Professeur Holland

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Professeur Holland est un film américain de 1995, réalisé par Stephen Herek.

Citations[modifier]

Glenn Holland : Quand j'étais au collège, j'aurais tout fait pour me retrouver ailleurs, n'importe où, sans me rendre compte que pour mes profs ce devait être pareil.
  • Richard Dreyfuss, Professeur Holland (1995), écrit par Patrick Sheane Duncan


Glenn Holland : Vous savez, la musique c'est beaucoup plus que des notes sur une page. [Il met le 45 tours de Louie Louie interprété par les Kingsmen.] Ces gars-là par exemple, écoutez. De toute évidence, ils ne savent pas chanter et n'ont aucun sens de l'harmonie. Et puis, ils jouent les mêmes trois accords du début à la fin. Et ben j'adore ça ! Et vous, vous aimez ?
Gertrude Lang : Oui.
Glenn Holland : Pourquoi ?
Gertrude Lang : J'en sais rien du tout.
Glenn Holland : Faites un effort.
Gertrude Lang : Parce que ça balance.
Glenn Holland : Oui, voilà. Parce que faire de la musique, c'est amusant ou ça devrait l'être. Ça parle à notre cœur, ça parle de sentiments et d'émotions qu'on partage et de la sensation magnifique qu'il y a d'être en vie, et ce n'est pas des notes sur une page. Les notes, je peux très bien vous les apprendre, mais pas l'émotion !

  • Richard Dreyfuss et Alicia Witt, Professeur Holland (1995), écrit par Patrick Sheane Duncan


Bill Meister : Je veux des gosses moi aussi.
Glenn Holland : Faudrait que tu te trouves une femme d'abord.
Bill Meister : J'en veux pas à ce point-là.

  • Jay Thomas et Richard Dreyfuss, Professeur Holland (1995), écrit par Patrick Sheane Duncan


Glenn Holland : Faites donc, rogner sur les arts tant que bon vous semblera ! De toute façon, tôt ou tard, ces gosses sont condamnés à ne plus penser.
  • Richard Dreyfuss, Professeur Holland (1995), écrit par Patrick Sheane Duncan


Glenn Holland : Je prends pas ma retraite, Bill, on m'a foutu à la porte. Toi, tu n'as rien à craindre, crois-moi. Le jour où ils rogneront sur les crédits pour le foot dans ce pays, et bien alors là vraiment ce sera la fin de la civilisation occidentale telle que nous la connaissons.
  • Richard Dreyfuss, Professeur Holland (1995), écrit par Patrick Sheane Duncan


Gertrude Lang : Monsieur Holland a eu une profonde influence sur ma vie et, je le sais, sur des tas d'autres vies. Et pourtant, j'ai l'impression qu'il estime avoir gaspillé une grande part de la sienne. Le bruit a longtemps couru qu'il travaillait sur sa propre symphonie et qu'il deviendrait riche, célèbre, peut-être même les deux. Mais Monsieur Holland n'est pas riche, et il n'est pas célèbre, sauf bien sûr dans notre petite ville. Alors il pourrait considérer ça comme un échec, et il aurait bien tort parce que ce qu'il a accompli dans sa vie c'est beaucoup mieux que d'être célèbre. Regardez autour de vous, il n'y a pas une vie dans cette salle que vous n'ayez influencée, et chacun de nous est devenu meilleur grâce à vous. Nous sommes votre symphonie, Monsieur Holland, nous sommes les mélodies et les notes de votre œuvre et nous sommes la musique de votre vie.
  • Joanna Gleeson, Professeur Holland (1995), écrit par Patrick Sheane Duncan


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :