Robert Schuman

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Schuman en 1929

Jean-Baptiste Nicolas Robert Schuman, né le 29 juin 1886 à Luxembourg et mort le 4 septembre 1963 à Scy-Chazelles (Moselle), est un homme d'État français. Ministre sous la Troisième et la Quatrième République, notamment des Affaires étrangères, puis président du Conseil des ministres à deux reprises, Schuman exerça par ailleurs les fonctions de président du Parlement européen.
Il est considéré comme l'un des pères fondateurs de la construction européenne avec Jean Monnet.

Citations rapportées[modifier]

Le patriotisme, ce sentiment noble qui a forgé les nations, qui leur a proposé et fait accomplir des taches magnifiques, a fréquemment dévié, dégénéré en intolérable fanatisme et est ainsi devenu une source d'insécurité et de déchirements fratricides.
Nous ne sommes, nous ne serons jamais des négateurs de la patrie, oublieux des devoirs que nous avons envers elle. Mais au-dessus de chaque patrie nous reconnaissons de plus en plus distinctement l'existence d'un bien commun, supérieur à l'intérêt national, ce bien commun dans lequel se fondent et se confondent les intérêts individuels de nos pays.
La loi de solidarité des peuples s'impose à la conscience contemporaine. Nous nous sentons solidaires les uns des autres dans la préservation de la paix, dans la défense contre l'agression, dans la lutte contre la misère, dans le respect des traités, dans la sauvegarde de la justice et de la dignité humaine.

  • Robert Schuman, Pour l'Europe, 1963
  • Manifeste pour la beauté du monde, Jean-Marie Pelt et sœur Marie Keyrouz, éd. Cherche Midi, coll. « Pour un monde meilleur », 2015  (ISBN 978-2-7491-4364-4), p. 104


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :