Aller au contenu

Maryse Condé

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Maryse Condé en 2008.

Maryse Condé, née Marise Boucolon le 11 février 1937 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) morte le 2 avril 2024 à Apt (Vaucluse), est une journaliste, professeure de littérature et écrivaine d'expression française, « guadeloupéenne indépendantiste » ainsi qu'elle l'a toujours revendiqué.

Citations[modifier]

L'évangile du nouveau monde (2021)[modifier]

Mais elle était une femme. A ce titre, elle ne pouvait être que l'assistante du génie.
  • L'évangile du nouveau monde, Maryse Condé, éd. Buchet-Chastel, 2021  (ISBN 978-2-283-03544-3), p. 26


Pêcheur d'hommes qu'est-ce que cela signifiait? Les hommes ne sont pas des poissons qu'on admire, rouges ou joliment bariolés de bleu, à travers la paroi d'un aquarium. Ils ne sont pas faciles à manipuler, ils sont rétifs et chacun d'entre eux ne veut en faire qu'à sa tête.
  • L'évangile du nouveau monde, Maryse Condé, éd. Buchet-Chastel, 2021  (ISBN 978-2-283-03544-3), p. 31


De la contestation naissent la vérité et la lumière.
  • L'évangile du nouveau monde, Maryse Condé, éd. Buchet-Chastel, 2021  (ISBN 978-2-283-03544-3), p. 73


L'inégalité est inscrite au cœur de l'univers. Il y a des beaux, il y a les laids, des grands, des petits, des gros, des maigres.
  • L'évangile du nouveau monde, Maryse Condé, éd. Buchet-Chastel, 2021  (ISBN 978-2-283-03544-3), p. 108


Il y a trois questions qu'un homme digne de ce nom doit se poser: d'où est-ce que je viens? Qu'est-ce que je fais sur cette terre? où est-ce que je vais?
  • L'évangile du nouveau monde, Maryse Condé, éd. Buchet-Chastel, 2021  (ISBN 978-2-283-03544-3), p. 132


Les belles ténébreuse (2008)[modifier]

L'homme ne sera libre ... que s'il se défait de ce que nous nommons "soumission' à Dieu.
  • Les belles ténébreuses, Maryse Condé, éd. Mercure de France, 2008  (ISBN 978-2-7152-2832-0), p. 94


Car notre devoir est l'excellence en toutes choses.
  • Les belles ténébreuses, Maryse Condé, éd. Mercure de France, 2008  (ISBN 978-2-7152-2832-0), p. 124


Moi, tituba sorcière... (1986)[modifier]

Blancs ou Noirs, elle sert trop bien les hommes, la vie !


Citations rapportées[modifier]

La vie sans fards est peut-être le plus universel de mes livres. En dépit du contexte très précis et des références locales, il ne s'agit pas seulement d'une Guadeloupéenne tentant de découvrir son identité en Afrique. Il s'agit d'abord et avant tout d'une femme aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule.
  • Des vies de combat, Audrey Célestine, éd. Collection Proches, 2022  (ISBN 978-2-493909-08-4), p. 195


Citations sur la personne[modifier]

Il y a une quête identitaire dans cette écriture des Afriques mais elle n'intime rien, n'impose rien. Elle nous montre son chemin souvent douloureux : à nous de faire le nôtre.
  • Des vies de combat, Audrey Célestine, éd. L'Iconoclaste, 2022  (ISBN 97-8-237-880163-2), p. 
    Cette source est trop vague : les champs page doivent être renseignés. Si des références précises ne sont pas données, la citation devra être retirée de la page.


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :