Négar Djavadi

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Négar Djavadi à la librairie Coiffard à Nantes en 2016.

Négar Djavadi (persan : نگار جوادی), née en Iran en 1969 est une scénariste, réalisatrice et écrivaine iranienne-française. Elle vit et travaille à Paris. Elle se fait connaître avec son premier roman, Désorientale, couronné par plusieurs prix.

Citations[modifier]

Propos publics[modifier]

Je me suis certes inspirée de mon enfance, mais nous sommes dans la fiction. Si quelques éléments autobiographiques sont empruntés à mon histoire, n’ayant aucun goût pour l’autofiction, j’ai opté pour la création littéraire. Bien sûr, le départ d’Iran, les parents opposants politiques et l’histoire de mon pays, ce sont des choses que je connais et que j’ai vécues. Mais l’histoire racontée, ce n’est pas ce que j’ai vécu : je n’ai pas de sœur et de nombreux éléments ont été inventés.
  • Au sujet de son roman Désorientale.
  • (fr) « Interview. Négar Djavadi, prix du jury La Galerne, présente son roman "Désorientale" au Havre », Négar Djavadi [propos recueillis par Solène Bertrand], 76 Actu, 17 septembre 2017 (lire en ligne)


Pourquoi un roman plutôt qu’un film ? D’abord, parce que je ne peux pas retourner en Iran et que tourner un tel film coûterait très cher. Puis, au cinéma, on n’est jamais seul, ni maître de ce qu’on propose.
  • Au sujet de son roman Désorientale.
  • (fr) « Interview. Négar Djavadi, prix du jury La Galerne, présente son roman "Désorientale" au Havre », Négar Djavadi [propos recueillis par Solène Bertrand], 76 Actu, 17 septembre 2017 (lire en ligne)


J’avais envoyé mon roman à une seule maison d’édition, celle de Liana Levi. Dix jours après, Liana Levi en personne me contactait. Je suis aujourd’hui encore sous le choc de cet appel, bien plus que du succès qui a suivi la sortie du livre. J’ai écrit ce roman dans mon coin. Je m’y mettais tous les matins, entre 4 h 30 et 7 h 30, avant de m’occuper de mes enfants et d’aller travailler. Trois ans après, j’avais cinq cents pages. J’aurais pu ne pas envoyer ce manuscrit. Mais j’avais envie qu’il soit lu. L’idée de ce roman germait depuis longtemps.
  • Au sujet de son roman Désorientale.
  • (fr) « [Entretien] Négar Djavadi : Mille et une vies », Négar Djavadi [propos recueillis par Marie-Nadine Eltchaninoff], CFDT, 6 mars 2017 (lire en ligne)


Je me suis rendu compte que l’Iran est méconnu. Ce pays revient sans cesse dans l’actualité, que ce soit avec l’arrivée de Hassan Rohani au pouvoir ou l’accord sur le nucléaire. Mais, en Occident, on ne voit de l’Iran que les mollahs et les femmes voilées. Cette réalité fait écran. Quand je raconte que ma mère était en bikini sur la plage dans les années 70, cela étonne la plupart des gens.
  • (fr) « [Entretien] Négar Djavadi : Mille et une vies », Négar Djavadi [propos recueillis par Marie-Nadine Eltchaninoff], CFDT, 6 mars 2017 (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :