Marcel Jouhandeau

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Jouhandeau.

Marcel Jouhandeau (Guéret, 26 juillet 1888 - Rueil-Malmaison, 7 avril 1979) est un écrivain français.

De l'abjection, 1939[modifier]

Mais la notion de la vérité s'est tellement abaissée que si vous dites la vérité, on vous accuse de vouloir étonner ou scandaliser. Ce qui manque à l'esprit, c'est la hardiesse et la nuance, l'une excluant l'autre et l'une et l'autre sont nécessaires à l'appréhension et à l'expression de la vérité.
  • De l'abjection, Marcel Jouhandeau, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006  (ISBN 2-07-077743-X), p. 26


La sainteté n'est peut-être que le comble de la politesse.
  • De l'abjection, Marcel Jouhandeau, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006  (ISBN 2-07-077743-X), p. 129


Rien ne rend plus léger parfois qu'une certaine horreur de soi.
  • De l'abjection, Marcel Jouhandeau, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006  (ISBN 2-07-077743-X), p. 136


Le Mal se présente d'abord comme une difficulté, comme une épreuve, comme une tentation et puis se révèle comme une habitude, comme une servitude, comme une nécessité, comme une tare.
  • De l'abjection, Marcel Jouhandeau, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006  (ISBN 2-07-077743-X), p. 188


Réflexions sur la vieillesse et la mort, 1956[modifier]

N'est-ce pas avoir assez vécu que de mourir sans regret ?


On peut décréter et ressentir sa mort, sans attenter à sa vie. La mort est un état d'âme.


Un jour vient où vous manque une seule chose et ce n'est pas l'objet de votre désir, c'est le désir.


C'est quand on a tout donné, quand on ne tient plus à rien qu'on possède tout.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :