Marcel Dieulafoy

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jane et Marcel Dieulafoy.

Marcel-Auguste Dieulafoy, né à Toulouse le 3 août 1844 et mort à Paris le 25 février 1920, est un archéologue français.

Citation[modifier]

Lorsque j’essaye de faire revivre dans ma pensée ces grandioses édifices, lorsque je vois ces portiques aux colonnes de marbre ou de porphyre poli, ces taureaux bicéphales dont les cornes, les pieds, les yeux et les colliers devaient être revêtus d’une mince feuille d’or, les poutres et les solives de cèdre de l’entablement et des plafonds, les mosaïques de briques semblables à de lourdes dentelles jetées en revêtement sur les murs, ces corniches couvertes de plaques d’émaux bleu turquoise que termine un trait de lumière accroché à l’arête saillante des larmiers d’or et d’argent ; lorsque je considère les draperies suspendues au devant des portes, les fines découpures des moucharabiés, les épaisses couches de tapis jetées sur les dallages, je me demande parfois si les monuments religieux de l’Égypte, si les temples de la Grèce eux-mêmes devaient produire sur l’imagination du visiteur une impression aussi saisissante que les palais du grand roi.
  • Histoire des Grecs, Victor Duruy, éd. Akademische Druck- u. Verlagsanstalt, 1968, vol. 2, chap. Alexandre (336-323), Septième période (« Suprématie de la Macédoine »), note 2, p. 278


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :