Ratatouille

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ratatouille est le huitième film d'animation des studios Pixar, et le deuxième en association avec Brad Bird. Ce film, prix du meilleur film d'animation aux Golden Globes Award, fut unanimement reçut par la critique et par le public. Il a d'ailleurs réalisé le troisième meilleur box office des studios Pixar.

Citation à propos du film[modifier]

Ils ressemblaient à des arbres plantés trop près d'autres arbres. Il faut en dégager quelques uns pour permettre aux autres de prospérer.
  • (en) They like trees not enough organized. We must organize them, to let other prosper.
  • À propos du scénario de Ratatouille, lors de l'arrivée de Brad Bird.
  • « Pas de navets dans la ratatouille », Sophie Grassin, Première, nº 365, Juillet 2007, p. 58


Citations[modifier]

De la bande annonce[modifier]

Rémy : Ah, Paris… La ville des plus grands restaurants et des meilleurs chefs au monde ! Toute ma vie, j'ai rêvé d'être l'un des leurs. Vous vous dites sans doute que c'est un drôle de rêve pour… un rat, mais j'ai toujours pensé qu'en travaillant dur et avec un peu de chance, tôt ou tard, mon talent serait enfin reconnu.
  • Entendu dans la bande annonce française.
  • Patton Oswalt, Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Skinner : Vous vous rendez compte de ce qui se passerait si quelqu'un apprenait qu'il y a un rat dans notre cuisine ?
  • Entendu dans la bande annonce française.
  • Ian Holm, Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Linguini : Ne me regarde pas comme ça ! Ce n'est pas moi qui me suis permis des fantaisies avec les épices ! [...] J'ai besoin de ce boulot, j'ai attendu si longtemps… Je ne sais pas faire la cuisine et en plus, maintenant, voilà que je parle à un rat ! Comme si… Tu as bougé la tête ?! Tu comprends ce que je dis ? Je ne sais pas faire la cuisine… mais toi, tu sais ! Bon ça va, ne fais pas le modeste, depuis quand les rats sont modestes ?
  • À Rémy, au bord de la Seine.
  • Lou Romano, Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Rémy : Je veux faire de grandes choses, papa !
Django, son père : Ne t'approche pas des humains, ils sont dangereux. Maintenant, tais-toi et finis ton crouton.

  • Patton Oswalt (Rémy) et Brian Dennehy (Django), Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Linguini : J'ai un… secret… J'ai… un rat !
Colette : Tu as un rat ?
Skinner : Il joue avec mes nerfs, à me harceler, je vais en finir avec ce rat !

  • À Colette, alors que Skinner les espionne.
  • Lou Romano (Linguini), Janeane Garofalo (Colette) et Ian Holm (Skinner), Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Du film[modifier]

Rémy : Je n'arrive pas à y croire… La cuisine d'un grand restaurant, là sous mes yeux !
Gusteau : Tu as lu mon livre ? Voyons un peu ce que tu as appris. Lequel d'entre eux est le chef ?
Rémy : Euh !? Celui là (il pointe Skinner du doigt).
Gusteau : Très bien ! Et qui vient ensuite dans la hiérarchie ?
Rémy : Le sous-chef… il est là, qu'on appelle aussi le second. Il est responsable de la brigade en cas d'absence du chef. Puis le saucier, qui s'occupe des sauces. Le chef de partie et le demi-chef de partie, important tous les deux. Euh, les commis, les commis sont très importants, ce sont des cuisiniers.
Gusteau : Et ben tu en sais des choses pour un rat ! Continue. Et celui-là ? (il pointe du doigt Linguini)
Rémy : Qui ça ? Lui ! C'est personne…
Gusteau : Je te demande pardon, il fait partie de la cuisine !
Rémy : Ça doit être un plongeur. Je sais, il passe la serpillère, il sort les poubelles. Il ne fait pas la cuisine !
Gusteau : Il pourrait…
Rémy : Euh… Non !
Gusteau : Qu'est-ce que tu en sais ? Rappelle-toi ce que je t'ai toujours dit : « Tout le monde peut faire la cuisine ».
Rémy : Oui, tout le monde peut faire la cuisine, mais certains feraient mieux de s'abstenir.
Gusteau : En tout cas, ça n'a pas l'air de lui poser de problème. Regarde.
Rémy : Qu'est-ce que… Mais qu'est-ce qu'il fait ?!? Non ! Non ! Non, c'est épouvantable, il a… il… Il est en train de gâcher la soupe… et personne le voit faire ?! C'est votre restaurant, faites quelque chose !
Gusteau : Que veux-tu que je fasse ? Je ne suis que le fruit de ton imagination.
Rémy : Mais il est en train de gâcher la soupe ! Il faut prévenir quelqu'un !
(Rémy tombe alors dans la cuisine, et essaye de s'enfuir, jusqu'à ce qu'il tombe sur la soupe.)
Gusteau : Tu es là ? Mais qu'est-ce que tu attends ?
Rémy : Ah ! Dites donc, ça va devenir une habitude ou quoi ?
Gusteau : Tu sais comment rattraper ça. À toi de jouer !
(Rémy va donc rattraper la soupe, mais se fait attraper par Linguini)
Skinner : La soupe ?… Où est la soupe ? Ouh… Vous faites la cuisine, vous touchez un plat dans ma cuisine ? Vous avez pris la liberté de faire une bêtise aussi monumentale ! Je devrais vous faire couper en morceaux ! J'ai la loi de mon côté… Lahousse, faites couper cette homme en morceaux, après l'avoir fait passer dans la passoire pour enlever toute la graisse ! Qu'est-ce que vous marmonnez comme ça ? (Un homme vient d'emporter la soupe pour la servir à un client)
Linguini : La soupe !
Skinner : La soupe… La soupe ! Arrêtez la soupe !

  • Patton Oswalt (Rémy) et Brad Garrett (Gusteau), Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Émile : Tu t'imagines si Papa savait que tu sais lire ?
Rémy : De toute façon on pourrait remplir toute une bibliothèque avec ce que Papa ne sait pas… même deux bibliothèques !

  • Guillaume Lebon (Rémy en VF) et Pierre-Francois Martin-Laval (Emile en VF), Ratatouille (2007), écrit par Brad Bird et Jan Pinkava


Critiques[modifier]

Un film d'une richesse somptueuse - l'un des grands films gastronomiques de l'histoire du cinéma, une comédie burlesque souvent drôle, et surtout une apologie de la création individuelle d'une vigueur inattendue
  • « Ratatouille », Thomas Sotinel, Le Monde, 1er août 2007, p. 16


Bird, qui signe aujourd'hui Ratatouille, incarne ainsi le visage de ce second Pixar, disneyifié, plus ancré dans l'histoire et l'humain que dans le technologique et le conceptuel
  • « Ratatouille », Patrice Blouin, Les Inrockuptibles, Août 2007, p. 23


Sur le fond, les codes sont respectés (éloge de l'entraide comme levier du surpassement de soi, bluette entre les deux jeunes humains qui sont au fourneau) avec, inscrite au fronton, la doxa disneyenne : Croire en tes rêves. Mais la démonstration, elle, n'est pas exempte de surprise : l'idée d'avoir une souris dans sa cuisine a une dimension phobique, ici c'est une armée de rats grouillants qui surgit
  • « Ratatouille », Gilles Renault, Libération, 1 août 2007, p. 07


Grâce à l'inventivité des grands chefs de Pixar, ce qui aurait pu passer pour un conte pour enfants devient une ode à la créativité et à la solidarité
  • « Ratatouille », Sophie Benamon, Studio Magazine, Août 2007, p. 03


Cela faisait longtemps qu'un film n'avait pas célébré avec autant d'allant et de kitsch éclatant la France, sa cuisine, ses bons produits et Paris, capitale du goût, où la Tour Eiffel clignote, la Seine miroite, les quais sont propices aux confidences de minuit
  • « Ratatouille », Guillemette Odicino-Olivier, Télérama, Août 2007, p. 18


Ratatouille surprend par la capacité du studio à innover en proposant des univers inédits et rassure en maintenant toujours un standard de qualité exceptionnelle. Techniquement, le film pulvérise de nouveaux records. Difficile de résister
  • « Ratatouille », Gérard Delorme, Première, Août 2007, p. 34


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :