Pierre Bergounioux

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Bergounioux, né à Brive-la-Gaillarde en 1949, est un écrivain français.

Citations[modifier]

Il était cinq heures lorsque le téléphone a sonné. Je suis souvent levé à cette heure où la nuit règne encore mais, ce matin-là, je dormais et c’est en rêve que j’ai su que mon père était mort. J’attendais ce moment depuis le moment où j’ai appris que nous mourrons, tous, et qu’il nous faut attendre.

  • L’Orphelin, Pierre Bergounioux, éd. Gallimard, 1992  (ISBN 2-07-072712-2), p. 9


Le gamin, je le vois nettement. Il accuse, au minimum, cinq ans, puisque ce qui précède est frappé d’amnésie et, au maximum, sept, parce que c’est cette année-là que grand-père nous a quittés. Or, sa longue silhouette maigre se dresse dans mon souvenir.

  • Le Grand Sylvain, Pierre Bergounioux, éd. Verdier, 1993  (ISBN 2-86432-176-9), p. 8


Si je lis, c'est avec l'espoir, toujours, que le livre répandra les lumières qu'il enferme sur la vie que j'ai et qui m'est, par essence, obscure.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :