Milan Kundera

Citations « Milan Kundera » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Milan Kundera (original : 'milan 'kundɛra) (né le 1er avril 1929 à Brno, Tchécoslovaquie; aujourd'hui République tchèque) est un écrivain de langue tchèque et française. Né en ancienne Tchécoslovaquie, il a obtenu la nationalité française en 1981. Il a reçu le prix Médicis étranger en 1973 (pour son roman La vie est ailleurs), le prix de Jérusalem en 1985, le prix Aujourd'hui en 1993 (pour son essai Les testaments trahis), le prix Herder en 2000 et le Grand prix de littérature de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre en 2001.

La plaisanterie, 1967[modifier]

Le maniement de la pensée féminine a ses règles inflexibles ; celui qui se met en tête de persuader une femme, de réfuter son point de vue à coups de bonnes raisons, a peu de chances d'aboutir. Il est bien plus judicieux de repérer l'image qu'elle veut donner d'elle-même (ses principes, idéaux, convictions), puis d'essayer d'établir (par sophismes) un rapport harmonieux entre ladite image et la conduite que nous souhaitons lui voir tenir.

  • La plaisanterie (1967), Milan Kundera (trad. Marcel Aymonin révision par Claude Courtot et Milan Kundera), éd. Gallimard, Folio (n°638), 2001 réédité en 2007 (ISBN 2070366383), p. 273


Risibles amours, 1968[modifier]

Toute la valeur de l'être humain tient à cette faculté de surpasser, d'être en dehors de soi, d'être en autrui et pour autrui.

  • Risibles amours (1968), Milan Kundera (trad. François Kérel), éd. Folio, 1994 (ISBN 978-2070377022), partie Que les vieux morts cèdent la place aux jeunes morts, p. 194-195


Autres projets: