Robert Baden-Powell

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Robert Baden-Powell est né le 22 février 1857 à Londres et mort le 8 janvier 1941 à Nyeri, au Kenya. Lord Baden-Powell est lieutenant général de l'armée britannique et fondateur du scoutisme. Son œuvre majeure est Scouting for Boys qui précise les bases du scoutisme, correspondant aujourd'hui au scoutisme traditionnel.


Scouting for Boys[modifier]

Premier Bivouac[modifier]

Comme vous savez, on appelle généralement Éclaireur un soldat qui a été choisi pour son intelligence et son courage et qui, en temps de guerre, précède l'armée pour découvrir où se tient l'ennemi et rapporter à son chef tout ce qu'il a su voir. Mais outre les Éclaireurs de guerre, il y a aussi les Éclaireurs de paix, des hommes qui en temps de paix font une besogne qui exige le même genre d'habileté.
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. PREMIER BIVOUAC, Éclaireurs pacifiques, p. 9

Deuxième Bivouac[modifier]

Les chevaliers étaient les Éclaireurs du temps jadis, et leur règle était à peu près celle de notre loi d'aujourd'hui. [...]

Leur honneur leur était sacré.
Ils étaient loyaux à Dieu, leur roi et à leur pays.
Ils étaient particulièrement courtois et polis envers les femmes, les enfants et les infirmes.
Ils étaient secourables à tous.
Ils donnaient leur argent et leur pain à ceux qui en avaient besoin, et épargnaient pour pouvoir le faire.
Ils apprenaient l'usage des armes pour protéger leur religion et leur pays contre l'ennemi.
Ils se maintenaient forts, sains et vigoureux pour être en mesure de faire bien tout cela.

Vous ne pouvez pas, vous autre Éclaireurs, faire mieux que de suivre l'exemple de vos aïeux, les chevaliers.
  • À propos de la loi scoute traditionnelle
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. DEUXIÈME BIVOUAC, Toujours prêts, p. 19 et 20


Ainsi, dans tout ce que vous faites, rappelez-vous qu'il faut penser d'abord au pays. Ne dépensez pas tout votre temps et votre argent à vous amuser, mais demandez-vous d'abord comment vous pouvez être utile à votre patrie ; ensuite vous aurez bien le droit de vous délasser à votre idée. Peut-être ne voyez-vous pas comment un jeune garçon peut être utile à tout un pays, mais en devenant un Éclaireur et en observant les lois des Éclaireurs, chacun peut être utile. « Le pays d'abord, moi ensuite », telle sera votre devise.
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. DEUXIÈME BIVOUAC, Toujours prêts, p. 23


Ne vous contentez pas, comme faisaient les Romains et comme font certaines gens d'aujourd'hui, de payer d'autres hommes pour jouer au football et pour livrer bataille à votre place. Faites vous-même quelque chose pour que le drapeau flotte haut.
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. DEUXIÈME BIVOUAC, Toujours prêts, p. 24


Huitième Bivouac[modifier]

En temps de paix, les pionniers font en caserne toutes sortes de besognes utiles : ils sont charpentiers, plombiers, ou peintres, font de la maçonnerie ou de la serrurerie, fabriquent des chaises, des tables, des armoires, etc. Les Éclaireurs doivent donc, s'ils veulent être de bons pionniers, apprendre aussi ces métiers là. Ils en auront toujours l'emploi plus tard.
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. HUITIÈME BIVOUAC, Un Éclaireur est toujours adroit de ses mains, p. 89


Quatorzième Bivouac[modifier]

Les éclaireurs militaires et les chasseurs qui veulent voir sans être vus prennent toujours deux précautions :

Ils ont soin d'abord que le fond d'arbres ou d'édifices devant lequel ils se trouvent ait la même couleur que leurs vêtements.
Ensuite, si l'ennemi ou le gibier regarde de leur côté, ils restent absolument immobiles tout le temps.

Ainsi, même à découvert, un Éclaireur pourra souvent éviter d'être vu.
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. QUATORZIÈME BIVOUAC, L'art de rester inaperçu, p. 149


Quinzième Bivouac[modifier]

Aucun Éclaireur ne devrait jamais tuer un animal, s'il n'a pas pour le faire une bonne raison, et dans ce cas il doit le faire vite et complètement, de façon que l'animal souffre aussi peu que possible.
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. QUINZIÈME BIVOUAC, Animaux, p. 155


Un Éclaireur doit prendre garde à toute espèce d'animaux, en pensant, entre autres, au parti qu'il en pourrait tirer pour se nourrir.
  • À propos du rapport aux animaux
  • Scouting for Boys (Éclaireurs), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1908, chap. QUINZIÈME BIVOUAC, Reptiles et poissons, p. 165


Rovering to Success[modifier]

Premier écueil[modifier]

Fais les foins pendant que le soleil brille, n'attends pas qu'il brille plus tard ; les nuages peuvent s'épaissir et la saisons des pluies commencer.
  • Baden-Powell invite à la prudence et notamment à économiser son argent même dans les moments d'abondance.
  • Rovering to Success (La Route du Succès), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1922, Saisis l'occasion, p. 59


Quatrième écueil[modifier]

Des tas de gens demandent des droits avant même de les avoir gagnés.
  • Rovering to Success (La Route du Succès), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1922, Pensées à méditer, p. 192


L'empressement à servir bien plus qu'à donner des ordres, voilà le meilleur socialisme.
  • Rovering to Success (La Route du Succès), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1922, Pensées à méditer, p. 192


Une nation a le gouvernement qu'elle mérite.
  • Rovering to Success (La Route du Succès), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1922, Pensées à méditer, p. 193


Jeune homme ! La nature nous donna une langue, mais deux oreilles de façon à pouvoir entendre deux fois plus que nous parlons.
  • Rovering to Success (La Route du Succès), Lord Robert Baden-Powell, éd. Delachaux et Niestlé, 1922, Pensées à méditer, p. 193


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :