Mathieu Kérékou

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mathieu Kérékou en Février 2006 à la présidence de la république du Bénin

Mathieu Kérékou (02 septembre 1933- 14 octobre 2015 ) à Kouarfa, dans la commune de Natitingou (ex-colonie du Dahomey était un officier général et homme d'État est un homme d'État béninois, président de la République du Dahomey suite à un coup d'état, puis président de la République populaire du Bénin par le coup d’Etat du 26 octobre 1972 au 1er mars 1990. Il revient au pouvoir 5 ans plus tard par une élection démocratique et y restes pendant dix (10) ans du 4 avril 1996 au 5 avril 2006 date à laquelle il cède démocratiquement le pouvoir à son successeur Thomas Boni Yayi.

Il décède le mercredi 14 octobre 2015, à l’âge de 82 ans, des suites d’une longue maladie.

Citations de Mathieu Kérékou[modifier]

Coup d'état de 1972 au Dahomey[modifier]

Le Dahomey est trop petit pour avoir trois présidents (…) On est à peine trois millions. Trois présidents c’est trop. Nous sommes assez pauvres pour avoir trois chefs
  • Propos tenus après avoir renversé le pouvoir par un coup d'Etat du 26 octobre 1972, il se justifiait ainsi en répondant à la question d'un journaliste français sur le motif du coup d'Etat.
  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


Agression du 16 janvier 1977 par des mercenaires de Bob Denard[modifier]

Aux hors-la-loi internationaux, ces bandits d'une civilisation et d'une société décadentes, ces fauves et ces vampires armés jusqu'aux dents par les traîtres, l'impérialisme international et ses valets locaux, nous et nos martyrs leur disons bien haut : vous êtes lâches, ingrats envers l'Afrique et ses fils
  • Propos tenus le mardi 1er février 1977, à la cérémonie d'hommage aux "martyrs de la révolution" c’est-à-dire à la mémoire des Béninois, civils et militaires auteurs du combat victorieux en mettant en garde les mercenaires et leurs commanditaires mis en déroute
  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


Le peuple béninois n'a commis aucun crime si ce n'est le droit à l'indépendance, à la liberté, à la dignité, à la souveraineté et au progrès que l'impérialisme international et ses valets béninois africains s'acharnent à ne pas lui reconnaître
  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


Conférence nationale des forces vives, de février 1990[modifier]

Nous ne sommes pas en guerre contre les forces vives de la nation et (...) en conséquence, nous leur demandons pardon. Pardon au nom de l'amour de notre patrie, au nom de l'amour de notre peuple et au nom de l'amour du prochain"

.

  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


Au nom de l'intérieur supérieur de la nation et du peuple béninois tout entier, nous disons que les décisions prises par la Conférence seront appliquées dans l'ordre et la discipline librement consentis. Ce n'est pas du défaitisme, ce n'est pas la capitulation, c'est une question de responsabilité nationale

.

  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


Mathieu Kérékou démocratiquement au sommet de l'etat[modifier]

Nous étions en haut, nous sommes descendus en bas. Nous remontons en haut
  • Propos tenus en avril 1966 lors de sa prise de fonction en tant que président démocratiquement élu. Il prend ainsi une revanche sur son prédécesseur Nicéphore Soglo qui l’avait battu cinq ans plus tôt lors des premières élections de l'ère du renouveau démocratique de février 1991.
  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


La constitution dit vous êtes candidat pour cinq ans, merci, renouvelable une fois, merci beaucoup. Vous vous êtes lancé dans l'aventure, si Dieu vous a permis de franchir la première étape, cinq ans ; la deuxième étape, vous êtes au bout du rouleau et vous vous entêtez en disant je veux réviser la Constitution, alors vous ne respectez plus la volonté de Dieu
  • Propos tenu pour rassurer de ce qu'il refuse de réviser la Constitution pour se maintenir au pouvoir après son second mandat lors des élections présidentielles de 2001.
  • (fr) « Ouvrez les guillemets : quelques propos célèbres de Mathieu Kérékou », Vincent AGUE, ortb.bj, 15 octobre 2015 (lire en ligne)


Citations sur Mathieu Kérékou[modifier]

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :