Marcel Aymé

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Aymé

Marcel Aymé (29 mars 1902 - 14 octobre 1967) est un écrivain ; romancier ; dramaturge ; lauréat du Prix Renaudot (1929).

La Vouivre, 1943[modifier]

Personnellement, Arsène avait toujours été choqué par les Évangiles. Cette façon des apôtres d'aller raconter les miracles lui paraissait inconvenante. A leur place, il n'aurait rien dit. Être poli et bien éduqué, c'est justement ça.


Tandis qu'elle parlait, il eut la sensation ignoble de l'éternité, et la Vouivre, qui incarnait soudain cet infini nauséeux, lui était apparue comme un être difforme et dégoûtant, l'ennemie(...) de sa vie de paysan si pleine, si bien calée, et d'un univers commodément circonscrit, dont les limites étaient parfaitement ajustées à ses besoins.


(...) On peut commettre un crime sans pécher contre les valeurs utiles.


Le Passe-muraille (recueil, 1943)[modifier]

Il y avait à Montmartre, au troisième étage du 75 bis de la rue d'Orchampt, un excellent homme nommé Dutilleul qui possédait le don singulier de passer à travers les murs sans en être incommodé.
  • Première phrase de la nouvelle Le Passe-muraille.
  • Le Passe-muraille, Marcel Aymé, éd. Gallimard, coll. « Folio », 1943, "Le Passe-muraille", p. 7


Enfin, par l'entremise du Vatican, un accord international fut conclu qui délivrait les peuples du cauchemar de la guerre sans rien changer à l'issue normale des hostilités. Ce fut très simple. On décida que dans le monde entier, le temps serait avancé de dix-sept ans.
  • Le Passe-muraille, Marcel Aymé, éd. Gallimard, coll. « Folio », 1943, "Le décret", p. 82


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :