Pascal Bruckner

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascal Bruckner (2017).

Pascal Bruckner est un romancier et essayiste français né à Paris le 15 décembre 1948.

Le Sanglot de l’homme blanc, 1983[modifier]

La rencontre avec l’autre se fait toujours dans un contexte de réticence et d’émerveillement. Le pire, c’est de rater la merveille par peur ou paresse...

  • Le Sanglot de l’homme blanc, Pascal Bruckner, éd. Les Éditions du Seuil, 1983, p. IV


Au nom de la tolérance, on nous invite à approuver bruyamment l’intolérance des autres à notre égard.

  • Le Sanglot de l’homme blanc, Pascal Bruckner, éd. Les Éditions du Seuil, 1983, p. 199


La Tentation de l’innocence, 1995[modifier]

J’appelle innocence cette maladie de l’individualisme qui consiste à vouloir échapper aux conséquences de ses actes, cette tentative de jouir des bénéfices de la liberté sans souffrir aucun de ses inconvénients.

  • La Tentation de l'innocence, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 1995  (ISBN 2-86432-110-6), p. 14


Le Fanatisme de l'apocalypse, 2011[modifier]

La culture de la peur a toujours constitué l’instrument favori des dictatures : les démocraties ne peuvent qu’en faire un usage limité sous peine de se détruire.

  • Le Fanatisme de l'apocalypse, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 2011  (ISBN 2-24673-641-2), p. 47


Les écologistes, tout à leur science-fiction éthique, se soucient plus de nos méfaits éventuels que des injustices présentes. Sous l’ingéniosité de la prophétie se cachent les grosses ficelles de la propagande : détourner l’attention des misères d'aujourd'hui.

  • Le Fanatisme de l'apocalypse, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 2011  (ISBN 2-24673-641-2), p. 93


Faut-il s’escrimer à faire chuter le thermomètre par les moyens les plus saugrenus — répandre dans la stratosphère un million de tonnes de particules de sulfate afin que celles-ci reflètent la lumière du soleil comme le recommande un prix Nobel de chimie ?

  • Le Fanatisme de l'apocalypse, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 2011  (ISBN 2-24673-641-2), p. 121


Nous vivons le temps des avant-gardes régressistes : faute d’inventer, elles dénigrent. Et l'écologie ajoute à ce ressentiment général la caution douteuse de la science.

  • Le Fanatisme de l'apocalypse, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 2011  (ISBN 2-24673-641-2), p. 258


Nous demander d’abandonner sans tarder le pétrole, l'atome, le gaz, les schistes bitumeux et le charbon, au motif qu'ils sont dangereux et polluants, alors que l'éolien et le photovoltaïque restent embryonnaires, et que la demande n'a jamais été aussi forte, est irresponsable.

  • Le Fanatisme de l'apocalypse, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 2011  (ISBN 2-24673-641-2), p. 264-265


Un bon fils, 2014[modifier]

Il est l’heure d’aller dormir. Agenouillé au pied du lit, la tête inclinée, les mains jointes, je murmure à voix basse ma prière. J’ai dix ans. Après un bref recensement des fautes du jour, j’adresse à Dieu, notre Créateur tout-puissant une requête.(…) Je lui demande simplement, je L’abjure de provoquer la mort de mon père, si possible en voiture. Un frein qui lâche dans une descente, une plaque de verglas, un platane, ce qui Lui conviendra.

  • Un bon fils, Pascal Bruckner, éd. Grasset, 2014, p. 11


Sur Dieudonné et le geste de la « quenelle »[modifier]

Interdire l’humoriste, ce serait le servir, donner à ses thèses complotistes un fondement objectif, lui faire une publicité qu’il ne mérite pas. (...) Le voilà déjà connu dans le monde entier, depuis que notre ministre de l’intérieur envisage d’empêcher ses spectacles. En matière de liberté d’expression, le libéralisme à l’anglo-saxonne paraît préférable à la volonté française de censure. On n’éteint pas la haine par décret. Au risque de la décupler.

  • L'essayiste, qui ne cache pas sa désapprobation des orientations prises par l'humoriste Dieudonné, s'exprime ici dans le cadre d'un débat titré « Dieudonné, révélateur des nouvelles haines raciales ? », visant à traiter de « l'apologie de la discrimination et ses déclinaisons », ouvert dans les colonnes du quotidien Le Monde.
  • (fr)« Le racisme anti-Blanc existe, c'est l'antisémitisme ! », Pascal Bruckner, Le Monde, nº 21451, 5 janvier 2014, p. 15


Presse[modifier]

(...) le mariage d'amour, une nouveauté qui remonte au début du XXè siècle. Dans le mariage d'amour, on veut une réussite absolue; réussite érotique, passionnelle, professionnelle, affective, familiale. Chacun des partenaires demande à l'autre des choses exorbitantes, la perfection en tout. Finalement, nous nous persécutons les uns les autres par le biais d'un idéal inhumain.

  • « La séduction est un mystère insondable », Pascal Bruckner, propos recueillis par Pablo Davila, Coopération (journal), nº 53, 28 décembre 2009, p. 71


La passion amoureuse et la sexualité sont des éléments trop fragiles pour fonder une relation durable. Il y faut autre chose. Ca peut être un projet commun, une passion partagée, des enfants, de l'amitié.

  • « La séduction est un mystère insondable », Pascal Bruckner, propos recueillis par Pablo Davila, Coopération (journal), nº 53, 28 décembre 2009, p. 71


Le bonheur, en tant qu'état magique qui vous élève au-dessus de votre condition, est rare. L'important, c'est de reconnaître quand ce moment de bonheur arrive.

  • « La séduction est un mystère insondable », Pascal Bruckner, propos recueillis par Pablo Davila, Coopération (journal), nº 53, 28 décembre 2009, p. 71


Pouvoir se dire victime, c'est bénéficier d'une ligne de crédit illimité auprès de vos contemporains et être exonéré de tout devoir.
D'où la compétition victimaire. Chaque fois, qu'un groupe veut accéder à la lumière publique, il ne peut le faire que par l'entremise de la victimisation. Alors seulement il obtiendra une sorte de réparation morale, financière ou juridique. Et cette compétition victimaire se double d'une transmission héréditaire : les fils de victimes sont des victimes, les fils de bourreaux sont des bourreaux...

  • « Le devoir de mémoire, une soupe morale servie à tous », Pascal Bruckner, Valeurs Actuelles, nº 4095, du 21 au 27 mai 2015, p. 32


La Seconde Guerre Mondiale reste la référence à travers laquelle nous persistons à lire l'actualité contemporaine. Tous les combats, toutes les luttes sont articulées autour de l'accusation de « collabo » ou de « fasciste ». C'est la reductio ad Hitlerium, facilité rhétorique dont très peu se privent.

  • « Le devoir de mémoire, une soupe morale servie à tous », Pascal Bruckner, Valeurs Actuelles, nº 4095, du 21 au 27 mai 2015, p. 32


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :