Pierre-Louis Prieur

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre-Louis Prieur.png

Pierre-Louis Prieur, dit Prieur de la Marne, né le 1er août 1756 à Sommesous (Marne), mort le 31 mai 1827 rue de Namur, à Bruxelles, était un avocat et un homme politique français. Député de la Marne à l'Assemblée constituante de 1789 puis à la Convention nationale, il fut l'un de ses principaux représentants en mission et membre du Comité de salut public. Il était surnommé « Crieur de la Marne » à cause de son éloquence[1][2]. De même, à l'Assemblée constituante, on disait d'une personne qu'elle était « probe comme Prieur » pour signifier qu'elle était désintéressée[3].

Citations rapportées[modifier]

Dans un État libre, le pouvoir militaire est celui qui doit être le plus astreint. C'est un levier passif que meut la volonté nationale.


Références[modifier]

  1. Notes et souvenirs inédits de Prieur de la Marne, publiés avec une introduction et des notes de Gustave Laurent, Berger-Levrault, 1912, 168 pages, p. 31, et Marcel Thomas, Christiane & Roland Choiselle, La grande Champagne: dictionnaire de ses femmes et hommes célèbres depuis le début du XIXe siècle, précédé d'une étude sur son « Apport dans l'évolution des idées sociales », Éditions Matot-Braine, 1980, 507 pages, p. 357. Bernard Gainot, Dictionnaire des membres du Comité de salut public: dictionnaire analytique biographique et comparé des 62 membres du Comité de salut public, Tallandier, 1990, 163 pages, p. 142, fournit la même raison : « Thibaudeau le nomme dans ses « Mémoires », « Crieur de la Marne », hommage ironique à son éloquence, reconnue par d'autres conventionnels ».
  2. Pour Denise Béatrix Centore-Bineau, Saint-Just, 1767-1794, Payot, 1936, 292 pages, p. 119, « ses adversaires politiques l'appelaient aussi Crieur de la Marne, à cause de sa grande voix d'airain ».
  3. Bernard Gainot, Dictionnaire des membres du Comité de salut public: dictionnaire analytique biographique et comparé des 62 membres du Comité de salut public, 1990, p. 142.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :