Mongo Béti

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mongo Béti ou Eza Boto (en littérature) est à l'état-civil Alexandre Biyidi Awala. C'est un écrivain camerounais francophone né à Akometam le et mort à Douala le . Romancier renommé, il est également essayiste engagé, enseignant, libraire et éditeur.

Citations de Mongo Béti[modifier]

Ville cruelle, 1971[modifier]

Il est difficile de concevoir une humanité aussi méprisable autrement que marchant rapidement vers un destin moins féroce, traversant fébrilement la nuit pour déboucher sur la clarté âcrée du jour.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 2, p. 16


Les contrôleurs, il faut leur mouiller la barbe.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 5, p. 54


Si tu n'as pas la force, essaie de ruser.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 5, p. 55


Peut-être que tu ferais mieux de te renseigner d'abord sur toi-même avant d'articuler des griefs contre ta femme.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 6, p. 74


C'est que de deux serpents, je préfère être piqué par le moins vénéneux.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 6, p. 74


Un homme, ça n'a jamais été une femme ou un enfant : ça ne se perd pas ; ça se retrouve toujours.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 6, p. 81


On ne peut pas maltraiter les vivants pour une faute qu'on reproche à un mort.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 8, p. 113


L'amour, en temps que caractéristique de l'homme le prenait à l'improviste et le laissait pantois.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 8, p. 115


On peut à la rigueur deviner quelle douleur inflige à un être humain une plaie, un abcès, ou tout ce qui est visible. Mais la douleur qui est logée au fond d'un homme, dans son cœur, qui pourrait l'évaluer ?
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 8, p. 119


À chaque fois qu'il t'arrive un malheur, cherches-en la cause en toi-même, d'abord en toi-même.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 8, p. 120


On n'affronte pas un vieillard ; on n'affronte pas un ancien quand bien même ce ne serait pas ton père, et à plus forte raison, s'il est.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 9, p. 120


Il vient des moments où l'on ne peut s'empêcher d'attribuer une âme humaine à ce qui se meut.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 9, p. 147


On ne peut pas vivre éternellement sur le pied de guerre.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 10, p. 168-169


La vie est conçu toujours comme une lutte cruelle, sans merci, mais où, désormais, l'espoir de vaincre serait permis.
  • Ville cruelle, Mongo Béti, éd. Présence Africaine, 1971  (ISBN 2-7087-0262-9), chap. 13, p. 220


Trop de soleil tue l'amour, 1999[modifier]

C'est de se mettre à poil pour faire lever la queue à son avion.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 2, p. 47


C'est pas parce qu'on est un poulet qu'on est épargné par l'insécurité ambiante.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 3, p. 61


Même un lépreux a sa chance, pourvu que son moignon agite un billet de banque.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 3, p. 65


Ce que je suis au juste ? Je ne sais pas trop ; c'est le drame de mon existence. J'ignore ce que je suis.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 3, p. 66


La dictature, c'est pas le pire, à condition de savoir s'en servir.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 3, p. 70


Tant qu'à avoir mal au ventre, il vaut mieux savoir ce qu'on a mangé.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 5, p. 102


Si nous voulons que cesse la violence qui frappe notre pays, il faut aller le dire haut et fort dans les rue, en priant, en dansant, enfin, n'importe comment, mais en faisant quelque chose.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 6, p. 109


On peut être prudent, sans en avoir honte.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 6, p. 112


C'est parce que vous êtes nul que vous êtes jaloux.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 6, p. 113


Là où le peuple a été trop longtemps tenu à l'écart des lumières du droit, le vice devient la norme, le tortueux la règle, l'arbitraire la vertu.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 6, p. 116


Un intellectuel, c'est comme un colonel.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 9, p. 170


Seule la vérité blesse.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 10, p. 200


Chacun sait bien que la pénombre jamais ne découragea la curiosité populaire.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 10, p. 200


Le commerce, ce n'est pas la dictature, on accepte la discussion.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 13, p. 227


L'amour surprend toujours, quelle que soit la situation, même dans le cadre de la polygamie. L'amour, c'est universel.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 13, p. 234


Il faut être marteau pour s'intéresser à ce que fait, dit ou pense le gouvernement d'un pays.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 13, p. 234


Trop d'amour tue l'amour.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 14, p. 247


La chasse à l'amoureux blanc est le sport préféré des jeunes filles africaines.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 15, p. 265


Il est vain de s'interroger sur le pourquoi des amours d'une jeune fille quand la condition humaine elle-même n'a pas d'autre signe que le hasard.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 15, p. 266


La bouche qui mange ne parle pas.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 16, p. 302


La femme est l'avenir de l'homme, la polygamie, l'âme africaine.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 18, p. 338


Ce n'est pas parce que l'on a rendu l'âme qu'on est vraiment mort.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 19, p. 363


C'est toujours calamiteux, un destin dans une république bananière, parce que le malheur n'y a jamais de fin.
  • Trop de soleil tue l'amour, Mongo Béti, éd. Ifrikiya, coll. « Terres Solidaires », 2011  (ISBN 978-2-916101-38-5), chap. 19, p. 364


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :