Roger Cardinal

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roger Cardinal (né en 1940) est un écrivain et chercheur indépendant britannique, ancien professeur de littérature comparée et d’histoire de l’art à l’Université de Kent, en Angleterre, spécialiste de l’Art brut, de la poésie moderne et du surréalisme et inventeur du concept d’art « outsider ».

Presse[modifier]

Premières réponses à l'enquête sur les représentations érotiques, 1964[modifier]

Je ne prends pas l'expression « représentations imaginaires » dans le sens de « pensées volontaires à autre chose », soit une échappée complète hors de la réalité.
Car mes représentations imaginaires se superposent à la réalité même, se confondent avec elle, sans solution de continuité ; comme on dit : elles sont transparentes, pour contenir d'autant plus de toutes les couleurs possibles. Certes, elles sont valables, elles valent tout ce trésor qu'est l'amour : surgissant d'un geste (vol d'oiseaux sur mon front) elles restent dans le tangible : une femme devient la femme, ce corps se transcende avec le sang battant, et — puisque nous faisons partage de nos imaginations, ou soufflées ou comprises dans un regard — je sais que le mien se transcende aussi bien pour elle que pour moi-même.
Encore n'ai-je parlé que d'une sorte de « norme privilégiée » ; il y a tant de domaines qui s'étalent devant le regard intérieur : jeux de catch, séductions théâtrales, rêveries à deux, où l'on accorde toute liberté aux désirs non éclipsés (je suis un tigre sur ma proie, épargnez-moi !) et tant d'autres folies communes — il faut créer sa propre mythologie.

  • Réponse de Roger Cardinal à l'interrogation suivante : Comment se caractérisent vos représentations imaginaires dans l'acte d'amour ? Justifient-elles un jugement de valeur ? Sont-elles spontanées ou volontaires ? se succèdent-elles dans un ordre fixe ? Lequel ? — Il est clairement question d'une enquête initiée par la revue surréaliste La Brèche en décembre 1964.
  • « Premières réponses à l'enquête sur les représentations érotiques », Roger Cardinal, La Brèche, nº 7, Décembre 1964, p. 85


Mon amour allume son visage, et voici, sous mes mains, sans la moindre exagération la plus belle femme : elle ne le serait pas dans le vrai ? bon, cette chambre nous protège d'un tel mensonge, nous créons notre vérité dans ce lit loin des rives où se jette le vacarme des autos qui passent dans une rue oubliée, si éloignée de notre haleine.
  • Réponse de Roger Cardinal à l'interrogation suivante : Comment [vos représentations érotiques] interfèrent-elles avec la représentation objective que vous avez de votre partenaire ? De vous-même ? De ce qui vous entoure ? — Il est clairement question d'une enquête initiée par la revue surréaliste La Brèche en décembre 1964.
  • « Premières réponses à l'enquête sur les représentations érotiques », Roger Cardinal, La Brèche, nº 7, Décembre 1964, p. 92