Pete Dexter

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pete Dexter, est un écrivain et scénariste américain né en 1943 à Pontiac, au Michigan. Il a reçu le National Book Award en 1988 pour son livre Paris Trout.

God's Pocket, 1983[modifier]

Y en a, ils se rendent pas compte de leur bonheur. Ils se rendent pas compte qu'en demandant ce qu'on a pas, on commence à renoncer à ce qu'on a.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 28


De toute façon, dès l'instant où on commence à vouloir rattraper un rêve, c'est foutu. C'est justement là qu'il se fait la malle, quand on cherche à lui remettre la main dessus.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 113


C'est comme ça qu'on grandit, en changeant face aux coups durs.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 154


C'est trompeur comme moteur, la trouille.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 155


On est intouchable quand on s'en fout.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 207


Des clichés. C'est ce qui a remplacé la réflexion.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 313


C'est presque accessoire, les convictions qu'on a.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 349


Personne ne comprend la religion.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 360


Même avec la meilleur volonté du monde, on arrive jamais au fond des choses. Aussi loin qu'on creuse.
  • God' Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 362


C'est toujours des plus trouillards dont il faut se méfier.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 369


Tout est ombre et lumière.
  • God's Pocket, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2008, p. 372


Deadwood, 1986[modifier]

Les réputations changent moins vite que les hommes.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 57


Quand on trouve un dollar, on le ramasse.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 68


N'importe qui peut être utile, quand on sait où le placer.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 69


On voit parfois mieux les choses quand on ne regarde pas trop intensément.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 92


Il n'y a pas de plus grand malentendu que de croire qu'il suffit de demander le salut pour l'obtenir.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 97


On prend la place d'un autre que s'il est au-dessus de vous.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 105


Par une bizarrerie de l'existence, c'est toujours au moment où il faut se battre qu'on y est le moins préparé.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 115


On ne peut pas échapper à l'opinion des autres, même si on vit tout seul douze mois par an.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 192


Pour arriver à connaître une chose, il faut l'envisager pour elle-même.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 285


Il y a toujours du bon dans le mauvais.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 288


On ne peut pas obliger la vérité à se manifester.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 292


Il ne faut jamais souhaiter ce qu'on ne connaît pas. On risque de l'obtenir.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 310


Il n'existe pas meilleur déguisement que la souffrance.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 315


Les hommes sont conduits par l'aveugle qui est en eux.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 361


On est comme on est, et de lire un livre ne vous change pas.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 387


Les choses finissent par défaut d'équilibre.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 459


On a toujours l'impression qu'il reste quelque chose à faire.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 501


La substance des choses est dans l'évènement, et tout ce qu'on peut en dire ne change rien.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 508


Quand on pense à une chose pour la première fois, c'est pur. Mais entre l'idée et l'acte, il y a partout des impuretés et des distractions, si bien que, pour finir, si l'action présente encore une ressemblance quelconque avec l'idée de départ, on peut s'estimer chanceux.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 531


Peu importe ce qui nous a fait ce qu'on est. Ce qui compte, c'est ce qu'on fait maintenant.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 559


Le chemin qui mène au bien passe par le mal.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 567


Qui vit par le mensonge périt par le mensonge.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 573


On ne peut protéger personne du monde extérieur.
  • Deadwood, Pete Dexter (trad. Martine Leroy-Battistelli), éd. Gallimard, 1994, p. 579


Cotton Point, 1988[modifier]

Plus vite tu vas et moins tu fais.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 43


Il y a des gens comme ça qui tendent le cou pour se grandir.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 58


La justice sans la compassion n'est plus justice.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 194


C'est trop facile de penser, quand ça vous arrange, que les choses sont tout l'un ou tout l'autre.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 204


On est toujours différent quand on revient chez soi.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 272


Nous sommes tous des êtres un peu manqués.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 283


Marchez dans la boue, vous y laissez une empreinte.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 356


Certains semble avoir le génie de résister à ce qu'ils sont vraiment, comme s'ils ne se trouvaient pas assez bien.
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 365


On s'imagine toujours que les gens ont assez de sens commun...
  • Cotton Point, Pete Dexter (trad. Anny Amberni), éd. Points, 2010, p. 386


Spooner, 2009[modifier]

L'économie protège du besoin.
  • Spooner, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2012, p. 16


Un imbécile chante la tyrolienne et l'instant d'après c'est l'avalanche.
  • Spooner, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2012, p. 45


Le temps n'attend personne.
  • Spooner, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2012, p. 121


La vie est une lutte de pouvoir où chacun se dispute l'intérieur de l'assiette.
  • Spooner, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2012, p. 222


Mais ainsi fonctionne le monde. Le boulot des uns fait la gloire des autres.
  • Spooner, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2012, p. 430


Mais avec des si on referait le monde, or nous vivons dans le genre de monde où le seul individu qui a pris la précaution de s'équiper d'un gilet de sauvetage est celui qui ne passe pas par-dessus bord.
  • Spooner, Pete Dexter (trad. Olivier Deparis), éd. de l'Olivier, 2012, p. 559