Madame de La Fayette

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Madame de La Fayette.

Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette (ou Lafayette), née le 18 mars 1634 à Paris et morte le 25 mai 1693 dans la même ville, est une femme de lettres française.

La Princesse de Clèves (1678)[modifier]

La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio classique », 2000, p. 37


Les passions peuvent me conduire ; mais elles ne sauraient m'aveugler.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio classique », 2000, p. 98


Elle s'assit et se mit à regarder ce portrait avec une attention et une rêverie que la passion seule peut donner.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio+ Lycée », 2019, p. 151


Elle tenait cette lettre avec une main tremblante ses pensées étaient si confuses qu'elle n'en avait aucune distincte et elle se trouvait dans une sorte de douleur insupportable, qu'elle ne connaissait point et qu'elle n'avait jamais sentie.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio+ Lycée », 2019, p. 94


...il conçut pour elle dès ce moment une passion et une estime extraordinaires.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio+ Lycée », 2019, p. 26


Je suis vaincue et surmontée par une inclination qui m'entraîne malgré moi. Toutes mes résolutions sont inutiles.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio+ Lycée », 2019, p. 110


Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit Mme de Chartres, vous serez souvent trompée : ce qui parait n'est presque jamais la vérité.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio+ Lycée », 2019, p. 45


Je vous adore, je vous hais je vous offense, je vous demande pardon je vous admire, j'ai honte de vous admirer. Enfin il n'y a plus en moi ni de calme ni de raison.
  • La Princesse de Clèves (1678), Madame de Lafayette, éd. Gallimard, coll. « Folio+ Lycée », 2019, p. 147


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :