill de poser une question à Jackson dont la conscience a été changée de corps afin d'essayer de déterminer si oui ou non il est bien Daniel Jackson) Moui, c'est un coup de chance(!). (il vient d'indiquer le numéro de la planète où a été trouvée Cassandra et l'endroit où a été trouvée la Porte des étoiles) Bon attendez! Si vous me décriviez... la robe que portait votre sœur la semaine dernière quand nous sommes sortis.
Jackson : Je n'ai pas de sœur, Jack. Et si j'en avais une, je ne vous laisserais pas sortir avec elle.


Ma'chello : En quoi est-ce que je suis bizarre?
Fred : Eh ben on ne peut pas s'adresser, à des gens qu'on connait pas, en pleine rue, avec des questions bizarres à leur demander, des trucs(!).
Ma'chello : (avise son gobelet dans lequel Fred, mendiant, met les pièces qu'il demande aux gens) C'est pourtant ce que vous faîtes!
Fred : (gêné) Ben... oui mais...
Ma'chello : Alors c'est que vous êtes bizarre vous aussi(!)?
Fred : On m'a dit pire que ça... C'est vrai. Ch'ui bizarre moi aussi.


(les consciences de Teal'c et du colonel O'Neill ont été échangée : Teal'c se trouve donc dans le corps du colonel O'Neill et inversement.)
Teal'c : Je suis vraiment... mal à mon aise.
O'Neill : Vous croyez que je me sens comment Teal'c? J'ai un serpent dans le ventre! Vous avez un corps normal, vous êtes à l'aise(!).
Teal'c : Il est normal pour vous, O'Neill. Avoir un symbiote en moi me paraît normal.
O'Neill : Oui enfin, peu importe. C'est... désagréable!


(les consciences de Teal'c et du colonel O'Neill ont été échangée : Teal'c se trouve donc dans le corps du colonel O'Neill et inversement.)
O'Neill : (se regardant dans une glace, par-dessus d'un lavabo. A Teal'c) Vous n'avez pas l'air très bien... Plutôt je n'ai pas l'air très bien...


Fred : Les meilleures choses ont une fin Ma'chello.
Ma'chello : Non, non mon ami! Seul ce qui est nuisible doit avoir une fin. Tout ce qui est bon, comme vous par exemple, a la possibilité d'être éternel.
(…)
Ma'chello : (alors qu'il se fait embarquer par la police) Vous aviez raison Fred... « Les meilleures choses ont une fin. »


(les consciences de Teal'c et du colonel O'Neill ont été échangée : Teal'c se trouve donc dans le corps du colonel O'Neill et inversement.)
O'Neill : (se réveille d'un état de Kelno'reem) Wao!... Bien... (il avise Teal'c se préparant à se couper les cheveux) Teal'c! (il s'approche) Mais qu'est-ce que vous faîtes?
Teal'c : Si je dois continuer à vivre dans ce corps, il faut que je me rase le crane...
O'Neill : (choqué) Vous dîtes ça pour plaisanter hein?
Teal'c : Non je ne plaisante pas. (il montre les ciseaux qu'il a à la main)
O'Neill : Teal'c, vous ne raserez pas mon crane(!).
Teal'c : Il s'agit en fait de mon crane, O'Neill.
O'Neill : Teal'c. Tout ça est provisoire.
Teal'c : Et... si ça ne l'est pas?
O'Neill : (inquiet) Laissez-leur une chance de retrouver Daniel, d'accord?.. Pour l'instant je vais voir le général Hammond. Promettez-moi de ne pas toucher, à ce crane, avant mon retour hein? Hein?!


(les consciences de Teal'c et du colonel O'Neill ont été échangée : Teal'c se trouve donc dans le corps du colonel O'Neill et inversement.)
Hammond : (à O'Neill) J'ai le regret de vous le dire : Vous n'êtes pas vraiment vous-même(!).


Masiello : De quelle façon doit-on courtiser une femme Fred?
Fred : En règle générale il faut du temps, de l'énergie et des cartes de crédit.


Carter : Daniel!.. Ne mourrez pas maintenant je vous en supplie! ...
Jackson : (il est dans le corps d'un vieil homme à l'article de la mort) Sam... C'est bon de savoir que vous ne m'aimez pas que pour mon physique.


La Colère des dieux [2.18][modifier]

Apophis : Je veux vivre.
O'Neill : (ironique) Désolé. C'est une affaire entre vous et votre dieu... Oh mais j'y pense. C'est vous votre dieu.


Apophis : Vous sacrifieriez votre monde pour sauver une malheureuse vie humaine(!)?
O'Neill : Exactement... C'est pour ça qu'on nous appelle, « les gentils ».


O'Neill : Oui mais s'il [Sokar] a été à moitié anéanti, qu'est-ce qu'il en reste maintenant? (Teal'c ne comprend pas et s'apprête à répondre) Non, non. C'est de la rhétorique, Teal'c.


Martouf : Mais c'est votre ennemi!
Frasier : C'est d'abord mon patient(!).


Le Faux Pas [2.19][modifier]

O'Neill : (après qu'un U.A.V. [unité autonome volante] ait traversé la Porte des étoiles) Ça, ça ne se démodera jamais! J'adore cet engin!


Jackson : désabusé) Déjà vu...
Teal'c : Qu'est-ce que vous voulez dire par là?
Jackson : Hé bien je veux dire que j'ai l'impression d'être déjà venu ici(!).
Teal'c : Tout à fait correct Daniel Jackson! C'était hier.


Jackson : J'ai eu l'impression que l'alien sur la vidéo était plutôt docile. Plus curieux que dangereux à mon avis.
O'Neill : Et moi je l'ai trouvé... plutôt chauve, blanc et tout nu.
Teal'c : Dans la mesure où cette planète est la leur, est-ce que ce n'est pas plutôt nous les aliens?
Jackson : En fait le terme « alien » s'applique à des êtres dont les caractéristiques diffèrent des notres par leur origine ou leur culture, et qui peuvent être très étranges par rapport à nos propres perspectives.
O'Neill : De toute façon quand on vient de Chulak, on est toujours(!) un alien!


Jackson : (un cercle de personnes étranges s'approche de SG-1 afin de pouvoir les toucher) Ne bougez pas. Continuez de sourire...
Teal'c : C'est pas vraiment mon truc, ça.
O'Neill : Et moi non plus.


O'Neill : Teal'c. Je sais que ça va être difficile pour vous... mais, ça vous ennuierait qu'on continue à avancer-er, sans parler pendant un moment?


Carter : Eh bien j'avais la sensation qu'il devait y avoir comme une relation symbiotique entre ces êtres et les organismes [que SG-1 avait tout d'abord pris pour des plantes]. Je suis sûre que eux l'ignorent.
Jackson : Et comment vous l'avez senti alors?
Carter : (hésite avant de répondre)
O'Neill : Capitaine?
Carter : (résignée) … Sur Terre je parle à mes plantes, moi.
O'Neill et Jackson : (!!!)


L'Ennemi invisible [2.20][modifier]

O'Neill : Alors, comment je dois t'appeler?
Charlie : Je n'ai jamais eu de nom.
O'Neill : Comment ta maman t'appelle?
Charlie : Fils!
O'Neill : C'est pas vraiment un nom.
Charlie : Non. C'est plutôt une description.


O'Neill : Alors voilà la question : Comment doit-on agir contre une menace invisible?
Carter : Il nous faut un moyen pour la détecter.
O'Neill : (légèrement) Ça pourrait nous aider en effet.


Carter : Même si nous ne pouvons pas les voir, ces Ree'tous peuvent parfaitement nous voir!
Teal'c : D'un point de vue stratégique c'est un grand désavantage. Je sais pourquoi les Goa'ulds ont voulu les éliminer.
O'Neill : Ce sont les Goa'ulds, Teal'c! (détachant les mots) Ils font leur boulot(!)!


1969 [2.21][modifier]

Thornbird : Je suis le major Robert Thornburn. Et, vous êtes?
O'Neill : (il subit un interrogatoire et essaye de déterminer jusqu'en quelle année ils ont remonté le temps) … Eurm. (il prend un ton un peu hautain, aristocratique) Le capitaine James T. Kirk, du vaisseau Enterprise.
(…)
O'Neill : Je vais être franc avec vous Bob : je ne m'appelle pas Kirk... Mais Skywalker, Luke Skywalker.


Thornbird : Quelles sont les armes dont vous vous êtes servis?
(…)
O'Neill : Oh oui!.. Mais c'est difficile à dire...
Thornbird : Selon vous ça pourrait être une sorte de secret d'État?
O'Neill : Non non je veux dire que c'est difficile à prononcer. [Il parle des Zat'n'ktel]


O'Neill : Bob(!)... Je peux vous appeler Bob?
Thornbird : Oui, mais sachez que ça ne vous apportera rien.
O'Neill : Sauf si ce rien est précisément ce que je cherche à obtenir.


O'Neill : On aura peu de temps pour..
Carter : (le coupe) ...nous enfuir et avec un peu de chance vivre le restant de nos jours sans affecter l'Histoire.
O'Neill : Sinon?
Carter : Oh je ne crois pas qu'il y ait de « sinon » pour le moment...
Jackson : Il n'y a pas de « sinon »?
O'Neill : Il y a un « sinon ».
Jackson : Il y a un « sinon »?
Carter : Vous ne pouvez pas espérer qu'il va se passer quelque chose simplement parce que vous l'avez décrété!
O'Neill : Capitaine. Si on le décrète, il y aura un « sinon »(!)... Compris?


Mike : (à Teal'c) Dis-moi, tu serais pas un déserteur? (regard direct de Teal'c) Non non, rassure-toi... Après le concert Jenny et moi on va tailler la route. On va aller au Canada.
Teal'c : Pour quelle raison?
Mike : Bah tu sais bien!.. La guerre.
Teal'c : La guerre contre le Canada.(?)

  • Ils sont en 1969, c'est-à-dire en pleine guerre du Vietnam


Après un long sommeil [2.22][modifier]

(O'Neill vient d'être dé-cryogénisé et on lui a annoncé la date : 2077.)
O'Neill : Général... Qu'est-il arrivé à mon équipe?
Trofski : Ça s'est mal passé.
O'Neill : Oui, ça je sais... Ils n'ont jamais pu retrouver la Porte, ou ils n'ont pas survécu au processus de décongélation,...
Trofski : Leurs corps ont été renvoyés mais ils étaient déjà morts. … Je suis désolé colonel : c'était il y a très longtemps...
O'Neill : Pour vous peut-être...


O'Neill : (à Hator) Oh! Et moi qui espérait ne plus jamais te revoir...


O'Neill : Tu sais... Tu devrais vraiment faire quelque chose pour ton haleine...
Hator : (!)... Comment contacter les Asgards pour acquérir leurs connaissances?
O'Neill : Va voir du côté de Roswell... C'est un petit bled dans le Nouveau-Mexique.

  • dans l'épisode 14 de la saison 1, c'est grâce à une hormone expirée par la bouche que Hator s'empare du SG-C.