Ruée vers l'or en Californie

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La ruée vers l'or en Californie est une période d'environ huit ans (1848 - 1856) qui commença en janvier 1848 après la découverte d'or à Sutter's Mill, près de Coloma, à l'est de Sacramento, dans l'actuel État de Californie (États-Unis). La nouvelle se répandit rapidement et attira en Californie plus de 300 000 aventuriers, américains et étrangers.

H.W. Brands[modifier]

L'ancien rêve américain [...] était celui des puritains, celui du Poor Richard de Benjamin Franklin, [...] celui des hommes et de femmes contents de leur modeste fortune amassée peu à peu avec le temps, années après années. Le nouveau rêve américain était celui d'une richesse immédiate, gagnée en un éclair avec de l'audace et de la chance. C'est seulement depuis [Sutter's Mill] que [ce] rêve d'or [...] est devenu une partie importante du mythe américain.
  • (en) The old American Dream . . . was the dream of the Puritans, of Benjamin Franklin's Poor Richard . . . of men and women content to accumulate their modest fortunes a little at a time, year by year by year. The new dream was the dream of instant wealth, won in a twinkling by audacity and good luck. [This] golden dream . . . became a prominent part of the American psyche only after [Sutter's Mill].
  • The age of gold: the California Gold Rush and the new American dream., H.W. Brands (trad. wikiquote), éd. New York: Anchor (réédition), 2003, p. 442


Grand Corps Malade[modifier]

Lui il a traversé tout le pays pour atteindre le Grand Ouest,
Équipé d'un vieux fute, d'un gros sac et d'une veste,
Il se prend pour un aventurier, à raison ou à tort,
Il est parmi tant d'autres un simple chercheur d'or.

  • Chercheur de phases, Grand Corps Malade, Grand Corps Malade, album Midi 20 (2006 chez AZ).


Didier Latapie[modifier]

L'engouement planétaire provoqué par l'or de la Californie est pyramidal, presque surnaturel. Il est encore très vivace de nos jours. C'est le plus important et étonnant mouvement volontaire de population, depuis les croisades. [...] Nulle part ailleurs, la découverte de métaux précieux ne déclencha une ruée aussi extraordinaire et universelle.
  • La fabuleuse histoire de la ruée vers l'or (Californie - XIXème siècle), Didier Latapie, éd. Privat, 2001, p. 134


Jacques Plante[modifier]

Tiens bon la vague tiens bon le vent.
Hisse et ho, Santiano !
Si Dieu veut toujours droit devant,
Nous irons jusqu'à San Francisco.

On prétend que là-bas l'argent coule à flots.
Hisse et ho, Santiano !
On trouve l'or au fond des ruisseaux.
J'en ramènerai plusieurs lingots.

  • Santiano, Jacques Plante, Hugues Aufray (1961).


Garcia Ordoñez de Montalvo[modifier]

Sachez que, à la main droite des Indes tout près du paradis terrestre, il y a une île appelée Californie, formée des plus gros rochers jamais vus. Cette île était habitée par de robuste femmes noires au cœur chaud, douées d'une grande force, qui vivaient presque comme des Amazones sans un seul homme parmi elles [...] Leurs armes étaient tout entières d'or. L'île partout abondait en or et en pierres précieuses, et aucun autre métal ne s'y trouvait [...].
  • « Las Sergas de Esplandián », Garcia Ordoñez de Montalvo (trad. Nicolas Herberday des Essard) (1540), dans La fabuleuse histoire de la ruée vers l'or [Californie - XIXème siècle] (1510), Didier Latapie, éd. Privat, 2001, p. 16


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :