Mohandas Karamchand Gandhi

Citations « Mohandas Karamchand Gandhi » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Gandhi

Mohandas Karamchand Gandhi, né à Porbandar, Goujerat le 2 octobre 1869, mort à Delhi le 30 janvier 1948, était un dirigeant politique, guide spirituel important de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays.

Citations[modifier]

Années 1920[modifier]

Je tiens au progrès, je tiens à la détermination personnelle, à la liberté, mais je les veux pour l'âme. Je doute que l'âge de l'acier soit supérieur à l'âge de pierre. Peu m'importe. C'est à l'évolution de l'âme qu'il faut consacrer toute notre intelligence et toutes nos autres facultés.

  • Gandhi (trad. Hélène Hart), 13 octobre 1921, dans La jeune Inde, paru 1924, Stock, pp. 304-305.


Je voulais mieux connaître la vie de celui (Mahomet) qui aujourd'hui détient indiscutablement les cœurs de millions d'êtres humains. Je suis désormais plus que jamais convaincu que ce n'était pas l'épée qui créait une place pour l'Islam dans le cœur de ceux qui cherchaient une direction à leur vie. C'était cette grande humilité, cet altruisme du prophète, l'égard scrupuleux envers ses engagements, sa dévotion intense à ses amis et adeptes, son intrépidité, son courage, sa confiance absolue en Dieu et en sa propre mission. Ces faits, et non l'épée, lui amenèrent tant de succès, et lui permirent de surmonter les problèmes.

  • (en) I wanted to know the best of the life of one who holds today an undisputed sway over the hearts of millions of mankind. I became more than ever convinced that it was not the sword that won a place for Islam in those days in the scheme of life. It was the rigid simplicity, the utter self-effacement of the Prophet the scrupulous regard for pledges, his intense devotion to his friends and followers, his intrepidity, his fearlessness, his absolute trust in God and in his own mission. These and not the sword carried everything before them and surmounted every obstacle.

Années 1930[modifier]

Je ne chercherai pas à défendre davantage ma thèse. Car, même en exploitant toutes les possibilités du langage, on ne peut pas exprimer toute la complexité d'une pensée. Pour moi, la non-violence Ahimsa ne se ramène pas à un simple principe d'ordre philosophique. Elle règle toute ma vie. Elle en est le souffle. Je sais bien que souvent je ne suis pas à la hauteur de cette règle de vie. Si j'échoue, c'est parfois en connaissance de cause, mais plus souvent en toute ignorance. C'est une question de cœur et non d'intelligence. Pour ne jamais s'égarer sur cette voie de la non-violence, il faut constamment s'en remettre à Dieu, être toujours prêt à faire abnégation de soi et avoir la plus grande humilité. Pour pratiquer la non-violence, il faut être intrépide et avoir un courage à toute épreuve. J'ai conscience de mes manques et ils me navrent.

Années 1940[modifier]

La non-violence est la plus grande force que l'humanité ait à sa disposition. Elle est plus puissante que l'arme la plus destructrice inventée par l'homme.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1945, dans Life of Mathatma Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.153.


C'est une calomnie de parler de sexe faible à propos d'une femme. L'homme est le responsable de cette injustice. Si par force on entend brutalité, alors, oui, la femme est moins brutale que l'homme. Mais si la force est synonyme de courage moral, alors la femme est infiniment supérieure à l'homme.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1945, dans Life of Mathatma Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.272.


Le vrai démocrate est celui qui, avec des moyens purement non violents, défend sa liberté, partant, celle de son pays et, en fin de compte, celle de l'humanité toute entière.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1945, dans Life of Mathatma Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.248.


Je veux développer chez l'enfant ses mains, son cerveau et son âme. Les mains sont presque atrophiées, de même que l'âme a été trop tenue à l'écart.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1945, dans Life of Mathatma Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.266.


La tolérance mutuelle est donc la règle d'or de notre conduite. Il va de soi en effet que nous ne serons jamais tous du même avis et que la Vérité nous apparaîtra de manière fragmentaire selon des points de vue différents.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1948, dans Selection from Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.243.


La véritable éducation consiste à tirer le meilleur de vous-même. Quel meilleur livre peut-on étudier que celui de l'humanité ?

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1948, dans Selection from Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.255.


Si un homme parvient au cœur de sa propre religion, il se trouve, de ce fait, au cœur même des autres religions.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1948, dans Selection from Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.114.


Les religions représentent des routes différentes qui convergent au même point. Peu importe si nos chemins ne sont pas les mêmes, pourvu que nous atteignons le même but. A vrai dire, il y a autant de religions que d'individus.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1948, dans Selection from Gandhi, cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.114.


Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort.

  • Gandhi, 1948, dans Lettres à l'Ashram, paru Albin Michel.


Posthumes[modifier]

Des parents avisés savent laisser leurs enfants faire des erreurs. Il est bon qu'une fois de temps à autre ceux-ci se brûlent les doigts.

  • Gandhi (trad. G.Vogelweith), 1951, dans Mahatma Gandhi, the last phase,I cité dans "Tous les hommes sont frères", paru Folio Essais, (Gallimard, 1990), p.267.


Citations attribuées à Gandhi[modifier]

D'abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, puis ils vous combattent et enfin, vous gagnez.

  • Cette citation est très souvent attribuée à Gandhi. Toutefois, elle apparaît sous une forme peu différente dans des documents antérieurs.
  • (fr) Wikipédia comprendre et participer, Sébastien Blondeel, éd. Eyrolles, 2006 (ISBN 2-212-11941-0), p. 1


Je ne connais pas de plus grand péché que d'opprimer l'innocent au nom de Dieu.

  • (fr) Une année avec Gandhi : une pensée par jour par mieux vivre, Christophe Rémond, éd. Presses de la renaissance, 2008 (ISBN 978-2-7509-0403-6), p. 355


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :