Roger Penrose

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.
Roger Penrose en 2005.

Roger Penrose, né le 8 août 1931 à Colchester, est un mathématicien et astrophysicien britannique, lauréat du prix Nobel de physique 2020.

Citations[modifier]

L'Esprit, l'ordinateur et les lois de la physique[modifier]

Les ombres de l'esprit[modifier]

Une vision scientifique de l'Univers qui n'intègre pas le problème de l'esprit conscient ne peut sérieusement prétendre être une vision complète. La conscience faisant partie de notre Univers, toute théorie physique qui ne lui accorde pas une place convenable ne peut qu'échouer à donner une véritable description de cet Univers.
  • Les Ombres de l’esprit : à la recherche d'une science de la conscience, Roger Penrose (trad. Christian Jeanmougin), éd. InterÉditions, 1995  (ISBN 2 7296 0558 4), chap. 1. Conscience et calcul, 1.1. L'esprit et la science, p. 4


Bien que nous nous considérions comme le summum de l'intelligence au sein du règne animal, cette intelligence semble tristement incapable de traiter nombre des problèmes auxquels notre société continue de nous confronter.
  • Les Ombres de l’esprit : à la recherche d'une science de la conscience, Roger Penrose (trad. Christian Jeanmougin), éd. InterÉditions, 1995  (ISBN 2 7296 0558 4), chap. 1. Conscience et calcul, 1.1. L'esprit et la science, p. 5


Notre technologie, tant ancienne que moderne, a immensément développé nos capacités sensorielles. Notre vue est décuplée grâce aux lunettes, miroirs, télescopes et microscopes de toutes sortes, grâce aux caméras vidéo, à la télévision, etc. Notre ouïe, qui ne s'aidait autrefois que de simples cornets acoustiques, bénéficie aujourd'hui de minuscules dispositifs électroniques et se trouve relayée par le téléphone, les communications radio et satellitaires.
  • Les Ombres de l’esprit : à la recherche d'une science de la conscience, Roger Penrose (trad. Christian Jeanmougin), éd. InterÉditions, 1995  (ISBN 2 7296 0558 4), chap. 1. Conscience et calcul, 1.1. L'esprit et la science, p. 5


Les systèmes chaotiques sont soit des systèmes physiques concrets, soit des simulations mathématiques de ces systèmes, soit encore de simples modèles mathématiques étudiés pour eux-mêmes, dont le comportement dépend de manière extrêmement cruciale de leur état initial. Si les systèmes chaotiques ordinaires sont totalement déterministes et algorithmiques, ils peuvent, dans la pratique, se comporter comme s'ils ne l'étaient pas. La raison en est que la précision avec laquelle on doit connaître leur état initial pour pouvoir établir une prédiction déterministe de leur comportement excède, et de loin, toute mesure concevable.
  • Les Ombres de l’esprit : à la recherche d'une science de la conscience, Roger Penrose (trad. Christian Jeanmougin), éd. InterÉditions, 1995  (ISBN 2 7296 0558 4), chap. 1. Conscience et calcul, 1.7. Le chaos, p. 17


Il est en pratique impossible de prédire sur ordinateur le comportement réel du système. Cependant, on peut parfaitement parvenir à simuler un comportement typique de ce système. Le temps prédit n'est peut-être pas le temps qu'il fera effectivement, mais il est parfaitement plausible!
  • Les Ombres de l’esprit : à la recherche d'une science de la conscience, Roger Penrose (trad. Christian Jeanmougin), éd. InterÉditions, 1995  (ISBN 2 7296 0558 4), chap. 1. Conscience et calcul, 1.7. Le chaos, p. 19


La simulation numérique d'un système chaotique correspond en fait à un « cas typique » parfaitement raisonnable, même si elle peut différer du « cas réel ».
  • Les Ombres de l’esprit : à la recherche d'une science de la conscience, Roger Penrose (trad. Christian Jeanmougin), éd. InterÉditions, 1995  (ISBN 2 7296 0558 4), chap. 1. Conscience et calcul, 1.7. Le chaos, p. 19


La nature de l'espace et du temps[modifier]

À la découverte des lois de l'univers[modifier]

Autres citations[modifier]

Le Big Bang n'est pas le commencement. Il y avait quelque-chose avant le Big Bang et ce quelque-chose est précisément ce qui nous attend dans le futur.
  • (fr) « Un autre univers existait avant le nôtre, selon le nouveau prix Nobel de Physique », Roger Penrose, CNews, 09 octobre 2020 (lire en ligne)


Citations rapportées[modifier]

Citations sur[modifier]

Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :