Stargate SG-1/Saison 1

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Enfants des dieux [1.1 et 1.2][modifier]

Samuels : Colonel Jack O'Neill ?
O'Neill : À la retraite.


Samuels : Général Hammond. (O'Neill entre) Le colonel Jack O'Neill.
O'Neill : À la retraite(!).
Hammond : Vous avez de la chance ! Je suis moi-même à quelques mois de la retraite. J'ai commencé à penser à l'écriture de mes futures mémoires... vous n'avez jamais songé à raconter vos exploits dans un bouquin ?
O'Neill : Oh, ça me tente bien, si. (froidement) Mais, ce qui me gêne, c'est d'avoir à éliminer tous ceux qui l'auront lu.
Hammond : ...
O'Neill : Enfin, j'plaisante, mon général... La plupart de mes missions ont été classées secret-défense.


Hammond : Êtes-vous sûr qu'il [Ra] soit mort, colonel ?
O'Neill : À moins qu'il n'ait pu survivre à l'explosion d'une tête nucléaire, je peux effectivement, affirmer qu'il est mort.


Hammond : Vous n'aimiez pas Daniel Jackson, n'est-ce pas ?
O'Neill : Daniel était un scientifique. Il éternuait tout le temps... Bref, je l'supportais pas.


Hammond : Jackson est peut-être mort, vous ne savez pas où vous mettez les pieds !
O'Neill : Mon général, il n'y a qu'un moyen de le savoir !
Hammond : Bien... Nous enverrons d'abord la sonde pour effectuer quelques repérages...
O'Neill : Mon général, nous n'en avons pas besoin.
Kawalski : Vous êtes sûr ?
O'Neill : Oui ! (Il prend une boîte de mouchoirs) Ça suffira.
(...)
O'Neill : Si Daniel est de l'autre coté, il saura ce que veut dire ce message.
Samuels : Et si ce sont les aliens qui le trouvent ?
O'Neill : Dans ce cas, ils auront de quoi se moucher pendant un bon bout de temps...


Kawalski : Vous préférez vous faire appeler Sam ?
Carter : Ne vous inquiétez pas Major, je n'ai plus joué à la poupée depuis mes dix ans.
Kawalski : Oh ! GI Joe ?
Carter : Non, le major Matt Mason.
Kawalski : Oh ! Qui ça ?
Ferretti : Le major Matt Mason, la poupée astronaute, le modèle muni du petit parachute pour le faire voler.
Hammond : Merci messieurs.


O'Neill : Pour ceux d'entre vous qui feront le voyage pour la première fois, il faudra bien vous préparer...
Carter : J'ai pratiquement mémorisé le rapport de la première mission, je n'ai jamais été aussi bien préparée de toute mon existence !
Kawalski : Ce que le colonel veut vous dire, c'est : "Avez vous déjà pratiqué une simulation de bombardement à bord d'un F-16 à plus de 8G ?"
Carter : ...Oui.
Kawalski : (Déçu) Oh... ... Et bien c'est dix fois pire que ça !


O'Neill : (Après que Carter a décrit un phénomène de matière très scientifique) Ah ben voyons... Encore une scientifique ! Mon général, pitié(!)...
Carter : Théoricienne en astrophysique...
O'Neill : Ce qui signifie(!)...?
Hammond : Qu'elle est plus intelligente et plus maligne que vous, colonel.


Carter : Je suis officier de l'armée de l'air, comme vous, mon colonel. Et le fait que mes organes de reproduction soient situés à l'intérieur de mon corps, ne veut pas dire que je vous suis inférieure, mon colonel...
O'Neill : ... Oh mais je n'ai absolument rien contre les femmes, capitaine... J'adore les femmes ! ...J'ai juste un léger problème avec les scientifiques.
Carter : Mon colonel, j'ai volé plus de cent heures dans l'espace aérien irakien durant la guerre. Cela suffit à vous rassurer... ou vous voulez vous qu'on fasse un bras de fer ?

  • À noter que la réplique de Carter concernant ses "organes de reproduction" a été supprimée de la version remastérisée de 2009.


Carter : Il nous a fallu 15 années et 3 super-ordinateurs pour parvenir à créer un système d'utilisation fiable. Regardez comme il [Le DHD d'Abydos] est petit !
O'Neill : (agacé) Capitaine! (lui commande de venir)
Carter : Oh! Désolée! Docteur Jackson, je présume? Je suis le professeur Samantha Carter.
O'Neill : (sarcastique) Vous ne voulez plus qu'on vous appelle Capitaine?

  • la deuxième remarque de Carter est une parodie de la célèbre phrase (ainsi que de la situation) de l'explorateur Stanley Morgan lorsqu'il retrouve le docteur Livingstone qui s'était perdu en Afrique.


Kawalski : (En voyant Abydos) Bon sang, cet endroit ne m'a vraiment pas manqué !


O'Neill : Une carte de quoi ?
Jackson : Je n'ai pas encore pu tout analyser... Regardez un peu, ça représente... le travail de toute une vie !
O'Neill : Désolé Daniel, mais nous sommes un peu pressés... C'est une carte de quoi ?!
Jackson : Ah, eh bien les cartouches semblent séparés en plusieurs groupes... Chaque groupe est rattaché aux autres par une série de lignes, et chacun des groupes est composé lui-même de sept symboles... Vous commencez à voir où ça nous mène ?
O'Neill : ... ...Précisez quand même.


Jackson : Ils ne savent pas ce qu'ils [SGC] vont faire de moi... Et je ne sais pas ce que je vais faire de moi non plus.


Jackson : Elle [Sha're] se tordait de rire chaque fois que je me lançait dans une tâche qui pour eux était tout à fait banale. Tenez... moudre sa farine soi-même... Vous avez déjà essayé de moudre votre propre farine ?
O'Neill : Non, pas récemment, j'essaie d'arrêter...


Carter : Vous sous-entendez que Ra n'était pas le dernier survivant de sa race ?
Kawalski : Il avait peut-être un petit frère... Rê !

  • Rê et Ra sont deux appellations du même dieu.


Hammond : Major Kawalski, vous dirigerez SG-2.
Kawalski : C'est vrai ?!
Hammond : Le colonel O'Neill vous a personnellement recommandé pour le poste.
O'Neill : (sur un ton d'excuse) J'ai eu un moment de faiblesse...


O'Neill : Bon alors... Si on n'est pas revenus dans vingt-quatre heures... (S'apprête à dire quelque chose comme "Vous rentrez au SGC")
Kawalski : On revient vous chercher par la peau des fesses !


Jackson : Si vous tenez à ce qu'on ait une bonne réputation, il vaudrait mieux éviter de pointer vos armes à tout-va dès qu'on rencontre une personne(!).


Jackson : Chulak... Regardez ça, ça m'a l'air mignon comme tout !
O'Neill : Il paraît que c'est plus coquet au printemps...


Kawalski : Warren ! Debout, c'est l'heure ! Le soleil s'est... Les soleils se sont levés !


Warren : Quand devez-vous prendre la décision... je veux dire de repartir sur Terre sans eux ?
Kawalski : J'sais pas, quand il se mettra à geler en enfer !


O'Neill : Je pourrais sauver tous ces gens... Aidez moi ! ... aidez moi...
Teal'c : Bien d'autres ont dit cela... (Il tire sur un garde serpent et lance son arme à O'Neill) Mais vous êtes le premier que je crois !


Teal'c : Quiconque ne passe pas sa vie à servir les dieux est leur ennemi.


Hammond : Et lui, qu'est-ce qu'il fait ici ?
O'Neill : Général Hammond, voici Teal'c ! Il peut nous aider.
Hammond : Vous savez de qui il s'agit ?!
O'Neill : Oui, mon général, je sais... C'est l'homme qui nous a tous sauvé la vie !


L'ennemi intérieur [1.3][modifier]

O'Neill : (comparaison à l'iris) Ils s'écraseront comme des moustiques sur un pare-brise.


O'Neill : L'iris va résister à leurs attaques ?
Carter : S'il ne résiste pas, le dispositif à sûreté intégré se déclenchera, la montagne explosera... On n'aura plus de souci à se faire.
O'Neill : Aah, génial. Je suis tout à fait rassuré.


O'Neill : (convoqué par Hammond) Il y a une mauvaise nouvelle, mon général ?
Hammond : Eh bien, vous n'aimez pas les préambules, colonel...
O'Neill : Le week-end s'est mal passé ? La pêche a été mauvaise ?...


Hammond : Il faut que vous gardiez à l'esprit qu'il [Teal'c] porte en lui sous forme larvaire un ennemi formidablement belliqueux et puissant.
O'Neill : Ces tests éventuels, en quoi consistent-ils, mon général ?
Hammond : Peut-être n'avez-vous pas remarqué, colonel, mais c'est le premier individu d'une espèce d'aliens que nous rencontrons. Reconnaissez que cela fait de notre ami un sujet d'expériences scientifiques intéressant.
O'Neill : Un sujet d'expériences ?!
Hammond : Eh ! Il est ce qu'il est, colonel.
O'Neill : Avec tout le respect que je vous doit mon général, je ne crois pas qu'il ait sauvé la vie des hommes de mon équipe, ou qu'il soit venu dans notre camp pour qu'on l'oblige à servir de cobaye pour les services secrets militaires !


Hammond : Il [Teal'c] a changé de camp une première fois. Êtes-vous sûr qu'il ne va pas retourner dans le camp adverse ?
O'Neill : Oui, certain !
Hammond : Eh bien vous êtes le seul à le penser, colonel.


O'Neill : Ça va ? Je ne vous dérange pas, j'espère ?
Teal'c : (pratiquant le kelno'reem) Si.


Teal'c : Est-ce que je suis prisonnier ?
O'Neill : (Regarde autour de lui) Euh... Oui.


Teal'c : Je suis un jaffa, j'ai combattu comme guerrier au service de votre ennemi. Je porte même votre ennemi à l'intérieur de mon corps.
O'Neill : Ouais... enfin c'est un des traits propres à l'être humain... nous avons tendance à avoir peur des choses qui nous sont inconnues.


Teal'c : Je vous offre ma connaissance sur les Goa'uld. Je vous offre mes compétences de guerrier pour les mener à la défaite. J'engage mon honneur et ma vie au service de ce monde.


Teal'c : Ils [Les Goa'uld] n'ont pas besoin de la paix. S'ils pouvaient vous tuer tous... ils le feraient.


Kennedy : Donc nous voilà amenés à mettre fin à une vie ["d'un parasite goa'uld"] dans l'espoir quasi-impossible d'en sauver une autre [le major Kawalski](!). Vous voyez le dilemme?!
O'Neill : (ferme, immédiatement) Non, pas du tout!


Jackson : Nous ne sommes rien à leurs [Goa'uld] yeux. Nous ne sommes moins que rien en fait.


Kawalski : Quoiqu'il arrive, je veux que vous sachiez une chose... ...Ça a été un honneur de servir à vos cotés... mon colonel.
O'Neill : ...Écoutez, um... J'ai quelque chose à vous demander, ce n'est pas facile pour moi...
Kawalski : On est ami, vous le savez bien...
O'Neill : ... Si vous y passez... j'peux avoir votre stéréo ?


Kawalski : Si ça ne marche pas... Je compte sur vous mon général... Je veux me réveiller en étant moi ou pas du tout.
Hammond : Je vous donne ma parole.


Kawalski : J'ai soif...
O'Neill : Tenez...
Kawalski : (Après avoir bu) *tousse*
O'Neill : Doucement major, maintenant vous ne buvez plus pour deux.


O'Neill : Sous prétexte qu'il [Teal'c] n'a pas eu la chance de naître sur notre planète, il n'a pas le moindre droit, c'est bien ça ?!


Émancipation [1.4][modifier]

Abu : Vous n'êtes pas le peuple des rivières ?
O'Neill : Euh... N-Non euh...
Jackson : Nous sommes des voyageurs, notre pays est très loin d'ici.
Abu : Vers l'océan d'Ogada ?
O'Neill : Euh oui par là, ouais...


Abu : On dirait une femme(!) !
O'Neill : On dirait, ouais...
Carter : Qu'est-ce qu'il y a, je me suis mis de la boue sur le menton, ou quoi ?


Abu : Non ! Je ne dois pas vous regarder !
Carter : Je vais finir par me vexer...


Abu : Père! Ils vivent par-delà l'océan! Ils ne connaissent pas nos règles!
Moughal : La loi est universelle.


Moughal : Vos sarbacanes me paraissent bien lourdes...
Carter : En fait, ce sont des armes à feu, elles envoient des billes de plomb aussi vite que la lumière !
Moughal : Elle ose parler ? Qu'elle meure !! Tuez-la !


Jackson : Ce camp correspond tellement à l'image que nous avons de leur façon de vivre, que je m'attends presque à croiser Gengis Khan.


Moughal : Un jour, toutes nos coutumes et nos vieilles croyances tomberont en désuétude... Le commerce remplacera la guerre... L'avenir sera une ère d'échanges...


Carter : (Venant de se vêtir avec une robe locale) Daniel, trouvez-moi un seul anthropologue habillé de cette manière et je mange ce voile !


Abu : Quelle pureté... Je n'ai jamais rencontré de femme aussi belle. Vous êtes parfaite !
Carter : ... C'est vrai qu'ici ils n'ont pas de top-modèles.


Carter : Cette robe, ou je ne sais pas comment ils appellent ça ici... c'est très lourd, et je n'peux rien faire !
O'Neill : Pourtant plus je vous regarde, e-et... je sais pas... (il enlève sa casquette) J'ai l'impression de vous redécouvrir...!
Jackson : Oui, c-c'est étonnant, on dirait qu'elle a été faite sur mesure... c-c'est ravissant...!
O'Neill et Jakson : Vous êtes superbe !...
Jackson : Absolument superbe !...
Carter : ...(!)
(...)
O'Neill : Et tout bien considéré... ... Samantha (!)... Si on doit revenir ici, il vaudrait peut-être mieux prendre une équipe uniquement composée d'hommes... sans vous offenser(!).
Carter : Étant donné le fait que vous allez faire la fête la moitié de la nuit pendant que je serai coincée sous cette tente qui pue le beurre de yak je ne m'estime pas vexée(!) ! J'en profiterais pour dormir en espérant tomber sur une tribu d'amazones, la prochaine fois...!
(...)
O'Neill : Vous vous débrouillerez ?
Carter : Vous doutez encore de moi ? Depuis l'âge de deux ans je n'ai plus peur du noir, mon colonel.
O'Neill : (en partant) Vous êtes superbe, hein(!)!...


Abu : Je vais vous vendre.
Carter : Ah ! Vous n'avez pas le droit !
Abu : Si, je l'ai.
Carter : Je suis un être humain ! Pas une marchandise !


Jackson : Comment ça se fait que chaque fois vous imaginiez la pire des situations ?
O'Neill : ... L'expérience(!).


Turghan : (À Carter) Silence ! ... Ou je te jette en pâture à mes chiens.


Moughal : Parmi les Shavadaïs, même le plus pauvre est un prince... au milieu de ses femmes.


Carter : (À Turghan) Je suis mauvaise cuisinière, et je serais incapable de coudre même si ma vie en dépendait. Vous n'avez pas fait une bonne affaire...


Turghan : Je pille et je brûle le village de mes ennemis. J'égorge les hommes et je vend les femmes et les enfants. On me craint... et on m'admire.


Turghan : (À Carter) Qu'est-ce que tu dirais d'être pendue par les pieds à un mât, le visage enfouit dans la terre, avec du sable dans la bouche et les narines ? ... Une lente agonie...


Nya : Mon père est un homme juste! Il ne frappe jamais une femme à moins qu'elle n'ait commis une faute grave.
Carter : (estomaquée) Incroyable! Rien ne justifie le fait qu'on batte une femme! Jamais!


Thurgan : Elle [Carter] m'a coûté un sac de trois cents pépites d'or.
Jackson : Ça fait beaucoup ?
Moughal : Assez pour acheter plus de vingt femmes.


Carter : J'vous avoue que je suis soulagée ! Je n'ai jamais été aussi heureuse de vous voir !
O'Neill : Mais si, rappelez-vous ! ... Vous vous souvenez pas ? ... La dernière fois c'était après la mission sur P3X-992... Vous aviez bu cet alcool et après vous aviez enlevé votre...
Carter : (Le coupant) Euh... on peut discuter d'un autre sujet ?


O'Neill : Mais récupérer cette pauvre fille de force pourrait déclencher une véritable boucherie.
Carter : Depuis quand vous fermez les yeux quand ça vous arrange ?!
O'Neill : Attention, capitaine...
Carter : De oppresso liber : libérer de l'oppression, le mot d'ordre de vos troupes !
O'Neill : Je sais ce que ça veut dire. C'est dans notre monde. Ici c'est le leur.


Nya : (Alors qu'elle va se faire lapider) Père ! Pardonne moi.
Turghan : (À son oreille) Nya, je te pardonne. (Il se relève. À ses hommes) Tuez-là !


Jackson : Nous vous souhaitons un beau mariage, et une vie de bonheur, et beaucoup de beaux garçons... (Carter lui donne un coup de coude) ... E-Et de filles.


La Théorie de Broca [1.5][modifier]

Hammond : L'ordinateur du capitaine Carter n'a pour le moment réussi à calculer qu'une possibilité, compte tenu des symbôles se trouvant sur la porte d'Abydos, et qu'on retrouve sur le cartouche de Chulak. [Dans la V.O., il s'agit plus logiquement du cartouche d'Abydos]
O'Neill : Laissez moi devinez... c'est là que nous devons aller ?
Hammond : Excellent, colonel !
O'Neill : Merci mon général, je dois dire que je suis assez fier de mes capacités de déduction.


Hammond : Nous l'avons désigné sous le nom de P3X-797
Jackson : Est-ce qu'on ne pourrait pas appeler cette planète d'un nom plus facile à retenir ?
Carter : Nous la nommons ainsi d'après le code binaire affecté par l'ordinateur à l'extrapolation...
O'Neill : Ce qui est plus facile pour retenir un nom, évidemment...(!)


Makepeace : Mes gars et moi on sera là pour couvrir vos arrières.
Jackson : À vrai dire c'est ce qu'il y aura devant nous qui m'inquiète... [La Porte des étoiles franchie, le danger ne peut venir que de devant, l'arrière étant le SGC]


(SG-1 débarque dans une pièce décorée de deux immenses têtes de taureaux)
O'Neill : J'adore la simplicité du décors...
Carter : C'est comme ça que je voulais refaire mon salon, mais ça n'allait pas trop avec mes meubles...


Hammond : Vous avez trouvé quelque chose ?
O'Neill : Non, mon général.
Jackson : Ah mais si ! Si, nous avons découvert plein de choses, mon général.
O'Neill : Oui de splendides décorations intérieures...
(...)
Hammond : Laissez-moi deviner, vous nous ressortez encore la vieille querelle militaire/scientifique ?
Jackson : Eh bien, euh... Oui !


(Carter sous l'emprise du virus a tenté brutalement d'embrasser O'Neill)
(...)
Fraiser : (À O'Neill) La plupart des femelles dans les populations primitives choisissent leur partenaire sexuel en fonction de sa robustesse et de ses capacités de reproduction. En général, leur choix se fixe sur le chef de la meute ou la tribu où elles vivent. Vous devriez être flatté...
(...)
Jackson : Qu'est-ce qui vous est-arrivé ?
O'Neill : J'ai fait un petit combat de catch avec Carter.


Jackson : Je suis peut-être naturellement immunisé ?
Teal'c : Vous développerez peut-être la maladie plus tard...
Jackson : Merci de me remonter le moral...


Teal'c : On dirait qu'elle est atteinte...
Jackson : Ce n'est pas une raison pour l'abandonner ici !
Teal'c : Nous mettons bien les notre en prison...
Jackson : Pour les protéger...
Teal'c : Pour nous protéger, nuance...
Jackson : ... Vous avez raison... on les traite comme des lépreux... Et la terre des ténèbres est un peu une colonie de lépreux...
Teal'c : C'est quoi, "lépreux" ?
Jackson : Euh... Laissez tomber.


Teal'c : Colonel O'Neill ?
O'Neill : Lucy, c'est moi !...
Teal'c : ... Je ne m'appelle pas Lucy.
O'Neill : Oui, ça je l'sais... C'est une référence à une série télé... Laissez tomber et ouvrez cette porte.
Teal'c : ... Je vais faire appeler le docteur...
O'Neill : Noon, nooon, c'est bon, je vais bien... je suis redevenu moi-même. Ouvrez-moi cette porte.
Teal'c : Je ne peux pas être sûr que vous êtes bien vous-même... vous venez de m'appeler Lucy.


(Daniel, atteint par le virus, est trouvé dans la terre des ténèbres, avec Melosha)
O'Neill : Daniel... vous exagérez ! Vous aurez bientôt une femme différente sur chaque planète !


O'Neill : Et dites-moi, ça va votre blessure ?
Carter : Ma blessure ?
O'Neill : Vous avez bien reçu un coup de couteau dans l'estomac ?
Carter : Ah, o-oui mais... rien de grave... Je n'aurais peut-être même pas de cicatrice...
O'Neill : Ah, tant mieux... Ça m'inquiétait un peu...
Carter : Ah bon ?...
O'Neill : Bien sûr... S'il vous était resté une marque, vous n'auriez jamais pu remettre ce ravissant tee-shirt qui laisse apparaître votre nombril...


Le Premier Commandement [1.6][modifier]

O'Neill : Je dois savoir ce qu'il s'est passé
Connor : Demande permission de parler librement d'un officier supérieur.
O'Neill : ... Oui, accordé.
Connor : ...Il est devenu dingue, fou et incontrôlable.
Carter : Le capitaine Hanson ?
Connor : C'est peut-être à cause du soleil, des rayons ultraviolets...
Jackson : Vous voulez dire que c'est le soleil qui a fait ça à Frakes ? [En désignant le tas de cendres qu'il reste de Frakes]


Connor : Le peuple de cette planète pense qu'il [Hanson] est leur dieu.
Teal'c : Parce qu'il est venu par la porte des étoiles...
Connor : Non, non, vous ne comprenez pas. Hanson s'est mis à le croire lui aussi !


O'Neill : Soit nous le ramenons sur Terre pour le [Hanson] juger, soit nous rentrons sans lui... Vous savez comme moi ce que "sans lui" implique(!) !
Carter : Je le connais, mon colonel...
O'Neill : Oui, c'est justement le problème, Carter.
Carter : Je me suis séparée de lui parce que je le connais trop bien, je sais parfaitement comment il fonctionne.
O'Neill : Ça lui arrive souvent de se prendre pour un dieu ?


Carter : Non, mon colonel.
O'Neill : Non, mon colonel ?
(...)
Connor : Non, mon colonel.
O'Neill : Non, mon colonel ? Vous avez tous oublié ce que c'est qu'un grade dans l'armée à ce que je vois !


Carter : Même de gros nuages ne suffiraient pas à nous protéger. Il peut pleuvoir, nous serons toujours brûlés.
(...)
O'Neill : Bon bain de soleil...!


Jackson : Ça a le goût de poulet...!
Carter : Et vous n'aimez pas ça ?
Jackson : C'est des macaronis au fromage(!)...


O'Neill : Debout, on a de la compagnie !
Jackson : Vous êtes sûr ?
O'Neill : (Une flèche passe à deux doigts de Jackson) ... Plutôt, oui.


Carter : Il faut croire que j'ai un goût prononcé pour les cinglés pathologiques...
  • on se rappellera que dans l'épisode précédent, Carter, sous l'emprise d'un virus, s'est jetée sur O'Neill...


Jackson : C'est typique du fonctionnement de l'armée... Plus un soldat est mentalement dérangé, plus on le met sur des missions extrêmement délicates...! (regard appuyé vers O'Neill, suicidaire lors de la première mission vers Abydos (film))


Carter : Je ne resterais pas là à rien faire pendant qu'il le bat à mort.
Teal'c : Vous allez être capturée...
Carter : Hin-hin. [acquiesce]
Jackson : Vous trouvez que c'est un bon plan (!) ?


Hanson : C'est comme un pays du Tiers-Monde qui serait contenu à l'intérieur d'une bouteille !


Hanson : Je ne me prend pas, pour Dieu !! ... C'est une question de définition... Mon peuple, a besoin de moi... Ils croient tous en moi... Et parce qu'ils croient en moi, ils travaillent...
Carter : Jusqu'à en crever !


Hanson : Tu voles toujours au secours des accidentés de la vie... J'ai été ton seul échec. ...L'oiseau aux ailes brisées qui refusait de se faire soigner...
Carter : L'oiseau a finit par prendre son envol, on dirait...


Hanson : C'est quoi, quelques cadavres, comparés à la survie future de mon peuple ?!


Hanson : (À Carter, qui n'a pas su appuyer sur la détente) C'est toi qui tenais l'arme... Tu avais apparemment, tous les pouvoirs ! ... Et pourtant c'est moi qui contrôlait tout... Tu vois, c'est ça, la force d'un dieu !


Jackson : (A Teal'c) Souriez, ayez l'air gentil.
(Teal'c montre ses dents)
O'Neill : Il vous a dit de sourire, pas de mordre.


Hanson : Je ne me sépare plus de cette bible depuis des années... Durant tout ce temps, je n'ai pas cessé de chercher Dieu... ... Et me voici !


Teal'c : Le pouvoir à lui seul ne fait pas un dieu...


(échange sincère)
Jamala : Vous dessinez bien!
Teal'c : Je vous remercie!

  • Le dessin de Teal'c est un grossier schéma digne d'un élève de CP.


O'Neill : (À Baker, qui l'a surpris délivrant Connor) Tiens, comment ça va ? On serait bien restés mais, il y a une espèce d'imbécile qui s'est amusé à laisser mon copain en plein soleil... On préfère s'en aller !


O'Neill : (À Carter qui est en train d'étudier un appareil goa'uld pour Hanson. Tous les deux prisonniers) Capitaine, je vois que tout se passe exactement comme nous l'avions prévu...!


Hanson : Je suis votre seigneur. Il n'y a rien que je ne puisse faire ! Personne, n'est plus grand que moi ! Personne, n'a plus de pouvoir que moi !


Hanson : Faites ce que je dis, ou vous mourrez tous !
O'Neill : Faites ce qu'il dit, et vous mourrez tous !


Carter : J'ai eu l'occasion de le tuer, mon colonel. Il m'a littéralement demandé de le faire.
O'Neill : Il n'est jamais facile d'abattre quelqu'un de sang froid.
Carter : Je sais...
O'Neill : Écoutez, je ne suis pas un expert en la matière [tenant la bible de Hanson]... Mais je me souviens quand même assez bien d'un commandement. Je crois que c'est le premier.
Carter : Oui, je le connais : c'est celui qui dit "aucun autre dieu tu ne chériras", c'est ça ?
O'Neill : Bon ben c'est pas le premier alors...


Double [1.7][modifier]

Sara : Il est temps d'affronter la vérité, papa. Ce tas de ferraille est mûr pour la casse.
Père de Sara : Tu sembles bien pressée de te débarrasser des vieilles choses... Je commence à m'inquiéter...! [Il habite chez sa fille]


Teal'c : (Après avoir regardé la télévision) Votre monde est un endroit bizzare...
Jackson : ... Le votre aussi.


Père de Sara : (Au double de O'Neill) Tu sais, pour un irlandais de pure souche, tu n'as jamais été très causant, mais... ça ne me gênait pas... D'ailleurs je n'avais pas le choix, tu as épousé ma fille...


(Teal'c tire à la demande de Carter et Jackson sur un cristal avec sa lance, l'alarme se déclenche)
Hauts-Parleurs : ...Qu'est-ce qu'il se passe en bas ?!
Teal'c : Vous aviez bien demandé la permission pour que j'utilise mon arme ici ?...
Carter : Ahh... oui...
Jackson : (Légèrement, en s'en allant) Absolument...


Sara : Jack ?...
Double de O'Neill : ... Je dois retourner à la porte des étoiles, Sara...
Sara : La porte des quoi ?
Double de O'Neill : Des étoiles... ... C'est un... objet... rond... en métal,... un anneau... d'énergie.
Sara : Tu as toujours su débiter ton charabia pour éviter qu'on se parle...


Hammond : Mais qui êtes-vous?!?
O'Neill : Vous plaisantez ou quoi?! C'est moi.


O'Neill : (Sur la caméra de surveillance) Ha, c'est bon, sortez moi de là ! ... Vous êtes sourds ?! Alors lisez bien sur mes lèvres... [Il se rapproche de la caméra] Sortez moi de ce trou à rat tout d'suite !!!
Hammond : Si ce n'est pas O'Neill...


Cristal : L'un d'entre eux [Goa'uld] nous a touché, comme vous l'avez fait, et il fut détruit par notre énergie...
O'Neill : Il faut dire que vous n'y allez pas de main morte, quand même !


(SG-1 se rend à la surface pour chercher le double de O'Neill)
Hammond : Teal'c, il va falloir laisser ça [lance jaffa] ici...!
Teal'c : J'ai vu votre monde, j'en aurais besoin. [À la télévision, Teal'c a vu des images de guerres civiles et de hard-rock]


Double de O'Neill : (À O'Neill) Votre douleur la plus profonde n'était pas la blessure physique, celle que je vous avais causé... Votre blessure la plus profonde, était le vide laissé dans votre cœur par la disparition de Charlie...


O'Neill : Charlie est mort...
Double de O'Neill : Non... Il est là... [il pause sa main sur le cœur de O'Neill]


O'Neill : (Partant ramener le cristal sur la planète) N'éteignez pas la lumière... Je vais revenir...


Les Nox [1.8][modifier]

O'Neill : Monsieur le ministre, j'ai eu souvent l'occasion d'observer, que ce soit sur Terre ou que ce soit... ailleurs, que les civilisations possédant une technologie avancée se garde bien de les partager.
Swift : Donc nous perdons notre temps!
O'Neill : (à Carter) Vous voulez bien lui expliquer ce que je viens de dire?


Carter : (Le ministre Swift s'interroge sur l'efficacité du projet) Monsieur, avec tout le respect que je vous dois, ce programme [porte des étoiles] est probablement le plus bel accomplissement de l'humanité.
Swift : C'est ce qu'on a dit pour le programme Apollo... Ils n'ont rapporté que des cailloux...


O'Neill : J'espère en tout cas que ces bestioles sont aussi grosses que vous le dites... Il y a assez de tranquilisant des ces fléchettes pour assommer un rhinocéros.
Teal'c : Elles sont très grandes mais extrêmement rapides dans les airs. Elles sont vulnérables quand elles font du surplace...
Jackson : Du surplace...? Comme les oiseau-mouches ?
Teal'c : ... Avec des dents.


Teal'c : (À Apophis) Tal shaka mel... Je meurs libre. (Teal'c disparaît juste avant qu'Apophis ne tire)


Jackson : Je croyais que... On était mort, on n'est pas mort ?
Carter : Si...!
Jackson : D'accord... Eh bien je pensais que le paradis serait plus accueillant...


O'Neill : Je viens pas d'être...
Carter : Tué.
O'Neill : Mais "tué" ça veut dire...
Carter : Mort.
O'Neill : (comme si il cherchait vraiment la confirmation) Oui c'est ça hein!?


O'Neill : (Aux Nox) Désolé de débarquer à l'improviste chez vous, mais, nous étions... mort.


O'Neill : Rien de tel qu'un petit voyage chez les morts pour vous ouvrir l'appétit...


O'Neill : Noon...(!) ! Vous ne pouvez pas l'emmener... [voyant Carter attendrie devant Nafrayu]


O'Neill : Nous ne sommes pas des tueurs... C'est quelqu'un [Apophis] de... de méchant... de très, euh...
O'Neill et Jackson : (presque en même temps) ...méchant...!
O'Neill : Nous voulions seulement le ramener dans notre monde, et le faire parler de toutes les... vilaines...
O'Neill et Jackson : méchantes
O'Neill : choses qu'il a faites déjà...


Carter : On ne peut tout de même pas partir comme ça... Si on n'avait pas attaqué Apophis, il [Shak'l] ne serait pas ici [Chez les Nox].
Jackson : Et on ne peut pas le tuer non plus...
O'Neill, Teal'c et Carter : ... (!) ...
Jackson : Euh... Je n'y pensait pas, c'était juste un constat...!


Shak'l : Je vais me reposer, réconforté par l'idée de la récompense que je toucherai quand je présenterai ta tête... à Apophis.
Teal'c : Le règne d'Apophis touchera bientôt à sa fin, et ce jour là je retournerai dans notre monde et rendrai la liberté à tous nos frères. ...Dommage, tu ne seras pas là pour le voir.


Jackson : (SG-1 est en train de fabriquer des armes) Je pense que nous ne ferions pas de très bons Nox...


Nafrayu : Pourquoi est-ce que tu veux les combattre ?
O'Neill : Oh, je n'en ai pas envie...
Nafrayu : Alors le fait pas...
O'Neill : Ce n'est pas si simple...
Nafrayu : ...
O'Neill : Hmpf... Je crois moi aussi à la paix, tu sais... Tout autant que toi !
Nafrayu : Alors pourquoi tu te bats...?
O'Neill : Parce que nos ennemis ne nous laissent pas le choix, et parfois tendre l'autre joue, ça ne marche pas...


O'Neill : Je voulais seulement protéger cet enfant...
Anteaus : Vous protégez son corps après avoir empoisonné son esprit ?


Teal'c : Ce qu'il [Apophis] ne peut pas posséder, il le détruit.


O'Neill : (Nafrayu est introuvable) Je lui ai dit de rentrer à la maison...!
Anteaus : Et je vous ai dit la même chose... Les très jeunes n'écoutent pas toujours ce qu'on leur dit...


O'Neill : Vous avez vu ce qui s'est passé quand un de ses gardes lui a envoyé son arme ?
Carter : Ça l'a traversé...! Donc vous croyez que la force de déflexion de son bouclier est directement proportionnelle à la puissance de l'énergie cinétique qu'il reçoit...?
O'Neill : (Comme s'il avait tout compris) ...Moui...!


Anteaus : Vous apprendrez peut-être un jour, que votre façon, n'est pas la seule façon...


O'Neill : Les très jeunes ne font pas touours ce qu'on leur dit.
Carter et Jackson : ... (!)
O'Neill : C'est un truc qu'un Nox m'a dit un jour.


Les Désignés [1.9][modifier]

Alekos : (Thetys va accoucher) Je ne connais pas les mystères de la naissance... E-Et le village est trop loin pour qu'on y aille... il faut nous aider.
(O'Neill, Jackson et Teal'c regardent Carter)
Carter : Quoi ?! Ne me regardez pas comme ça, je n'y connais rien du tout moi...


Carter : (Jackson est en train de mettre au monde le bébé de Thetys) Combien de bébés avez vous mis au monde ?
Jackson : Deux... ... En comptant celui-là.


Jackson : Cet endroit est incroyable... C'est comme si... on entrait dans la citadelle de Mycène...
O'Neill : Ben...! Vous aviez dit que c'était grec !
Jackson : Ah, euh... Mycène est une cité antique située dans le sud du Péloponnèse...
O'Neill : Mais c'est où ça ?
Jackson : ... En Grèce...
O'Neill : Ah, ouais, évidemment... Où avais-je la tête ?


Jackson : Regardez ce peuple... C'est à croire que le mot "laideur", n'a jamais existé chez eux...


Kynthia : Est-ce que ça [gâteau] vous plaît ?
O'Neill : Mmh... C'est délicieux ! ...(Au reste de SG-1) Vous devriez en prendre !
Kynthia : Non... C'est seulement pour vous.
O'Neill : ... Seulement pour moi(!) ? ...Merci... (Kynthia s'en va)
Jackson : Un conseil, finissez le(!)...
Carter : Vous avez une admiratrice, mon colonel(!)...
Teal'c : À mon avis, cette femme voudrait passer un peu de temps avec O'Neill...
O'Neill : Merci, Teal'c. (!)


Alekos : À chaque être humain, le Créateur offre de vivre une centaine de journées... Ce serait un pêché de ne pas célébrer chacune d'entre elles...
Jackson : Une célébration tous les jours pendant cent jours ?... Il va falloir prendre le rythme rapidement...


O'Neill : (Teal'c, Jackson et Carter débarquent dans une pièce dans laquelle O'Neill est à moitié nu, et tous les indigènes viennent de s'endormir) Euh... ...Qu'est-ce qu'il s'est passé ?...
Carter : De qui vous parlez...? De vous... ou d'eux ?...
O'Neill : ... On verra tout ça plus tard...
Carter : J'ai déjà vu beaucoup de fêtes se terminer brutalement, mais comme ça, jamais...!


Jackson : Si les enfants atteignent l'âge de cinq ans en cinq jours, qu'est-ce qu'il leur arrive au bout de cent jours ?...


Carter : Au rythme où vont les choses... peut-être que dans deux semaines, vous aurez l'apparence de quelqu'un qui a cent ans...
O'Neill : ... Donc dans deux semaines, je serais mort.


O'Neill : Et ne me dites surtout pas, "Adieu"... Parce que vous avez intérêt à revenir bientôt.


O'Neill : (À la statue de Pélops) Qu'est-ce que tu regardes, toi ? ... Ce n'est pas parce que tu as parcouru six milliards d'années-lumière que tu m'impressionnes...
Kynthia : Est-ce qu'on peut vraiment parler au grand Pélops ?
O'Neill : Bien sûr... C'est juste un bloc de pierre... Et il est pas si grand qu'ça...


O'Neill : (À Kynthia) Ce que tu as éprouvé n'était pas vraiment de l'amour... Il faut du temps pour ça... Ce n'est pas en une journée que tu peux apprendre à connaître quelqu'un...


O'Neill : (À Kynthia) Ton "Créateur" n'était pas un dieu ! Et il ne vous a sûrement pas offert la vie, il vous la prise...!


O'Neill : (Alors qu'Alekos parle à la statue) Ne vous fatiguez pas, il est sourd...


Alekos : Pélops nous a toujours interdit de partir...
O'Neill : Et comment a-t-il fait ça...? C'est rien qu'un tas de pierre...


Kynthia : Reviens dans notre village. Il n'est pas bon d'être toujours tout seul...
O'Neill : Quel que soit le temps qu'il me reste à vivre, j'ai bien l'intention de le passer comme je l'entends...
Kynthia : ... Mais tu risques de perdre ton temps... sans avoir vécu.
O'Neill : ... Je ne pense pas que le fait de réfléchir sur ma vie... ou d'essayer de trouver le moyen radical de ne pas la perdre soit une perte de temps...


Kynthia : Nous n'avons pas des milliers de jours de vie, nous savourons l'instant présent.


Kynthia : (À O'Neill) Laisse-moi te redonner ce que je t'ai pris... Le temps d'un simple battement de cœur, qui te paraîtra une éternité...


O'Neill : (Il fait une erreur évidente au Tic-Tac-Toe et Kynthia gagne la partie) Oh, c'est pas vrai... Il faudrait que je t'apprenne un jeu où je puisse gagner...


Kynthia : Est-ce que tu vas rester jusqu'à la fin de ta vie sans faire l'amour ?
O'Neill : (Il a l'apparence de quelqu'un de 80 ans) Oh seigneur, j'espère bien que non...!


O'Neill : (Carter, Jackson et Teal'c viennent de rejoindre O'Neill après une longue absence) Content de vous voir, les enfants ! ...Je commençais à me sentir un peu seul... Mais je ne vous en faites pas... Mis à part un petit problème à la prostate, que je n'évoquerai pas, je ne vais pas si mal que ça...


Carter : Vous retrouverez votre état normal dans une semaine ou deux...
Kynthia : C'est une excellente nouvelle...!
O'Neill : ...Je ne sais pas... Je me voyais bien rester là écouler des jours heureux dans ce petit village...


O'Neill : (À Kynthia) Grâce à toi, je vais savourer chaque jour qu'il me reste...


Le Marteau de Thor [1.10][modifier]

Teal'c : Des bruits circulaient sur Cimméria... Aucun goa'uld n'est jamais revenu de là-bas.
O'Neill : Voilà un endroit qui devrait me plaire...


Gairwyn : (À Carter et Jackson) Vous n'êtes pas très grands pour des dieux...


O'Neill : (À Teal'c, qui vérifie l'état de son symbiote) Est-ce que le petit va bien ?


O'Neill : (Ayant comprit qu'il parlait à un hologramme) Je crois qu'on est tombé sur le répondeur...


Jackson : C'est [le retrait du goa'uld] douloureux ?
Kendra : Ce n'était rien comparé à la souffrance que je me suis vue infliger à tant de personnes...


Kendra : Sur Jebanna, la beauté est une malédiction... [les goa'uld veulent des hôtes parfaits]


O'Neill : (De l'eau ruisselle le long d'un mur) De l'eau... Avec un peu de temps, elle peut creuser ces parois... Il suffit simplement d'être patient... À mon avis dans un siècle ou deux, on sera libre...


Unas : (À Teal'c) Tue cet humain !
O'Neill : ...Je vous demande pardon(!) ?


Teal'c : Il [Unas] est devenu un mythe... Un peu comme votre vampire...
(...)
O'Neill : Je me demande depuis combien de temps il était coincé ici...
Teal'c : Peut-être un millier d'années... Unas peut dormir de longues périodes, ce qui lui permet de survivre...
O'Neill : Mais il est mort, n'est-ce pas...? On n'va pas repartir là-bas pour lui planter un pieu dans le cœur ou...?


Teal'c : La légende raconte que Unas possède de grands pouvoirs de régénération... Mais ce ne sont que des histoires qu'on raconte pour effrayer les enfants... Ce n'est qu'un mythe...
O'Neill : Ah !...
Teal'c : Cette chose est morte !...
O'Neill : Ben c'est ce que je disais... [se remet en route]
Teal'c : (Toujours arrêté) Je l'espère du moins... [se remet en route]
O'Neill : (S'arrête, se retourne vers Teal'c) Vous l'espérez...?!
Teal'c : ... (Légèrement) J'en suis absolument sûr...


Kendra : C'était [le retrait du goa'uld] extrêmement douloureux. Comme... des aiguilles, qu'on avait planté dans ma tête... La bête faisait tout pour conserver le contrôle... C'était une bataille de volontés...


Jackson : Ça ne vous est jamais arrivé de ressentir quelque chose de totalement contraire à la logique, et qui s'avère pourtant exact ?


Unas : Vos armes ne peuvent pas me tuer! Je connais tous les secrets de ce labyrinthe! Je peux vous aider à vous échapper!
O'Neill : On aimerait mieux avoir une carte! (Il se met à lui tirer dessus)


Teal'c : Si je dois mourir ici, ce ne sera pas sans combattre...


Kendra : (Devant le labyrinthe) Au temple, on nous a appris que le la peur était le plus grand ennemi... Je dois vaincre ma peur !


Teal'c : Vous envisagez la même tactique que moi ?
O'Neill : Teal'c... La phrase c'est "vous pensez la même chose que moi ?", et la réponse est oui.


Le Supplice de Tantale [1.11][modifier]

Jackson : C'est le seul témoignage qu'on ait des recherches effectuées en 45 [sur la porte des étoiles], vous ne trouvez pas cela totalement fascinant ?
O'Neill : Oh si ! Quoi de plus émouvant... qu'une vingtaine d'échecs à répétition ?


O'Neill : Il y a sûrement d'autres documents qui dorment quelque part...
Jackson : Non, le Pentagone a dit que tout était là-dedans...
O'Neill : Boh je vous en prie...! Le Pentagone a déjà perdu des pays entiers...!


O'Neill : (À Catherine, alors que Hammond réprimandait énergiquement Jackson pour avoir révélé des informations à cette dernière) Je suppose que le général Hammond vous a réservé un accueil chaleureux...?
Catherine : Pour l'instant, il est pire que le général West (!) !
O'Neill : Non... Dans le fond, c'est un ours en peluche.


Hammond : Colonel, est-ce que vous-êtes au courant de la promesse totalement ridicule qu'il [Jackson] a eu l'inconscience de faire à madame Langford ?
O'Neill : ... ...Oh, mais le connaissant, je suis certain qu'il est allé un peu trop loin... (!)


(Teal'c vient d'apporter une précision après un long moment de mutisme)
Catherine : ...Et vous parlez ?...
Teal'c : Si c'est indispensable...


Ernest : C'est toi... Catherine ?... (elle acquiesce)... Hmff... [il s'en va]
Catherine : ...Plus de cinquante ans... et c'est tout ce qu'il trouve à me dire...


Catherine : Ah, on se croît vieux et raisonnable... (!)
Carter : Non, moi je crois que le cœur ne vieillit jamais...


Catherine : (À Ernest) Je te croyais mort, mais la vérité est encore pire...!


Jackson : L'élément de base est le fondement de l'univers, c'est la composante moléculaire la plus... ... Bien sûr ! (avec grand enthousiasme) ...Comment communiquer avec tout l'univers ?! En réduisant la méthode de communication au plus petit dénominateur commun à toute vie et à toute matière qui existe dans l'univers ! Jack, ils ont trouvé le seul langage commun à toute la galaxie !


Jackson : Il y en a pour une vie entière à les décrypter...
Ernest : Plus...!
Jackson : Oh... désolé... [Ernest a passé cinquante ans ici]


O'Neill : Daniel... avant que votre cerveau n'explose, je vous rappelle qu'on a d'autres problèmes plus importants à régler en ce moment...!
Jackson : Enfin, est-ce que vous vous rendez compte de ce ça représente ?
O'Neill : Ben à vrai dire... Non...
Jackson : Nous tenons peut-être la clé du mystère de notre existence. Chaque chose, chaque être vivant... l'Existence !...
Ernest : La collaboration du savoir individuel de ces quatre peuples réunis...
O'Neill : Et qu'on ne pourra, jamais(!) transmettre... si on n'arrive pas à rentrer...!


Carter : Où est Daniel ?
O'Neill : Ernest est en train de lui montrer un nouveau jouet...
Carter : Ah oui, quoi ?
O'Neill : Oh, un laser-show ultra sophistiqué qui serait paraît-il la solution à nos questions métaphysiques...


O'Neill : (SG-1 cherche a réparer la porte qui ne peut plus utiliser l'énergie du DHD) Règle numéro un de la survie : inventaire de ce qui est utilisable... Qu'est-ce qu'on a, qu'est-ce qui nous manque ?
Teal'c : ... On a la porte des étoiles, il nous manque l'énergie pour qu'elle fonctionne...
O'Neill : ...Merci, Teal'c. (!)


O'Neill : Donc, nous avons besoin d'électricité...
Carter : (acquiesce) L'ennui, c'est que je ne vois pas de prise de courant...


Catherine : Daniel refuse de remonter... Il est obsédé par ce livre... comme toi tu pouvais l'être avec la porte...
Ernest : Le supplice de Tantale...
Catherine : Quoi ?
Ernest : Je crois que Tantale était un roi de la mythologie grecque... Plongé en enfer, il fut condamné à rester dans de l'eau qui se retirait chaque fois qu'il essayait de boire...
Catherine : La frustration dévorante qui ne s'apaise jamais...
Ernest : Il avait fait l'erreur d'espérer quelque chose... hors de sa portée...
Catherine : Ça ne te rappelle rien...? Certains pensent que c'est ce qui a fait progresser l'humanité. Si l'homme n'avait pas eu ce besoin de posséder ce qu'il n'a pas...
Ernest : Oui, mais c'est parfois ce qu'on a qui a le plus de valeur... Et il faut beaucoup de force pour le reconnaître...


Ernest : Vous êtes en train de jouer votre vie !
Jackson : Oui, je sais !
Ernest : Rien ne vaut un tel risque !
Jackson : Une chance que tout le monde ne pense pas comme vous, sinon on en serait encore au temps des cavernes !
Ernest : Aucun trésor ne vaut qu'on s'y attarde si on ne peut pas le partager, s'il ne sert à personne d'autre !... Vous pouvez me croire... je l'ai vécu !


Retour sur Chulak [1.12][modifier]

O'Neill : Vous aviez dit, non, vous avez juré au général que vous n'avez aucune attache là-bas [Chulak]...! Pourquoi nous avoir caché la vérité ?
Teal'c : Un guerrier devient vulnérable lorsque sa famille est gardée en otage par l'ennemi...


Teal'c : Avec ou sans votre aide, O'Neill... il faut que je retourne sur Chulak.
O'Neill : Avec ou sans mon aide, c'est une entreprise suicidaire...!


Teal'c : Je ne veux pas... Je ne peux pas permettre que mon fils devienne un esclave...


Hammond : Sur combien d'autres jaffas pouvez-vous compter ?
O'Neill : Nous pouvons être sûrs d'au moins... ...Un, un seul... [légèrement]
Hammond : Un ?...
Jackson : Oui, mais quand il y en a un, ça veut dire qu'il y en a peut-être... d'autres... [comme essayant de se convaincre lui-même]


Bra'tac : (À Carter) Vous faisiez partie des gens qui ont défait les gardes du palais de Chulak ? Vous n'êtes qu'une femme...! (Il se tourne ensuite vers Jackson) Et vous... (reprenant les paroles de Teal'c) vous êtes un guerrier aussi habile que rusé ? (Il attrape et sert le poignet de Jackson) Je vous casserais comme un fétu de paille ! (Maintenant, à Teal'c) Comment as-tu pu venir accompagné de ces ha'shacks ?...
O'Neill : ... Hey... Hey, Hey !! C'est moi que vous traitez de "ha'shack"?... (à Jackson) ...C'est quoi un "ha'shack"?


Bra'tac : (O'Neill est parvenu à le mettre à terre) Si j'avais une centaine d'années de moins, ça ne vous aurait pas été aussi facile...!


Bra'tac : J'ai 133 ans.
O'Neill : Vous faites beaucoup plus jeune...


Bra'tac : Personne n'a jamais [sous-entendu, avant SG-1] défié le Goa'uld et vécu assez longtemps pour le raconter.


O'Neill : Capitaine, j'aimerais que Daniel et vous retourniez à la porte des étoiles et prenez position dans un endroit d'où vous pourrez nous couvrir, ça sera peut-être nécessaire...
Jackson : Euh... il n'y a pas une minute on était des guerriers aussi habiles que rusés !?


O'Neill : Eh bien, il suffit de "passer le pont" [Expression 'To cross the bridge' difficilement traduite de l'anglais], et une fois là-bas...
Bra'tac : Non ! Ce pont est trop bien gardé.


O'Neill : Ah non, ce [la Terre] n'est pas un monde sans dieux... Pour beaucoup de gens, il existe un dieu. Tous ne croient pas au même dieu, ni de la même façon, mais... ...Bon enfin, pour résumer, disons que personne ne croît en quelqu'un aux yeux rougeoyant avec un serpent sur la tête...


O'Neill : Ben, c'est [Hammond] un homme... un homme très bon... très chauve... texan...


Jackson : Des larves de goa'uld...
Carter : À l'air libre, comme ça, sans surveillance ?
Jackson : Personne sur Chulak n'a besoin d'en voler...
Carter : Nous, si.
Jackson : ... (légèrement) C'est vrai.


Carter : (S'apprête à attraper une larve de goa'uld) À trois. Un, deux... trois. [hésite, ne fais finalement rien]
Jackson : Bon... alors à quatre.


Jackson : Chacune de ces larves de goa'uld va s'emparer un jour d'une vie humaine... Et qu'il me suffirait de...
Carter : Si nous les tuons alors qu'il sont aussi vulnérables qu'en ce moment, nous ne valons pas plus que les goa'ulds... Allons nous en!.. (Ils s'en vont... Mais finalement Jackson se retourne et mitraille les larves)


Jackson : (Parlant de la larve de goa'uld qu'il transporte, à Carter) Vous croyez qu'il faut les nourrir ?


Carter : Qu'allez-vous faire? Quand les prêtres reviendront à eux ils diront à Apophis que vous avez trahi (!).
Bra'tac : (légèrement) Eh bien! Je pense que je "passerai le pont" lorsque le moment sera venu.


Le Feu et L'Eau [1.13][modifier]

O'Neill : (Éloge funèbre) Daniel Jackson a permis la création de ce lieu. En tant que membre de SG-1, il était notre voix... et notre conscience... C'était un homme courageux... et c'était un homme bien. ...Pour ceux qui ont eu la chance de le connaître comme moi, il était devenu un ami.
(...)
Hammond : Nous recommandons l'âme de Daniel Jackson, à l'univers qui s'ouvre devant lui... et nous continuerons la tâche entreprise ici, en mémoire de lui... Qu'il repose en paix.


O'Neill : (En brisant la vitre de la voiture) Qu'est-ce qu'elle fait là cette voiture ?!! [O'Neill tirait dans des balles vers une petite cage près de la voiture]
(Un peu plus tard)
Hammond : Je vous signale que c'était ma voiture... (!)
O'Neill : (Légèrement) Eh ben vous avez une vitre à remplacer...


Jackson : Je ne peux pas vous dire une chose que j'ignore...
Nem : Faites le... ou alors, vous mourrez !


O'Neill : Je sais qu'il [Jackson] n'est plus là... Mais je sais aussi qu'il est vivant.


O'Neill : (Le Dr. McKenzie fait écouter à O'Neill, Carter et Teal'c des sons pour stimuler leur concentration) C'est jolie comme air... Vous pourriez m'expliquer pour quelle raison, vous nous faites écouter cette cacophonie...?!


Jackson : Je préfère mourir plutôt que de rester ici sachant que je risque de ne jamais revoir ma femme, et mes amis.


O'Neill : L'hypnose... Je ne suis pas très partisan de ce petit jeu du style "aboyer comme un poulet", "caqueter comme un chien"...


Jackson : C'est une longue, très longue histoire...
Carter : Oui, j'men doute...
O'Neill : Autant vous raconter ça devant un plateau de fruit de mer...
Jackson : ...Très amusant ! [Nem ressemble à un crustacé géant] ... Volontier, mais lorsque j'aurais dormi un peu...
O'Neill : Aah... Justement... En ce qui concerne votre appartement...
Jackson : Ah non, vous n'avez pas...
Carter : Si... le lendemain de la messe du souvenir...
Jackson : La messe du souvenir ?!
Carter : Le colonel a dit de très belles choses...
Jackson : De très belles choses (!)...? ... (plus sérieusement) Vraiment ?


Hathor [1.14][modifier]

Jackson : Hathor est la déesse égyptienne de la fertilité, de l'ébriété et de la musique...
O'Neill : Sexe, drogue et rock'n'roll ?
Jackson : C'est bien résumé, oui.


Hathor : Nous sommes la mère de tous les pharaons.
O'Neill : Mais évidemment que nous le sommes (!) ! Mon général... pourquoi est-ce que, nous(!), n'appellierons pas les services psychiatriques, qui trouveront sûrement une chambre pour cette déesse...


Hathor : Vous ! Avec le crâne de marbre.
O'Neill : Je... crois qu'elle parle de vous mon général.
Hathor : Vous êtes le maître des lieux ?
Hammond : Oui, madame.
Hathor : Pouvons nous prendre votre main ?
Hammond : Pourquoi ?
Hathor : Nous souhaitons la baiser pour vous apporter plus de fertilité et de bonheur...
O'Neill : Mon général, vous ne pouvez pas refuser cette proposition (!).
Hammond : Vous voulez parier ?


O'Neill : Est-ce qu'on peut sincèrement croire à ce que raconte cette folle uniquement parce que dans son délire, elle parle d'une "porte des étoiles" ?... C'est du calibre d'une de mes voisines quand j'étais petit, elle racontait partout qu'elle hébergeait des gens de taille microscopique dans sa chevelure... et qu'elle se lavait plus les cheveux à cause de ça...!


Jackson : Elle était enfermée sur Terre depuis pratiquement deux milliers d'années...
O'Neill : Sa... Sa maladie mentale est-elle contagieuse... hum ?


Teal'c : J'ai longtemps servi les goa'uld... et je n'en ai jamais vu un de bon.
Hammond : (Sous l'emprise de Hathor) C'est peut-être parce que vous ne serviez que les mauvais...


Hathor : Pourrions nous avoir un petit rafraîchissement ?
Hammond : (Sous l'emprise de Hathor) Colonel.
O'Neill : ... Mon général ? (!)
Hammond : (Sous l'emprise de Hathor) Veuillez lui apporter un verre d'eau.
O'Neill : ... Ah(!) !


Carter : Ma mère m'avait bien dit de ne pas travailler avec des gars.
Fraiser : C'est vrai ? Mon ancien mari disait ça aussi : "Non mais t'es malade, ma pauvre ?! L'armée c'est vraiment un univers et un métier de mec !"
(...)
Carter : Il m'est impossible de me sentir comme eux quand je suis avec ces gars. Ils font tout pour me faire comprendre que je suis "la fille"...!
Fraiser : Mais c'est ça !...
Carter : Quoi ?
Fraiser : Vous venez de me donner l'idée qui nous sortira d'ici [cellule] !... Si comme je le pense, Hathor les affole en augmentant leur niveau d'hormones, ça veut dire qu'elle les rend plus... libidineux.
Carter : ...Oh, je vois... C'est curieux, mais je sens que je ne vais pas aimer la suite...


Carter : L'utilisation de la séduction n'a jamais fait l'objet d'un chapitre dans notre manuel...
Fraiser : Parce que vous croyez que le Pentagone avait envisagé l'attaque d'une base militaire par un alien s'amusant à rendre chacun des mâles fortement...
Carter : Libidineux...?
Fraiser : Moui...
Carter : Je suppose que c'est ce qu'on appelle "s'attaquer aux faiblesses de l'ennemi"...


Fraiser : (Aux gardes) Messieurs, nous sommes cinq femmes dans cette cellule, et on se sent... très seules...
Carter : J'ai l'impression de jouer un mauvais film sur les femmes en prison...


Carter : (Après avoir assommé Hammond, qui était sous l'emprise de Hathor) Je sais... ma carrière est fichue !


Carter : (L'ouverture ventrale de O'Neill a disparu après son passage dans le sarcophage) Waah... C'est un miracle...!
O'Neill : ...J'ai grossi ?


Cassandra [1.15][modifier]

Jackson : Qu'est-ce qu'on pourra observer exactement une fois que l'éclipse aura commencée? Il va faire tout noir et il y aura un grand trou?
O'Neill : C'est pour ça que ça s'appelle... un trou noir.


Carter : Mais pendant la période où l'éclipse est totale, on peut observer de la matière former une couronne autour du trou...
O'Neill : C'est ce que les scientifiques appellent le "disque d'accrétion".
Jackson : Je comprends pourquoi les gens de cette planète ont peur d'un tel phénomène... (se tournant soudain vers O'Neill) Qu'est-ce que vous venez de dire, là?!?
O'Neill : Rien de sorcier. Juste un terme astronomique.
Carter : (ironique à Jackson) Vous croyez que le colonel a un télescope sur son toît pour regarder ce qui se passe chez le voisin?
O'Neill : (à Jackson) Hm? ... (sous le regard inquisiteur de Teal'c) Oh je ne m'en sert pas pour ça!


O'Neill : Qu'est-ce qu'on se marre... encore huit heures à attendre... génial.
Teal'c : Je ne comprend toujours pas ce concept de trou noir.
O'Neill : Et bien un trou noir c'est... c'est quelque chose d'immense... dans l'espace. Enfin pour résumer c'est... un énorme... trou... dans le ciel.
Teal'c : Je vois
O'Neill : Euh... Ce qui se passe c'est que ça aspire tout ce qui traîne tout autour... même la lumière... C'est pour ça qu'on peut pas le voir... la lumière... est aspirée.
Teal'c : Merci!


(O'Neill porte un chien dans ses bras)
Cassandra : Qu'est-ce que c'est?
O'Neill : Il existe une loi sur terre: chaque enfant est obligé d'avoir un chien. Ceci est un chien et il est à toi.


Le Procès [1.16][modifier]

[Teal'c est déjà venu sur le monde qu'il visitent]
Teal'c : Les Goa'uld viennent régulièrement leur rendre visite, c'est l'un des endroits qu'ils préfèrent quand ils font leur récolte pour trouver des porteurs sains
Jackson : Vous ne devriez pas dire "récolte", ce sont des êtres humains pas des choux de Bruxelles


Jackson : C'est intéressant, ils ont l'air de revenir d'une cérémonie religieuse.
O'Neill : Pourquoi faut-il que vous mettiez des trucs religieux partout? Peut-être qu'ils reviennent d'une surprise-partie.


[Teal'c vient d'être mis en prison]
O'Neill : Je suppose qu'on ne peux pas payer de caution pour le libérer?


O'Neill : (à une autochtone) On est innocent, jusqu'à ce qu'on prouve le contraire... Ça vous dit quelque chose?
Jackson : En fait si on parcourt l'Histoire, c'est plutôt rare. Dans la plupart des cultures ce concept est inversé. (avec une grimace, O'Neill lui fait signe de se taire) Enfin... ce que j'en dit...


Hanno : C'est moi qui dirige le Cor-Ai!
O'Neill : Objection! ... Ça c'est une chose qu'on dit d'habitude sur Terre pour... Bon laissez tomber.... Vous ne pouvez pas être juge. Ça n'est pas juste.
(...)
Hanno : Pourquoi ce n'est pas juste?
O'Neill : Parce que vous êtes le fils de la victime!
Hanno : Oui!
O'Neill : Mais le juge doit rester impartial!
Hanno : Qu'est-ce que ça veut dire?
Jackson : Impartialité veut dire qu'une personne ne doit pas avoir une opinion déjà toute faite concernant les faits reprochés à l'accusé.
Hanno : Mais où trouver une telle personne? Quelqu'un qui a une pensée a une opinion!
(...)
Ancien du village : Il n'y a que la personne qui a souffert qui puisse évaluer la douleur qui lui a été infligée. Qui d'autre peut vraiment dire quelle est la punition qu'il faut appliquer?
O'Neill : Mais vous vous pourriez le faire!
Présidente : Hanno va continuer.
O'Neill : (à part) Roh c'est pas croyable ça!
Jackson : C'est comme ça dans le Talmud. Il n'y a que l'offensé qui puisse pardonner.
O'Neill : (avec véhémence) Vous allez vous taire!


O'Neill : Teal'c. Il y a beaucoup de choses... qu'on est amené à faire... et qu'on aimerait pouvoir changer... qu'on ne peut jamais oublier. Mais le concept même du commandement élimine toute notion de libre arbitre. Ainsi en tant que soldat, on est amené à faire des choses horribles, en obéissant aux ordres comme on nous l'a appris. Ca ne rend pas les choses faciles et ça les justifie encore moins... mais ça donne une part de responsabilité à celui qui a donné les ordres!
Teal'c : Alors vous voulez dire qu'Apophis est responsable de la mort du père de ce garçon?
O'Neill : Oui!
Teal'c : Vous avez tort O'Neill!


Teal'c : Quand j'ai regardé Hanno dans les yeux, j'ai reconnu l'horreur qu'éprouvaient beaucoup d'autres gens quand l'un des leurs se préparait à jouer le rôle d'un porteur sain. Pire encore était le visage des victimes que je venait de sélectionner quand elles réalisaient que pour elles la vie était bien finie. Le père d'Hanno était ni le premier ni le dernier de ceux à qui j'ai pris l'existence et j'ai encore fait bien pire O'Neill! Je ne peux pas réparer le mal que j'ai fait à tout ceux qui ont souffert mais je peux au moins le faire pour ce garçon... Je suis désolé O'Neill... Je ne vais pas fuir.
O'Neill : ... Je le suis moi aussi. Mais c'est inacceptable!


Hanno : Vous venez de démontrer parfaitement que chez ce Jaffa cette mue récente qui le conduit à faire le bien devrait quelque part éffacer son passé criminel. J'aimerait poser une dernière question... Est-ce que ses récentes actions ou toutes ses futures actions vont faire que mon père retrouve la vie?
Jackson : Non... Non. Bien sûr que non.
Hanno : Ce qui veut dire que le bien qu'il fait dans le présent ne peut effacer le mal qu'il a fait dans le passé...


Hammond : Ces gens agissent à son égard comme nous le faisons dans notre monde. Nous continuons de poursuivre tous les crimes de guerre même si les gens changent d'attitude.
O'Neill : Des crimes de guerre(!)?!
Hammond : Oui colonel! C'est ainsi! Que ça vous plaise ou non, ce que ce Jaffa a fait à ces personnes et à des milliers d'autres personnes est un crime(!). Pendant des années, Teal'c a été au service des goa'ulds, et a commis des actes pas très nets. Je suis même sûr que vous deviez vous douter que ce genre de choses lui pendaient au nez.
O'Neill : Mon général! J'ai déjà passé pas mal d'années au service de mon pays. Et on m'a parfois ordonné de faire un certain nombre d'actions pas très nettes!


Les Réfugiés [1.17][modifier]

O'Neill : (Paysage apocalyptique) Combien de temps il nous reste avant d'être grillés ?


Omoc : Je trouve invraisemblable qu'un peuple aussi primitif ait réussi à décoder le système de la porte des étoiles...
O'Neill : Vous avez dit "primitifs" (!) ?


Carter : (Lit les retours de données de la planète Tollan) La température de l'air oscille entre 200 et 1500 degrés Fahrenheit. [50 à 800°C]
O'Neill : Comme à Los Angeles (!) ...!


Teal'c : Où comptez-vous les [Tollans] emmener ?
Maybourne : Dans une communauté scientifique dans Les Rocheuses...
O'Neill : Moui, je vois le tableau d'ici : des hauts murs, un garde pour chacun d'eux, et des barbelés tout autour...?
Maybourne : Ils représentent un bien inestimable... Il faut bien les protéger...
Jackson : Je vois, oui... les travaux forcés intellectuels...
Carter : Et une peine à perpétuité...
Maybourne : Ces extra-terrestres vivront mieux que la plupart des américains...


Jackson : Bon le Pentagone, l'Intelligence Service je peux comprendre, mais le Président!.. Quand je pense que j'ai voté pour lui(!)!


Hammond : Très bien colonel. Puis-je savoir pourquoi je suis là [à la surface]?
O'Neill : Parce que Maybourne n'y est pas Monsieur.


Maybourne : (à Jackson) Docteur Jackson! Ici le colonel Maybourne! Ce que vous faîtes est passible de la cour martiale!
O'Neill : Ce n'est pas un militaire colonel... et il vous sera difficile de trouver dans le code civil une loi qui le punisse pour ça (aider des réfugiés).


Portés disparus [1.18][modifier]

O'Neill : (Il pensait revenir au SGC) Je peux savoir où on est? Parce que sauf si ils ont refait la déco pendant notre absence j'ai l'impression qu'on est pas à la maison.


Carter : Je crois qu'on a un gros problème.
O'Neill : Ah oui vous croyez? On a juste à reprendre la porte et on sera tiré d'affaire. Où est le tableau de commande?
Carter : J'ai pas réussi à le trouver.
O'Neill : Ah bon... Ben là on a un problème.


O'Neill : (Carter lui fait une attèle à la jambe)Allez-y doucement docteur!
Carter : Hélas mais pas docteur en médecine!
O'Neill : Au cas où vous ne le sauriez pas, sachez se faire manipuler une jambe cassée ça fait mal.
Carter : Je suis désolée mais c'est la première fois que je fais ça mon colonel. Et vous, c'est votre première fracture?
O'Neill : Euh... Ah non. Non. Non ça doit faire euh... sept ou huit si vous comptez les fractures du crâne.
(suit le récit de la fracture du crâne)
Carter : Je suis désolée, j'essaie de faire du mieux que je peux.
O'Neill : Je le sais très bien capitaine mais faites-le plus vite, c'est tout!
Carter : Vous avez violemment touché le sol et...
O'Neill : (L'interrompant) ...et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.
Carter : Ca y est, j'ai presque fini mon colonel!
O'Neill : (alors que Carter serre les bandages) Non, non. Ca y est c'est terminé. Bravo. C'est une très jolie attè-èle. (!) Très belle! Arrêtez!


O'Neill : (Il sont dans une caverne de glace) Hé, un p'tit coup de peinture, un p'tit peu de ménage, une petite cheminée dans le coin et ça nous ferait une belle maison.


Carter : Vous avez mal à la poitrine?
O'Neill : Je crois que j'ai aussi une côte cassée.
Carter : Pourquoi vous ne m'en avez pas parlé?
O'Neill : J'ai eu peur que vous essayiez d'y mettre une attèle.


Carter : J'ai réussi à envisager trois explications possibles. Un : Daniel s'est trompé de combinaison et ils se trouvent tous les deux ici, quelque part, sur cette planète.
O'Neill : Je ne les vois nulle part.
Carter : Deux : Daniel ne s'est pas trompé mais à un moment donné, la Porte s'est mise à dérailler pendant le voyage. Ne me demandez pas pourquoi je n'en sait rien du tout! Quoi qu'il en soit, eux sont repartis sur Terre mais pour une raison inconnue, nous on s'est retrouvé ici.
O'Neill : Et en trois?
Carter : Trois : La Porte a mal fonctionné. On a été envoyé sur cette planète. Daniel et Teal'c ont été envoyés sur une autre.
O'Neill : Oui et quatre?
Carter : Il n'y a pas de quatre.
O'Neill : Si, cherchez bien!
Carter : J'ai cherché mon colonel
O'Neill : (déçu) Ha... D'accord... Bah on dira qu'ils sont retournés sur Terre... Et qu'ils ont commencé à nous chercher.
Carter : Oui mais où? (sous-entendu : on ne sait même pas nous-même où nous sommes)
O'Neill : (agacé du pessimisme-réalisme de Carter) Ici(!), faut espérer.


Carter : Je ne savais pas que vous cuisiniez.
O'Neill : Je cuisine pas, mais ma tambouille à l'eau dégelée est une pure merveille.


Carter : Oh non! Les piles faiblissent. C'est maintenant ou jamais.
O'Neill : Bah moi je préfère maintenant. Pas vous?


O'Neill : (faible) Capitaine... Capitaine... Loin de moi l'idée de me plaindre. J'adore qu'une femme se colle à moi comme ça... (...) C'est juste que c'est très difficile de dormir avec une côte cassée et quelqu'un alongé sur le torse...


Jackson et Teal'c en même temps :(Ils viennent de trouver les coordonnées de l'endroit où se trouve O'Neill et Carter) Général, permission de...
Hammond : Accordé!


Les Doubles robotiques [1.19][modifier]

O'Neill : Mesdames et Messieurs c'est votre colonel qui vous parle, bienvenue sur P3X-989 où règne ce qu'il convient d'appeler une douce température, (Plus sérieusement) déployez-vous !


Harlan : Contraya ! Contraya !
O'Neill : Daniel ?
Jackson : Je pense que c'est amical.


Harlan : Ubald, lui c'était le créateur de toutes ces choses mais il est mort vraiment très tôt, il à emmené beaucoup de secrets avec lui il y a très longtemps.
O'Neill : Il y a combien de temps exactement ?
Harlan : Exactement ? Quatre-vingts neuf millions deux cent soixante-dix-sept mille de vos heures à vous.
O'Neill : (Immédiatement) Ce qui fait onze mille ans.
Carter : Comment savez-vous ça ? (O'Neill est loin d'être bon en mathématiques)


Jackson : (Harlan les a transformé en robot sans leur dire) Mais pourquoi Harlan ne nous a-t-il pas tout dit ?
Carter : Pour moi il a eu peur qu'on le prenne trop mal.
O'Neill : Perspicace ce cher monsieur


Jackson : Mais où allez-vous ?
O'Neill : A la recherche d'Harlan.
Jackson : Jack ?
O'Neill : N'ayez crainte, c'est juste histoire de parler, de robot à robot.


Carter : Quoi ?
Jackson : Oh rien du tout, cette notion de pouvoir vivre 11 000 ans a traversé mon esprit pendant un moment. C'était trop, je n'ai pas pu l'intégrer.
Carter : Apparemment nous aurons le temps de nous adapter. Oui on a vraiment gardé les mêmes sensations et les mêmes perceptions que lorsqu'on était des humains.
Jackson : Si c'est ce que vous pensez c'est que le corps humain n'est qu'une machine, ce n'est que l'habitacle de notre conscience, qu'une mécanique organique qui fait son travail et qui à besoin de carburant.


Teal'c : (Harlan à fait une copie de SG-1) Vous aviez une copie de moi ?
Harlan : Oui oui, mais j'ai dû la désintégrer.
Teal'c : Je vois...


O'Neill : Bon alors, qu'est-ce qui s'est passé ici ?
Double de O'Neill : Quelqu'un a volé ma vie. Voilà ce qui s'est passé.
O'Neill : Oh tu es en train de parler de ma vie.
Double de O'Neill : Hé ! Je crois que j'y ai droit autant que toi non ? Je croyais que je pourrais trouver un moyen de me défaire de tout ça que je pourrais me remettre dans mon corps, là où je doit être.
O'Neill : Ha ben là c'est... là c'est occupé.
Double de O'Neill : Ouais je sais, je l'ai remarqué. Qu'est-ce que je deviens moi ?


O'Neill : Mais il y a la question de la sécurité. Ben oui, par rapport à tout ce que je sais sur la terre, les codes, les défenses...
Double de O'Neill : On va boucher la porte. Et tu n'aura même pas besoin d'envoyer une bombe par sécurité.
O'Neill : J'y songeais pas !
Double de O'Neill : Ouais tu parles ! J'te connais !
O'Neill : C'est bon, ca va, tu as ma parole colonel.


O'Neill : Harlan, personne n'a été programmé pour vivre éternellement
Harlan : Ha peut-être pas mais si vous essayez pendant quelques centaines d'années peut-être que vous pourriez changer d'avis et y prendre goût.


Une dimension trop réelle [1.20][modifier]

(Ils arrivent dans une grande pièce sombre et encombrée)
O'Neill : J'adore l'ambiance qui se dégage de cet endroit


Jackson : J'étais volontaire dans la première mission qui a traversé la Porte des étoiles vers Abydos. Et à moins que je ne délire et que je ne sois complètement dingue et bon à enfermer, je fais maintenant partie de SG-1.
Catherine Langford : Alors faîtes-vous examiner!


(Les Goa'uld envahissent la terre)
Jackson : Vous envoyez une arme nucléaire sur Chulak?
O'Neill : Ça vous pose un problème?
Jackson : Les Jaffas ne font qu'obéir, ce sont des esclaves.
O'Neill : Je vais résumer la situation dans laquelle nous sommes: Nous estimons les chances de survie de la terre de 1,5 sur 1 milliard. Vos petit copains jaffas ont déjà éliminé la moitié du monde. Donnez-moi une seule bonne raison de ne pas riposter là où je peux.
Jackson : Ils n'ont pas le choix.
O'Neill : Envoyez la bombe.


(Jackson vient de regarder où se trouve son double dans cette réalité)
Jackson : Ho ho!
Carter : Quoi?
Jackson : Je crois que je suis mort.
Carter : Pardon?
Jackson : Mon double dans cette réalité


O'Neill : Écoutez-moi, bon je sais qu'à première vue ça a l'air insensé, mais vous aussi vous avez le pouvoir de changer votre condition et nous sommes prêts à vous y aider.
Teal'c : ...
O'Neill : Ce Daniel qui vous connais dis que le Teal'c de son monde est un homme bien et qu'il a pris les armes contre ses chefs pour libérer son peuple, pour libérer sa famille, votre femme, votre fils Ryac!
Teal'c : Je viens de recevoir un communiqué de ma planète, vous avez envoyé une bombe sur Chulak a travers la porte des étoiles. Ils sont tous morts, mon peuple, ma femme et mon fils


Décision politique [1.21][modifier]

Jackson : Alors vous me croyez?
O'Neill : Oui enfin, disons qu'on a quand même quelques doutes...
Jackson : Il faut me croire!
Carter : Attendez Daniel quand vous étiez dans cette réalité alternative, est-ce que tout était différent?
Jackson : Oui, Euh... Teal'c se préparait à attaquer la terre, je ne faisait pas partie de ce programme, vous étiez fiancé et vous alliez vous marier avec Jack.
O'Neill : Excusez-moi!
Carter : Quoi?
(Plus loin dans la conversation alors qu'ils parlent de la survie de la Terre)
O'Neill : Attendez, je suis pas très sûr d'avoir tout saisi... On était fiancés?


Samuels : Non, je suis le lieutenant-colonel Samuels maintenant capitaine.
Carter : Oh je vous prie de m'excuser félicitation
Samuels : Merci
O'Neill : (narquois) Vous serez toujours Sparky pour moi.


Hammond : C'est un projet non officiel [le programme Porte des étoiles] qui coute le modique somme de sept milliard virgule quatre par an à l'état.
O'Neill : C'est tout?
(...)
Hammond : ...on en a pour un milliard de dollars rien que pour allumer les lumières ici.
O'Neill : Ben on a qu'à faire une vente de charité?
Hammond : ...
O'Neill : Ou alors une vente aux enchères?
Hammond : La situation est critique je ne plaisante pas Colonel.
O'Neill : Laver des voitures?


Kinsey : Le mot "menace", colonel O'Neill, a trop souvent à mon goût été galvaudé par les militaires de ce pays et a servi de justification pour des dépenses que nous ne pouvons plus assurer.

  • datée de 1998, cette remarque paraît étrange, voire hors de propos, si l'on pense aux guerres américaines de l'après-11 septembre 2001... mais pas moins vraie.


Kinsey : Il (le programme) nous coute sept milliard quatre-cent sept millions de dollars en tout...
O'Neill : Ah j'étais pas loin!
Kinsey : ...par an bien sûr
O'Neill : Sauf votre respect monsieur le sénateur, rien que le fonctionnement du service comptable représente trois fois ce chiffre...


Jackson : Mais nous avons toutes les raisons de croire que les goa'ulds sont sur le point d'attaquer en force avec leurs vaisseaux
Kinsey : Et bien je crois qu'ils regretteront de s'attaquer à la défense des États-Unis.
O'Neill : Oh mais c'est pas vrai!
Jackson : Bien sûr il nous suffira simplement d'infiltrer un virus dans leur vaisseau spatial.


O'Neill : Monsieur Kinsey, il me semble que vous ne considérez pas les goa'ulds comme une menace.
Kinsey : Vous les avez toujours vaincus facilement jusqu'à maintenant.
O'Neill : Vous avez lu tout les rapports? Une fois ils nous ont tué.


Kinsey : Et bien si ils [les goa'ulds] sont si fort que vous le prétendez, pourquoi avez-vous changé de camp soudainement?
Teal'c : Parce que ce qui est juste ne peut pas se mesurer par la force. C'est la liberté qui gouverne votre monde, je souhaite la même liberté pour mon peuple.
Kinsey : Au risque de paraître insensible, je tiens à vous dire que c'est votre problème.


Dans le nid du serpent [1.22][modifier]

Teal'c : Si les coordonées sont celles d'un site goa'uld sans être inscrites sur le cartouche d'Abydos, les goa'ulds seront peut-etre surpris par notre venue. Je suis partisan d'une frappe d'ordre médicinale.
O'Neill : On dit : "une frappe chirurgicale"...


O'Neill : (Ils découvrent des armes qu'ils ne connaissaient pas) Comment ça s'appelle?
Teal'c : Zat'nik'tel
O'Neill : Ah oui... bon on dira des Zats.


O'Neill : (Ils viennent de voir passer un groupe de Jaffas) C'est un grand bonheur sans cesse renouvelé de revoir ces gars-là.


Jackson : Teal'c, qu'est-ce que c'est que ca?
Teal'c : C'est un appareil de communication audiovisuel de portée universelle, un peu comme vos télévisions mais beaucoup plus sophistiqué.
O'Neill : C'est à quelle heure le journal télévisé?


O'Neill : (Un Jaffa le surprend) Eh! Comment ça va? ... Erm... Vous pourriez me dire où se trouvent les toilettes?


O'Neill : Je suggère que vous deux [Carter et Jackson] vous réfléchissiez à un moyen de nous ramener à la maison.
Carter : Le seul moyen, serait de faire demi-tour et de retrouver le point de départ.
Jackson : Très bien! Je vais aller dire ça au pilote!


Skaara : Père! Permet-moi de t'offrir ce superbe présent : ... le traître Teal'c... et l'humain qui l'a recruté.
O'Neill : (avec un signe de la main à Apophis) Salut p'tit gars!


Hammond : Le docteur Jackson à de la chance
Davis : Comment cela?
Hammond : Il ne sera pas là pour voir son cauchemar devenir réalité une deuxième fois.