Repas

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jorge Luis Borges[modifier]

BORGES, dans un murmure : Déjeuners, thés, dîners quotidiens, petits déjeuners… sans un plat de rêve à la carte, ce serait insupportable, non ?
  • Conversations à Buenos Aires, Jorge Luis Borges et Ernesto Sabato, animées par Orlando Barone (trad. Michel Bibard), éd. Éditions du Rocher, coll. « Bibliothèques 10/18 », 2001, p. 135


Roger-Pol Droit[modifier]

[Table : s]urface intermédiaire, qui décolle du sol et lui demeure liée, qui double le monde naturel d'un plan d'humanité. Ce monde deux est le lieu de l'étude, du travail, des affaires, le lieu des repas, des familles, de l'utilitaire comme du festif, des amis, des chevaliers de la table ronde, des banquets de l'Olympe, de la Cène du Christ, de la fin des aventures d'Astérix.
  • Dernières nouvelles des choses, Roger-Pol Droit, éd. Odile Jacob, 2003, p. 234


André Pieyre de Mandiargues[modifier]

Le sang de l'agneau

Un très jeune garçon aux poignets velus presque à l'excès, même pour sa race, et à la chemise peu fraîche, leur avait servi une purée de tomates, d'aubergines et d'olives noires écrasées avec des herbes et des aromates ; des petites pieuvres et de très grosses crevettes frites ensemble dans une singulière union de queues, de pinces, d'antennes et de tentacules ; des beignets de miel, des confitures de cédrats et de roses. Elles avaient bu du vin résiné, horriblement amer, et du café bourbeux, mais suave.


Jean-Jacques Rousseau[modifier]

Il y a au premier étage une petite salle à manger différente de celle où l'on mange ordinairement, laquelle est au rez-de-chaussée. [...] Les simples hôtes n'y sont point admis, jamais on mange quand on a des étrangers ; c'est l'asile inviolable de la confiance, de l'amitié, de la liberté. C'est la société des cœurs qui lie en ce lieu celle de la table ; elle est une sorte d'initiation à l'intimité, et jamais il ne s'y rassemble que des gens qui voudraient n'être plus séparés. Milord, la fête vous attend, et c'est dans cette salle que vous ferez ici votre premier repas.
  • Julie ou La nouvelle Héloïse (1761), Jean-Jacques Rousseau, éd. Garnier-Flammarion, coll. « GF Flammarion », 1967  (ISBN 2-08-070148-7), partie V, Lettre II à milord Edouard, p. 410


Daniel Tammet[modifier]

Un bon repas doit commencer par la faim !
  • Embrasser le ciel immense, Daniel Tammet, éd. Éditions des arènes, coll. « J'ai lu », 2009  (ISBN 978-2-290-02025-8), p. 248