Robert Sheckley

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Sheckley en 1995.

Robert Sheckley est un auteur de science-fiction américain, né le 16 juillet 1928, mort le 9 décembre 2005 à Poughkeepsie (État de New York).

Citation rapportée de Robert Sheckley[modifier]

Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
  • Les Règles d'Or du Succès, Dimitri Tolstoï et Thierry d'Auzers, éd. Mason & sulivan, 2012  (ISBN 978-2-9537979-2-3), p. 89

Le Temps meurtrier, 1958[modifier]

Pourtant, banale ou non, la mort d'un homme reste l'évènement le plus marquant de sa vie.
  • Le Temps meurtrier, Robert Sheckley (trad. Ben Zimet), éd. Presses Pocket, 1977, p. 5


Parfois, nos erreurs se refusent à rester mortes et enterrées.
  • Le Temps meurtrier, Robert Sheckley (trad. Ben Zimet), éd. Presses Pocket, 1977, p. 45


Le futur, c'était maintenant.
  • Le Temps meurtrier, Robert Scheckley (trad. Ben Zimet), éd. Presses Pocket, 1977, p. 143


Ceux en qui vous avez confiance vous trahiront. Ceux que vous haïssez vous convaincront.
  • Le Temps meurtrier, Robert Scheckley (trad. Ben Zimet), éd. Presses Pocket, 1977, p. 236


L'acte de la mort transcende classe et éducation. C'est la patente nobiliaire de chaque homme, sa citation du roi, son aventure chevalresque. C'est dans la façon dont il s'acquitte de cette périlleuse et solitaire entreprise qu'il trouve sa vraie mesure d'homme.
  • Le Temps meurtrier, Robert Scheckley (trad. Ben Zimet), éd. Presses Pocket, 1977, p. 247


Échange Standard, 1966[modifier]

L'analogie nous affirme que ceci équivaut à cela ; elle établit un pont entre le connu accepté et l'inconnu indésirable. Elle relie l'un à l'autre, entourant l'inconnu indésirable d'une aura de familarité rassurante.
  • Échange Standard, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 20


Il n'y a pas de raison de se sentir coupable ou gêné parce que l'on a été victime d'une agression sexuelle, même si la sagesse populaire traditionnelle d'un grand nombre de civilisation attache à la victime d'un tel attentat une marque d'opprobre due à des présomptions de complicité inconsciente ou consciente.
  • Échange Standard, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 38


C'est étrange comme l'esprit humain répugne éternellement à accepter l'inacceptable.
  • Échange Standard, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 39


L'intelligence a ses passions, ses amours et ses haines ; malheur au logicien dont la superbe rationnalité ne repose pas sur une base solide d'émotions brutes. Faute d'une telle base nous le taxons...d'irrationalité.
  • Échange Stantard, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 52


Nous vivons tous en fonction d'un grand nombre de postulats non vérifiés dont nous ne pouvons déterminer le fondement ou le non fondement qu'en exposant notre existence. Comme pour la plupart d'entre nous l'existence est plus importante que la vérité, nous abandonnons cette épreuve ultime aux fanatiques.
  • Échange Standard, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 83


Le temps dévore notre mortalité modeste, et ne nous laisse que le résidu amer du souvenir.
  • Échange Stantard, Robert Scheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 129


Tout ce qui est est improbable, car tout est extrinsèque, inutile, et porte atteinte à la raison.
  • Échange Satandard, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 169


Les Erreurs de Joenes, 1962[modifier]

La plupart des récits apparaissent non comme des relations positives, mais plutôt comme des allégories morales. Toutefois, même ceux que l'on estime allégoriques sont représentatifs de l'esprit et du caractère de l'époque.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Sheckley (trad. Marcel Battin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 9


Mais les influences ne peuvent être que supposés, jamais vraiment décrites ou comprises.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Sheckley (trad. Marcel Batin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 14


Quand les compromis sont importants, nous les appelons tyrannie.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Sheckley (trad. Marcel Bottin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 65


Tout ce qui participe de la vie a son propre point de vue, et tend à voir tout de l'existence à partir de ce point de vue. L'observateur, ne connaissant que lui-même, croit être éternel et immuable, et il soutien nécessairement que son opinion est la seule vue exacte des objets et du caractère de ce qui l'entoure.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Sheckley (trad. Marcel Bottin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 70


C'est de cela, naturellement, que la folie est faite : l'abandon, la non-participation, la construction d'une vie imaginaire plus agréable que tout ce qui existe dans le monde réel.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Scheckley (trad. Marcel Bottin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 104


Quand la vertu n'est pas récompensé ni le vice puni, les hommes cessent de croire et leur société s'écroule.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Scheckley (trad. Marcel Bottin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 128


C'est ainsi chez les tyrans, qui feraient n'importe quoi pour obtenir le pouvoir, et qui de cette façon créent et perpétuent les maux qu'ils font semblant de vouloir guérir.
  • Les Erreurs de Joenes, Robert Sheckley (trad. Marcel Bottin), éd. Calmann-Lévy, 1986, p. 169


La Dimension des miracles, 1973[modifier]

L'inexactitude peut être esthétiquement plaisante ; c'est une affaire de goût.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 17


La régularité est une chose agréable, mais à condition que ce soit sans excès.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 24


Si nous devions prendre chaque éventualité en considération, nous n'aurions plus à considérer la moindre éventualité...
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 27


Pourquoi par Dieu faudrait-il louanger un Dieu qui ne fait qu'accomplir sa divine fonction ? Autant louer une fourmi pour vaquer à ses affaires de fourmi ?
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 59


La solution de votre problème est inhérent à la manière dont vous l'envisagez.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 65


La Prédation est la Nécessité même.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 71


La contradiction fait naître la lutte, sans laquelle tout aboutirait à un état d'entropie.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 92


Quand on y réfléchit bien, peu de choses sont à la hauteur de leur réputation.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 107


L'esprit humain est prompt à édifier des gestalts. Quelques courbes suffisent pour une montagne, cinq ou six lignes brisées évoquent passablement une vague.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 118


Pour connaître votre prédateur, vous devez d'abord vous connaître vous-même.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 130


Notre époque est celle où nous acceptons inconditionnellement l'inacceptable, proclamant par là l'authenticité de notre artificialité.
  • La Dimension des miracles, Robert Sheckley (trad. Guy Abadia), éd. Laffont, 1978, p. 216


Options, 1975[modifier]

La nature à des myriades de déguisements dans son sac.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 27


Toute chose cesse d'être drôle, quand elle s'assoit sur vous.
  • Options, Robert Scheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 43


La santé d'esprit est une question d'opinion générale.
  • Options, Robert Scheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 55


Être invisible ou être aveugle, c'est presque la même chose.
  • Options, Robert Scheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 69


Ne prévoyez jamais ce que vous allez faire. Il faut que vous traversiez le monde comme si c'était le monde.
  • Options, Robert Scheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 80


Parmi les choses qui nous dévorent, il en est qui nous élèvent et nous fortifient. Parfois, il faut rester immobile et se laisser manger.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 81


Les disconvenances ne sont pas réciproques. La réciprocité disparaît dans le ventre de l'oxymoron.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 98


Savoir ce qu'on recherche ne fait qu'entraver les recherches.
  • Options, Robert Scheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 110


Ce sont les problèmes inexistants qui sont les plus réels.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 137


Tout mouvement est une quête, toute attente est celle de l'échec, toutes les recherches trouvent leur aboutissement vers leurs origines. Le premier geste renferme le schéma tout entier, le coup de pinceau initial est l'ultime décoration. Mais c'est un savoir défendu, car il faut danser jusqu'à la fin du morceau.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 163


La curiosité tue.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 167


Nous devons nous soumettre à ce que nous ne pouvons surmonter. Et puisque nous sommes des hommes, notre soumission doit être aussi forte que notre refus.
  • Options, Robert Sheckley (trad. Philippe R. Hupp), éd. Calmann-Lévy, 1987, p. 174