Louise Labé

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louise Labé par Pierre Woeiriot.

Louise Labé ou Labbé (née vers 1524 à Lyon, morte le 25 avril 1566 à Parcieux-en-Dombes où elle fut enterrée), est une poétesse française de la Renaissance. Surnommée « La Belle Cordière », elle fait partie des poètes en activité à Lyon à cette période.

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

  • Sonnet inspiré du poème de Sappho "L'égal des dieux".
  • Œuvres poétiques (1555), Louise Labé, éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1983  (ISBN 2-07-032238-6), sonnet 8, p. 116, vers 1-4


D'un tel vouloir le serf point ne désire
La liberté, ou son port le navire,
Comme j'attends, hélas, de jour en jour,
De toi, Ami, le gracieux retour.

  • Sonnet inspiré du poème de Sappho "L'égal des dieux".
  • Œuvres poétiques (1555), Louise Labé, éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1983  (ISBN 2-07-032238-6), élégie 2, p. 101, vers 1-4


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :