Marie NDiaye

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Marie NDiaye (2013).

Marie NDiaye, née le 4 juin 1967 à Pithiviers dans le Loiret, est une femme de lettres française, ayant notamment remporté le prix Femina en 2001 pour Rosie Carpe, et le prix Goncourt en 2009 pour Trois Femmes puissantes.

Citations[modifier]

Trois femmes puissantes, 2009[modifier]

Et celui qui l'accueillit ou qui parut comme fortuitement sur le seuil de sa grande maison de béton, dans une intensité de lumière soudain si forte que son corps vêtu de clair paraissait la produire et la répandre lui-même, cet homme qui se tenait là, petit, alourdi, diffusant un éclat blanc comme une ampoule au néon, cet homme surgi au seuil de sa maison démesurée n'avait plus rien, se dit aussitôt Norah, de sa superbe, de sa stature, de sa jeunesse auparavant si mystérieusement constante qu'elle semblait impérissable.
  • Première phrase du livre.
  • Trois femmes puissantes, Marie NDiaye, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2009, I, p. 11


Mais elle avait ignoré que le mal pouvait avoir un regard gentil, qu'il pouvait être accompagné d'une fillete exquise et prodiguer de l'amour - oh, c'est que l'amour de Jakob, impersonnel, inépuisable et vague, ne lui coûtait rien, elle le savait maintenant.
  • Trois femmes puissantes, Marie NDiaye, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2009, I, p. 33


Qui ayant connu une fois la tendresse peut de soi-même y renoncer ?
  • Trois femmes puissantes, Marie NDiaye, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2009, I, p. 35


Propos publics[modifier]

Les Inrocks : Vous sentez-vous bien dans la France de Sarkozy ?
Marie NDiaye : Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous (avec son compagnon, l’écrivain Jean-Yves Cendrey, et leurs trois enfants – ndlr) ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d’être étranger à ça. Nous sommes partis juste après les élections, en grande partie à cause de Sarkozy, même si j’ai bien conscience que dire ça peut paraître snob. Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité… Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :