Pierre Bourgeade

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Bourgeade (à gauche) et Willem en dédicace à la librairie L'Arbre à lettres, janvier 2008, Paris

Pierre Bourgeade, (né le 7 novembre 1927 à Morlanne et mort le 12 mars 2009 à Loches) est un homme de lettres français.

Citations extraites de périodiques[modifier]

Dans Nota Bene[modifier]

[Le] Panthéon, ce nain géant, qu’est-ce que je dis, ce sein géant qui fait pendant à l’autre sein, Montmartre, la Ville est le sillon qui sépare ses deux seins. Paris est une femme, la guerre y sent la fuite, les rues y souffrent de langueur, la pointe isocèle de l’île Saint-Louis a la forme exacte d’un bas-ventre. Impossible, de quelque endroit que l’on considère la ville, son histoire, de ne pas se sentir imprégné de lâcheté, de cruauté, d’amour.
  • « Les Parisiens », Pierre Bourgeade, Nota Bene, nº 11, Hiver 1983, p. 85


Paris a une couleur, le gris… le gris dans toutes ses teintes… le gris dans toutes ses nuances… le gris dans tous ses états… gris pastel… camaïeu… lavis… je dirais même que c’est plus qu’une couleur… c’est une manière d’être de la ville… du ciel… du fleuve… de la pierre… un amollissement… un adoucissement… une sorte d’affaiblissement de l’âme. Je me suis toujours senti très parisien en cela : mon âme accordée au gris de la ville, le gris de mes yeux à ses ciels… l’impression qu’on aura à peine la force de vivre un jour, une heure, une seconde de plus.
  • « Les Parisiens », Pierre Bourgeade, Nota Bene, nº 11, Hiver 1983, p. 88


À Paris, on ne vit pas, on se survit. C’est pourquoi la passion des femmes y est si puissante, le désir de la chair si vif : on a toujours la sensation que s’écoule la dernière seconde où la femme est encore à portée de nos mains… où le ciel est visible au-dessus des marronniers… où l’univers conserve un semblant d’apparence avant de s’anéantir. Le matin, sitôt l’aube, au lieu de voir le jour, on voit, par sa fenêtre, au-dessus de la ville, se traîner de longs pans de brumes indéfinissables, d’interminables écharpes de brouillards effilochés qui cachent les maisons, les rues, les gens, comme une jupe à franges dissimule les cuisses d’une femme, comme les guenilles de son sexe dissimulent le trou caché.
  • « Les Parisiens », Pierre Bourgeade, Nota Bene, nº 11, Hiver 1983, p. 88


Paris a toujours l’air endormi. Les ciels y reposent paisibles sur des avenues moelleuses, sur des monuments en forme de lit.
  • « Les Parisiens », Pierre Bourgeade, Nota Bene, nº 11, Hiver 1983, p. 89


Dès l’enfance, j’ai eu le plus grand mal à m’arracher au lit. Devenu adulte, homme mûr, homme désormais au seuil vaporeux de la vieillesse, je reste fidèle le plus possible à la station horizontale, aux yeux clos, à la rêverie au lieu de pensée, au rêve remplaçant la réalité, à ce qui fut dit le simulacre de la mort quand il est l’essence de la vie. Sommeil, soleil !
  • « Les Parisiens », Pierre Bourgeade, Nota Bene, nº 11, Hiver 1983, p. 89


Dans La Nouvelle Revue Française[modifier]

On éprouve des sentiments complexes quand on parle à quelqu'un qui tient dans ses bras quelqu'un dont on a rêvé.
  • « Romain Gary », Pierre Bourgeade, La Nouvelle Revue Française, nº 345, 1er octobre 1981, p. 140


À Hollywood [...], on n'[est] pas un homme si on ne fum[e] pas dix cigares par jour. Pourquoi ? Parce que le cigare, c'est le sexe. Les hommes à Hollywood, et dans tous les USA, doivent aller ainsi, le sexe érigé entre les dents.
  • « Romain Gary », Pierre Bourgeade, La Nouvelle Revue Française, nº 345, 1er octobre 1981, p. 140


Je ne fume pas. Je me contente de sucer le bout des seins.
  • « Gare Saint-Lazare », Pierre Bourgeade, La Nouvelle Revue Française, nº 345, 1er octobre 1981, p. 176


Je suis toujours amoureux. Malheureusement, je suis versatile. J'ai peine à garder une partenaire. Je me lasse vite. Ai-je une petite ? Je voudrais une grande. Ai-je une grosse ? Je voudrais une maigre. Ai-je une bavarde ? Je voudrais une muette. Et vice-versa. La beauté fatigue. La laideur encore plus. Les brunes sentent fort. Les blondes, fade. Les rousses, écœurant.
  • « Gare Saint-Lazare », Pierre Bourgeade, La Nouvelle Revue Française, nº 345, 1er octobre 1981, p. 176


Pourquoi faire des enfants alors que les villes, les banlieues, les cimetières sont pleins ?
  • « Gare Saint-Lazare », Pierre Bourgeade, La Nouvelle Revue Française, nº 345, 1er octobre 1981, p. 176


Dans Le Monde[modifier]

L’essentiel pour un écrivain est d'arriver au mystère par la clarté.
  • « Pierre Bourgeade, la mémoire des corps », Hugo Marsan, Le Monde, 20 novembre 1998, p. 5


Dans Playboy[modifier]

Où finit l'érotisme, où comment l'obscénité ? Cela dépend, peut-être de celui qui regarde, autant, sinon plus, que de celui qui agit.
  • « La Rencontre », Pierre Bourgeade, Playboy, nº 1, 20 novembre 1998, p. 94


Citations extraites de monographies[modifier]

La Femme sans visage (1984)[modifier]

Les vieillards sont, d’ordinaire, dans un tel état de délabrement qu’ils ne peuvent offenser rien ni personne, si ce n’est le langage.
  • La Femme sans visage, Pierre Bourgeade, éd. Pygmalion, 1984, p. 87


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :