Pascal de Duve

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Pascal de Duve (1964-1993) est un écrivain belge.

Izo, 1990[modifier]

Dans les couloirs du métro, qu'il appelait musée mouvant d'un vécu toujours vivant, il était toujours, selon lui, midi et minuit à la fois, parce que la lumière, une subtile brume jaune translucide, ne variait jamais, et flottait nonchalamment, éther statique, sur une odeur qui restait, elle aussi, toujours la même, et cela malgré la complexité de sa composition, caractéristique des grands parfums.
  • Izo (1990), Pascal de Duve, éd. Jean-Claude Lattès, coll. « Le Livre de poche », 1994  (ISBN 2-253-13522-4), p. 60


Izo, en verlan, ça donnait Zo-i, Zoé, la Vie.
  • Izo (1990), Pascal de Duve, éd. Jean-Claude Lattès, coll. « Le Livre de poche », 1994  (ISBN 2-253-13522-4), p. 192


L'Orage de vivre, 1994 (posthume)[modifier]

Bois avec moi, ami,
le vin ne s'est pas fait seul,

il ne faut pas le boire seul


Écrire, c'est solutionner de mille façons, toutes aussi correctes, le plus vieux problème du monde : celui de son identité.


[…] L'être humain est condamné à être un nomade chronique à travers les aléas de son existence.


La vitalité de la Vie, j'y crois dur comme fer, même si, d'après les noirs pronostics des gens-en-blanc, la Mort croît en moi lourd comme plomb.


Mon maître mot : la tolérance. Je ne peux me montrer intolérant que vis-à-vis de ceux qui le sont eux-mêmes.


Vivre, c'est vivre chaque seconde intensément, découvrir que tous les instants sont à double fond et que la plupart des gens ne connaissent que le premier.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :